?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Maudit Brutus

July 13th, 2015 (03:25 pm)
current mood: créatif

Titre : Maudit Brutus
Couple : Scorpius Malefoy / Rose Weasley
Fandom : Harry Potter
Rating :Pg -13
Disclaimer : Les personnages de Harry Potter appartiennent a JK
Nombre de Mots: 2343

Dans la salle commune de Gryffondor, confortablement installée dans le meilleur fauteuil de la tour, Rose Weasley étouffa un bâillement. La journée avait été éprouvante et chargée en émotion.

Aujourd'hui c'était son anniversaire. Elle n'en revenait toujours pas d’être enfin majeur. Depuis ce matin elle avait dix sept ans. Elle allait pouvoir pratiquer la magie légalement à la maison ce qui ne manquerais pas de faire rager son petit frère. Et surtout elle pouvait désormais passer son examen de transplanage.

Par chance son anniversaire tombait le jour de la sortie trimestrielle a Pré au Lard, le fabuleux village situé près de Poudlard. Ses parents ne voulant pas rater l’événement l'avait rejoins au village, ainsi que grande partie de la famille. Au grand étonnement de la jeune fille, Harry, Ginny, James et Teddy avait fait le déplacement et lorsque ses cousins et cousines encore scolarisés a Poudlard les avait rejoins ils occupaient près d’un quart du pub de Mme Rosmerta.

C'est donc dans une ambiance joyeusement familiale qu'elle avait passé son après midi et reçut une montagne de cadeau. Ses parents lui avait offert une montre, comme le voulait la tradition sorcière, et elle avait contemplé le fin bracelet d'argent brillant a son poignet tout l’après midi. Son oncle Harry lui avait offert une robe de soirée superbe, sûrement choisie avec l'aide précieuse de sa tante Ginny. Elle avait également reçut une multitude de livres et grimoires qu'il lui tardait de découvrir, une parie de jolie boucle d'oreille offerte par Teddy, et ne comptait plus les boites de chocogrenouilles et autres confiseries offerte par son frère Hugo et ses cousins.

Mais en plus de tout cela, sa mère lui avait fait le plus beau des cadeaux. Quand Rose avait déchiré l'emballage elle n'en avait pas cru ses yeux. Sa mère lui offrait le livre des comptes de Beedle le barde qu'elle même avait reçut de la main de l'illustre professeur Dumbledore. Rose avait toujours adoré ce livre et elle savait que sa mère y tenait beaucoup.
Elle lui avait alors sauté au cou, les larmes aux yeux en ne cessant de la remercier.

Après le déballage des cadeaux, Rose avait dégusté en compagnie de toute sa famille de succulents gâteaux commandé spécialement dans la meilleure pâtisserie magique de Pré au Lard. Elle avait beaucoup rit en contemplant le gâteau principal en forme de livre qui cachait une génoise moelleuse au chocolat.

Rose fut soudain sortie de ses agréables souvenirs d'anniversaire par son frère Hugo qui apparut derrière elle.

« Tu ne vas pas te coucher ? » demanda t'il

Elle remarqua alors que la salle commune s'était vidée et jetant un coup d'oeil a sa nouvelle montre se rendit compte qu'il était près de onze heure.

« Non je voudrais lire un peu » répondit t'elle en baissant les yeux sur les Comtes de Beedle le Barde posés sur ses genoux.

« Tu es folle ! » lança son frère « Il est onze heure et tu songe encore a lire ? Tu n'aurais pas du être a Serdaigle, toi, par hasard ? »

« Et toi je ne comprends toujours pas comment tu arrives a suivre tes cours sans lire une ligne de tes livres d'école » répliqua la jeune fille

« Le talent Rose ! Le talent ! »

Sur ses mots il s'approcha pour l'embrasser sur le front et monta les escalier menant aux dortoirs. Rose leva les yeux au ciel : elle ne changerait plus son frère.

La jeune fille jeta un nouveau coup d’œil a sa montre et sourit, satisfaite. Elle n'attendait pas réellement dans la salle commune pour lire alors qu'elle était exténuée. Elle attendait d’être seule pour filer rejoindre son petit amis Scorpius.

Cela faisait 5 mois qu'elle sortait avec le Serpentard. Mais bien évidement personne dans sa famille ni même a Poudlard n’était au courant de cette relation, bien qu'elle soupçonnait sa mère, si intuitive, d'avoir devinée. C'est pourquoi les amoureux se voyaient en cachette.

Rose se leva et sortit par le portrait de la Grosse dame qui ronflait bruyamment. Elle traversa de nombreux couloirs et se rendit au septième étage ou se trouvait la salle sur demande. Cet endroit magique qui permettait aux jeunes gens de se voir assez régulièrement.

Elle pénétra dans la salle et s'installa sur le beau lit a Baldaquin recouvert d'un couvre lit doré qui trônait au centre de la pièce. Scorpius était en retard mais il devait sûrement être retenu dans la salle commune de Serpentard. Ayant emporté son livre
, Rose décida de lire un peu en l'attendant.

Le premier comte était celui de la Marmite sauteuse. Elle adorait cette histoire que sa mère lui avait souvent lue avant de s'endormir et dévora le texte en quelques minutes. Elle fut cependant décontenancée en remarquant des annotations en bas du comte . Rose fut d'abord outrée a l’idée que l'on puisse gribouiller dans un livre mais l’écriture fine et penchée l'intrigua. Elle reconnut alors l’écriture du professeur Dumbledore qu'elle avait deja vue sur certains papiers exposé a Poudlard.

Elle n'en revenait pas. Cet illustre Sorcier avait lui même écrit dans l'exemplaire de sa mère. Immédiatement elle lut le long commentaire écrit par le professeur. Elle sourit en comprenant tout de suite pourquoi tout le monde soutenait que Dumbledore était un brillant Sorcier. Il avait fait un commentaire extrêmement complexe du compte de la marmite sauteur.

Une phrase retint alors son attention et elle sentit son sourire s’évaporer de son visage.

«  Voilà ce qu'on peu établir avec certitude : un sorcier qui marque de l'affection pour la société des moldus est d'une intelligence inférieure et sa magie si insignifiante, si pitoyable, qu'il lui faut s’entourer de porchers moldus pour se sentir supérieur. »

Rose grogna, dégoûtée. Elle avait déjà lu des insultes envers les moldus et avait longuement discuté avec sa mère de la Guerre qui avait eu lieu bien avant sa naissance et des horreurs qui l'avait précédée. Mais cette phrase était particulièrement vil et cruelle. L’écrivain haissisait les personnes dépourvues de pouvoirs magiques ! C’était impossible que l'auteur de cette citation soit le professeur Dumbledore et Rose chercha brièvement l'auteur. Lorsque ses yeux se posèrent sur le nom son sang se glaça : Brutus Malefoy

Rose posa son livre sur ses genoux avec l'impression que son estomac lui remontait dans la gorge. C’était l’ancêtre de Scoprius qui était a l'origine de ces insultes.

Bien évidement Rose était au courant de la conduite a tenir à l’égard des moldus dans la famille Malefoy. Son père et son oncle parlait souvent du père de Scorpius, bien qu'aucun des deux ne soit au courant de leur relation. Elle savait que Drago Malefoy ne plaisantait pas avec le statut du sang d'un sorcier.

La jeune fille déglutit difficilement. Elle avait l'impression que la phrase de Burtus Malefoy suintait comme un venin jusqu’à son cœur. Instinctivement elle remonta ses genoux sous son menton en les enserrant de ses bras. Elle se sentait perdue. Comment allait elle réagir devant Scorpius ? Il fallait qu'elle se ressaisisse car il pouvait arriver a tout moment.

Mais déjà des questions sournoises s'insinuaient dans son esprit. Était il au courant des dogmes de son ancêtre ? Ce pouvait il qu'il soir d'accord avec ses propos ? Etait il avec elle juste pour s'amuser ? Éprouvait t'il du dégoût envers elle ?

Rose était tellement perdue dans ses sombres pensée qu'elle sursauta en entendant la porte s’ouvrir.

Scorpius était devant elle, ses cheveux blond soigneusement coiffé en pointes, son sourire ravageur et surtout ses insondables yeux gris posé sur elle.

« Je n'arrivais pas a me débarrasser de John Middow » s'excusa t'il en s'approchant, il me collait aux basques ! »

Rose tenta de sourire mais réussi seulement a grimacer. Scorpius ne sembla pas s'en rendre compte et s'assit sur le lit a ses cotés.

« Joyeux anniversaire ma belle. » murmura t'il en se penchant vers elle.

Rose sentit ses lèvres fraîches se poser sur le siennes mais elle se sentait comme paralysée et fut incapable de faire le moindre geste. Elle se sentit donc s’éloigner quand il s’aperçut quelle ne répondait pas a son baiser.

« Il y a quelque chose qui ne vas pas ? » demanda t'il en observant son visage crispé «  Ta fête de famille s'est mal passée ? »

« non » réussi t'elle a articuler

« Si tu savais comme j’avais envie de te rejoindre ! » dit il en lui attrapant la main pour caresser sa paume « Mais je pense que ton père m'aurais stupefixer sur place !! »

La jeune Gryffondor ne répondit pas. En temps normal il s'amusaient a imaginer les réactions de Ron s'il venait à apprendre leur relation mais ce soir elle n arrivait plus a sourire. Elle se sentait vidée.

« Oh ! Rose ! Dis moi ce qui ne vas pas ! » grogna le jeune homme, l'air inquiet

Il attrapa son visage et la força a le regarder. Elle se perdit alors dans son regard gris et eu un pincement au cœur.

« Tu n'as pas dit un mot depuis mon arrivé et tu me fuis du regard. » reprit il plus calmement. « J'ai fait quelque chose de mal ? »

Rose hocha la tete en signe de dénégation. Elle ne savait pas quoi faire mais ils ne pouvaient rester dans cette situation. Elle attrapa alors les comtes de Beedle le Barde et les tendit a Scorpius.

Le jeune homme lui lança un regard intrigué avant de lire le bas de la page et de grimacer.

-  « Ah ! » fut tout ce qu'il dit

-  « Tu le savais ? » demanda Rose d'une toute petite voix

-  «  Je savais qu'il n'aimait pas les moldus mais je n'avais jamais lu cette phrase. » repondit il en haussant les épaules.

Rose se mordit la lèvre en levant les yeux vers lui. Le plus dur restait a venir

« Et... et tu es d'accord avec lui? »

« Oh non Rose ! » gronda t'il en se levant d'un bond.

La jeune fille se crispa en le voyant faire les cents pas devant le baldaquin, ébouriffant ses cheveux.

«  Comment peux tu me poser cette question ? » demanda t'il soudain en lui faisant face.

« je ne sais pas. »murmura t'elle « c'est quand même ton arrière grand père. »

Elle vit le visage du jeune homme blêmir. Il passa ses mains sur son visage, l'air furieux. Mais en y regardant de plus pres la jeune fille remarqua que ses yeux gris brillaient étonnamment. Elle prit alors un coup au cœur.

-  « Tu crois que parce que mon grand père et mon arrière grand père avait une opinion cruelle envers les moldus je dois forcement avoir la même » lui lanca t'il d'une voix étrangement rauque « Tu crois que parce que mon père ne jure que par le sang pur je pense la même chose. Je croyait que tu avait comprit que j'etait passé au dessus de tout ça !! »

La jeune femme se sentit encore plus mal. Certe elle etait soulagée par les propos de son petit ami mais elle semblait l'avoir terriblement blessé. Elle aurait du se douter que s'ils se donnait tant de mal pour la voir en cachette le plus souvent possible ce n'etait pas juste pour s'amuser mais elle ne pouvait s’empêcher de ses demander comment ce jeune homme si séduisant et intelligent pouvais s’intéresser a elle.

Elle se leva doucement et s'approcha de lui. Il avait ferme les yeux, les épaules basses, tentant de respirer calmement. Rose l’enlaça et posa sa tête sur sa poitrine, son cœur battait la chamade.

« Alors tu n'es pas avec moi juste pour t'amuser ? » demanda t'elle d'une toute petit voix.

Elle le vit lever ses yeux brillant vers le ciel avant de laisser un petit échappé un petit rire étranglé

-  « Rose, tu es la fille la plus intelligente que je connaisse. » dit il en posant ses lèvres sur son front «  Mais tu viens de me poser la question la plus idiote que j'ai jamais entendue.  Crois tu que je m'opposerais a mon père comme je le fais si c’était juste pour m'amuser ? »

Ce fut au tour de la jeune fille rire doucement. Elle sentit les doigt frais de Scorpius lui soulever le menton et cette fois quand ses lèvres se posèrent sur les siennes elle répondit avec ardeur a son baiser. Elle sentit les bras du jeune homme l'enlacer et son coeur s'emballa. Elle était rassurée et il avait raison : elle avait été idiote.

-  «  Si je pouvais changer de famille pour te prouver que je ne me moque pas de toi. » souffla t'il en remettant une mèche de long cheveux châtain de la jeune femme derrière son oreille.

- «  Ne dit pas ça Scorpius ! » dit elle en lui assénant une petite tape sur le torse.

Elle le sentit alors la soulever et la jeter sans ménagement sur le couvre lit doré. Venant la surplombé il posa ses lèvres sur son cou et Rose sentit son corps s'enflammer. Elle glissa ses doigts dans ses cheveux en fermant les yeux. Savourant son contact. Soudain il stoppa ses baiser et Rose rouvrit les yeux. Le regard Gris du jeune homme semblait flamboyer.

-  « Je t'aime. » mumura t'il

La jeune femme se figea, le souffle coupé. Elle le vit rougir légèrement sans la quitter des yeux. C'etait la première fois qu'il prononçait ses mots magique et elle sentit une bouffée de bonheur la submerger.

- « Moi aussi je t'aime » répondit elle en essayant les mots pour la première fois.

Elle le vit sourire avant de poser ses lèvres sur les sienne. Tout en tentant de défaire sa cravate, Rose se dit qu'elle ne risquait vraiment pas d'oublier son dix septième anniversaire.