?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Mensonges quotidiens Versus

March 17th, 2016 (09:30 pm)
current song: friends

Titre: Mensonges quotidiens Versus
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maeron - Teagan - Adrahil - Rashkann
Rating : PG-13
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 1673 mots

Note: le Versus de ce texte : mensonges quotidiens


« Il commence à faire froid. » grommela Teagan

Maeron acquiesça d'un léger signe de tête. Le soleil se couchait et la nuit allait être glaciale. Il le sentait, tout son corps était tendu et la chair de poule commençait à le gagner. Il releva la tête et observa Téa. Elle avait remonté la capuche ornée de fourrure de sa cape sur sa tête pour s'abriter du froid et fixait d'un air abattu la cabane de Maeron.

Le jeune homme voyait bien qu'il lui faisait pitié mais il aimait sa vie comme elle était et encore plus depuis qu'il avait rencontré le jeune femme. Il ne voulait pas qu'elle se mette à le plaindre. Il n'avait pas besoin de cette pitié qu'il lisait dans son regard. Il ravala l’exaspération qu'il sentait monter en lui pour répondre d'un ton enjoué

«  Grâce à toi je suis bien équipé » dit il en montrant la peau d'ours qui recouvrait sa paillasse.

Si la jeune femme ne s'était pas faite attaquée par cette bête il n'aurait jamais obtenu cette peau car il n'était pas assez fou pour s'attaquer a un ours des montagnes sans raison valable.

«  Mouais » grogna Teagan «  Tu devrais venir au château on te trouverait une chambre »

A ces paroles Maeron se figea. Et voilà on y était, elle avait tellement pitié de lui qu’elle l'invitait dans son maudit château. Il sentit la colère envahir son esprit mais se contrôla. Il ne voulait pas blesser le jeune femme qui vu son air mortifié avait parler sans réfléchir.
Et pendant un instant il s'imagina accepter sa proposition et dormir enfin dans un vrai lit avec d’épaisses couvertures et un feu ronflant dans une cheminée de pierre. Il n'avait pas connu ce confort depuis de nombreuses années. Mais il se faisait des illusions. Il n'avait aucunement sa place au château.

« Ça m’étonnerais que le roi m'accepte dans sa demeure. » lâcha t'il d'un ton amer

Non il ne se voyait pas du tout franchir les portes et accéder à une chambre douillette juste parce qu'il était accompagne de la fille du cuisinier.

« N'empêche ce serait sympa pour toi de passer au château à l'occasion. » insista t'elle sur un ton plus léger «  Tu pourrais mettre une raclée à tout ses apprentis chevaliers qui se pavanent avec leurs épées en bois dans la cour ! »

« Ne me parle pas de chevaliers !» cracha Maeron

Il vit la jeune fille se figer et se rendit alors seulement compte qu'il avait haussé la voix. Il s'était encre une fois laisser emporté par sa colère et il s'en voulait. Mais la mention des chevaliers l'avait encore une fois mis hors de lui. Bien sur qu'il était capable de mettre une raclé a chacun des apprentis combattant du château et il le ferait rien que pour voir l'air fier de Tea. Mais le respect qu'il entendait dans sa voix lorsqu’elle évoquait les chevalier le dégoûtait. Il n'était pas les hommes braves et courageux qu'elle décrivait, enfin pas tous. Au sein de leur groupe se cachaient des monstres et il était bien placé pour le savoir.
Maeron secoua la tête pour chasser les souvenirs difficiles qui hantaient son esprit et son regard se posa sur Tea qui avait baissé la tête et fixait ses doigts avec attention.
« Je suis désolée. » murmura t'elle dans le silence soudain de la forêt
Maeron senti la culpabilité poindre dans son cœur. La jeune femme semblait véritablement blessée par ses paroles et c'est encore elle qui s'excusait.
«  Non c est moi » s'empressa t'il de dire sur un ton beaucoup plus calme

Il se sentait maladroit, ne sachant pas quoi dire pour lui rendre son sourire. Instinctivement il se précipita vers elle et s’arrêta à quelque centimètres de son corps. Il aurait voulu poser ses mains sur ses épaules pour la réconforter mais n'osa pas. Il se contenta de les laisser retomber le long de son corps.

«  Excuse moi d' être toujours aussi brusque. » souffla t'il en baissant les yeux à son tour

Elle leva les yeux vers lui et il lu tant de doutes dans ses prunelles bleue qu'il eut soudain la nausée. Il se sentait complètement désarmé par cette détresse et un instant il voulu la serrer contre lui mais une fois encore il n'en eu pas le courage.

Depuis qu'il avait rencontré la jeune fille il avait l'impression que ces émotions refaisait surface. Il avait tellement enfoui ses peines et ses doutes sous sa carapaces en vivant dans les bois qu'a chaque fois la jeune femme le désarmais autant par ses rires que par ses peines. Auprès d'elle il se sentait … vivant.

«  Un vrai homme des bois ! » s'amusa t'elle en lui assenant un coup sur le torse avant de se diriger vers Adrahil.

« Si tu le dis » grommela t'il en en esquissant un sourire «  Aller en selle, je te raccompagne. »

Il l'observa grimper en selle avec élégance et un sentiment de malaise le parcourut comme a chaque fois qu'elle se juchait sur Adrahil. Une sensation qui tenait de l’instinct. Il ne pouvait s’empêcher de ce demander comment la servante de la princesse pouvait monter avec autant d'aisance. Il se doutait que Tea lui cachait quelque chose. A chaque fois qu'il l’interrogeait sur son père ou son travail au château elle répondait évasivement et changeait rapidement de sujet. Mais il ne pouvait lui reprocher car il avait exactement la même attitude. Il se hissa sur la croupe d'Adrahil avec souplesse et ils se dirigèrent vers le château, Rashkánn à leur trousse.

Il se tenait négligemment au troussequin de la selle pour assurer son équilibre. Il n'avait pas été réellement étonné de voir la jeune femme monter son bel étalon à califourchon car il commençait a bien la connaître et elle n'avait rien d'une demoiselle. Elle était impulsive, orgueilleuse et beaucoup trop naturelle pour une femme.

D'ordinaire lorsqu'il la raccompagnait il parlait de tout et de rien mais ce soir le silence c’était installé entre eux et Maeron avait beau réfléchir il ne trouvait pas de sujet pour le briser. Il se contenta alors de se laisser bercer par le balancement de la croupe d'Adrahil en regrettant que l’épaisse couche de neige qui recouvrait le sol empêche Tea de lancer sa monture au galop.

Les longs cheveux de la jeune femme lui battaient le visage ce qui le qui le ramena à penser à l'air blessé qu'elle avait afficher lorsqu'il avait élever la voix. Elle savait qu'il n'était pas douée en relation humaine et il haussait bien souvent le ton au cours de leurs entraînements et elle ne s'en était jamais plainte. Et pourtant cette fois il avait eu l'impression de l'avoir giflée.

Pourtant elle ramenait souvent le sujet sur le tapis. Il avait l'impression qu'elle souhaitait qu'il découvre son univers et il l'aurait fait avec plaisir s'il n'y avait pas son père. Il aurait pu accepter d'entrer dans le château du Seigneur Mézérhían. Après tout il l'avait quitté depuis assez longtemps pour que personne ne le reconnaisse mais il ne voulait pas croiser son père. Il ne s'en sentait pas le courage. D'un autre coté peut être que le chevalier n'était plus affecter au château. Il aurait pu demander a Tea des information à ce sujet et dans ce cas peut être arriverait il a passer les portes et a enfin lui faire plaisir.

« On y est » déclara Teagan en arrêtant Adrahil en lisière de la foret « Tu rêvassais ?»

« Ouais » grogna Maeron en sautant de cheval.

«  Tu es sur que tu ne veux pas venir ? » demanda t'elle d'une voix a peine perceptible

Maeron leva la tête pour la dévisager et lut dans ses yeux la tristesse qu allait engendrer un refus. Il sentit son cœur se serrer alors que sont esprit lui criait d'accepter rien que pour voir apparaître un sourire sur les lèvres de la jeune femme. Il était prêt a accepter quand il jeta un regard vers les portes du château. Deux silhouettes gardaient la porte et l'une duelle attira son attention. Son sang se glaça et il réprima un frisson. Il aurai reconnu la silhouette du chevalier posté au pied du rempart parmi des centaines d'autres. Cette carrure imposante lui était plus que familière et faisaient remonter en lui des souvenirs qu'il avait tout fait pour oublier. Le chevalier tourna la tête et bien que ce fut impossible à cette distance il eu l'impression d'être poignarder pars ses prunelles grises et froides. Il se mit aussitôt à haleter et sentit soudain la chaleur du corps de Rashkánn qui se pressait contre ses jambes. C'est Tea qui le sortit de sa transe.

« Alors ? » demanda t'elle en posant pied à terre a son tour

Elle ne semblait pas avoir remarquer son mal être et il baissa les yeux pour tenter de se reprendre.

- «  Non merci. » souffla t'il «  Je vais rester dans ma forêt »

Il vit alors, comme il l'avait prévu, les yeux bleu de la jeune fille se remplir de tristesse et il eut l'impression d'être poignarder en plein cœur. Il sentit Rashkánn poser sa truffe humide contre sa paume et il relâcha la pression en glissant ses doigts dans le poils soyeux de son loup.

« On va rentrer à la maison. » dit il a l'animal qui s'était mit a gémir doucement contre lui.

«  Moi aussi. »

Et pour la première fois depuis qu'il se connaissaient elle se mit sur la pointe des pieds pour poser un baiser sur sa joue. Maeron se sentit rougir et ne put décrocher un mot tandis qu’elle remontait sur Adrahil. Il se maudit également de ne pas être capable de l'observer retourner au château de peur de recroiser ses yeux gris menaçant qui continuaient à lui gâcher la vie


Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: April 10th, 2016 10:59 am (UTC)

Ah, je vois que je n'avais pas commenté celui-là alors que je l'avais lu...

C'est intéressant de voir de quelle manière Maeron voit et ressent cette situation. Je me demande à quel moment Teagan se rendra compte qu'il y a un problème plus profond que simplement le "côté asocial" de son ami =)

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: April 10th, 2016 07:46 pm (UTC)

Ils sont chacun tellement préoccupé par leur passé et leurs perus qu'ils ne se rendent même pas compte que l'autre aussi cache un secret. quand la vérité va éclaté ça va leur exploser à la tête

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: April 10th, 2016 08:30 pm (UTC)

Tu m'étonnes !
Puis ça risque de pas faire du bien...

Je pense pas que la vérité soit facile à encaisser pour eux vu les situations de chacun.

3 Read Comments