asfaloth14 (asfaloth14) wrote,
asfaloth14
asfaloth14

Mezerhian - les refugiés

Titre: Les réfugiés
Fandom : Mézérhían
Personnage : Teagan - Kieràn - la troupe - les réfugiés
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 1943 mots


Cette fois ils avaient continués à chevaucher même à la tombée de la nuit. Les ombres s'étaient agrandies, le soleil avait disparut à l'Ouest et les étoiles avaient pris leurs places dans le ciel et étaient devenue leur seule source de lumière avec la lune pour les éclairer. Teagan n'avait plus rien dit, elle s'était contentée de suivre le mouvement en silence. Elle comprenait l'empressement du Lieutenant pour arriver au plus vite à Halfàn et l'aidait du mieux qu'elle pouvait. Elle avait aidé les réfugiés à se hisser sur les chevaux courtauds au poils épais des Estiens et à leur apprendre en quelques minutes les rudiments de l'équitation. Au final seule cinq femmes et la fillette avaient été en état de les suivre, les autres n'aillant pas survécu à l'attaque des sauvages. Cette opération qu'avait mené Teagan n'était pas un échec mais pas une réussite non plus. Les hommes étaient morts et leurs villages avaient été brûlés, ces femmes n'avaient plus rien. Par miracle la troupe n'avait pas subit de perte durant l'attaque. Quelques blessures mineurs s'étaient rajoutés à celle que les soldats portaient déjà mais elle ne ralentirent pas le rythme de leur chevauchée et n'avaient semble pas atteint le moral des troupes qui au contraire semblait galvanisé par la présence des civils à protéger.

Teagan avait l'impression désagréable d'avoir l'estomac lourd, lors de l'attaque elle avait réagi par instinct, se battant pour sauver sa vie, celle des hommes qui l'avaient suivie et celles des villageois mais lorsqu'elle réfléchissait à ce qui c'était passé elle sentait un malaise s'insinuer en elle. Encore une fois elle refusait de se poser des questions sur le comportement d'Adrahil. L'animal était un véritable atout dans la bataille mais sa sauvagerie dépassait tout ce qu'elle avait pu imaginer et elle semblait communicative. Alors pour éviter de penser à tout cela elle se retournait fréquemment pour vérifier que la fillette tenait le coup. Malgré la petite taille du cheval Estien elle semblait minuscule sur l'épaisse selle et tenait ses rênes maladroitement. Physiquement ça avait l'air d'aller. Les soldats l'avaient drapée dans une de leur chemise, trouée et parsemée de gouttelettes de sang mais qui la couvrait jusqu'à mi cuisse. Elle était cramponnée de toute ses force à la crinière épaisse de sa petite monture et gardait les yeux fixés sur l'horizon. Psychologiquement par contre c'était une autre histoire. Les larmes qui roulaient régulièrement sur ses joues avaient tracé un sillon plus pâle sur sa peau recouverte des cendres des son villages.

Lorsque la troupe s'arrêta en haut d'une petite colline Teagan rejoignit le Lieutenant qui flattait l'encolure de sa jument grise.

- Voyez vous la petite étincelle au loin Elarià ? demanda-t-il en fixant l'horizon.

Cette dernière mis quelques seconde pour repérer ce dont il lui parlait avant d'apercevoir au loin une source de lumière, peut être un feu ?

- C'est le feu de la tour de garde d'Halfàn, nous y sommes presque.

Teagan hocha la tête, elle comprenait le dilemme qui se jouait maintenant dans l'esprit du Lieutenant.

- Allons nous faire une halte ? le questionna-t-elle

Son regard sombre se tourna vers elle et l'ombre d'un sourire apparut sur ses lèvres.

- Quel est votre avis à ce sujet ?

Cette question la prit au dépourvu. Depuis qu'elle les avait rejoins il ne lui avait aucunement demandé son avis sur le chemin à prendre ni la manière dont elle ferait les choses. Elle s'était contenté de suivre, sauf cet après midi. Elle savait qu'elle lui devait des explications sur son choix de dévoiler à tous son identité et sur sa décision de lui donner des ordres mais ils leur faudrait rejoindre Halfàn avant tout.

- Combien de temps nous faudrait-il pour atteindre le château ? s'enquit elle en tentant d'évaluer la distance les séparant de la tour.
- Quelques heures tout au plus si nous maintenons notre allure.

Teagan avait du mal à se repérer dans ce paysage qui lui était inconnu. Les terres de l'Heiroken étaient plus vallonnées que celles du Romerdhael et l'obscurité ne l'aidait pas à s'orienter.

- Les chevaux sont-il capable de continuer ? demanda-t-elle

Pour Adrahil ce ne serait pas un problème. L'Eiwoarn ne semblait pas fatigué malgré les heures de chevauchées et le rude combat qu'il avait mené. Au contraire il semblait encore plus vifs et vigoureux qu'avant l'attaque et encore une fois c'était un sujet auquel Teagan refusait de penser.

- C'est à moi que vous posez la question, s'étonna le Lieutenant.

Teagan se tourna vivement vers lui, sa voix était plus raque que d'ordinaire et il était plus renfrogné que jamais.

- Bien sur, grommela-t-elle en le fusillant du regard. Je ne suis pas apte à savoir si les chevaux de combats son encore capable de tenir la distance.

Ses paroles semblèrent radoucir le soldat qui soupira.

- Je pense qu'ils le pourraient.
- Alors allons-y assura Teagan. Le Seigneur Rovenàl ne tiendra plus très longtemps et nous pouvons gagner des heures qui lui sont précieuses.

Kieràn hocha la tête et un voile de tristesse voila sur son visage. Teagan sentit son cœur se serrer. Elle savait qu'on fond de lui il n'était pas sur d'arriver à temps et elle aurait voulu le rassurer sur ce point. Comme ça lui était impossible elle le questionna.

- Pourquoi me demandez vous mon avis tout à coup ?

Il laissa échapper un petit rire amer avant de se tourner vers elle.

- Vous êtes la Princesse, répondit il. Vous ordonnez, j'obéis.

Le ton employé était sec et Teagan eut l'impression d'avoir été giflée.

- C'est ce que vos croyez vraiment ? demanda-t-elle, blessée.

Le Lieutenant se contenta de hausser les épaules et elle se détourna folle de rage. Elle aurait voulu continuer cette conversation, lui révéler qu'elle n'avait pas l'habitude de donner des ordres et encore moins d'être obéie, qu'elle avait simplement voulu sauver ces gens, qu'elle n'avait pas supporté les cris et qu'il lui était difficile de voir tout ces villages brûlés. Elle n'imaginait pas qu'on puisse rester de marbre devant un tel spectacle et se détourner alors qu'ils avaient pu sauver la vie de six personnes et anéantir une troupe ennemie qui parcouraient leurs terres sans vergogne. Elle allait répliquer lorsqu'un soldat arrêta son cheval devant elle.

- Majesté, commença-t-il en s'inclinant ce qui la fit serrer les dents. C'est la fillette, nous n'arrivons pas à la calmer.

En effet si elle avait été moins préoccupée par les bourdonnement de colères qui résonnaient dans ses oreilles elle aurait entendu les sanglots hachés de la petite fille. N’hésitant pas une seconde elle fit volter Adrahil et s'approcha de la réfugiée. La petite semblait être tombée de cheval et un soldat était penché sur elle et semblait vouloir poser une main sur son épaule pour la rassurer. Mais la petite sanglotait de plus belle en reculant pour fuir le contact de l'homme.

La Princesse sauta à terre et se précipita vers la petite fille qui ouvrit de grands yeux avant de la reconnaître.

- J'ai mal, gémit-elle entre deux sanglots. Tellement mal !

Teagan allait répondre lorsque le solda la rabroua sèchement.

- Tu t'adresses à la Princesse alors cesse de gémir !

Tea le foudroya du regard en se redressant. Elle attrapa l'homme par l'épaule et le tira sans ménagement un peu plus loin.

- Cessez cela tout de suite ! gronda-t-elle en sentant ses doigts la picoter. Cette petite est traumatisée, son village à brûlé, sa famille à été décimée et elle à été dénudée et touchée par un homme qui allait la violer, elle à le droit de se plaindre.

Le soldat s'inclina aussitôt et plia le genou sous le regard exaspéré de Teagan. Elle fit de son mieux pour ne pas lui crier de cesser cette mascarade mais ce n'était pas le moment. Elle regrettait déjà son anonymat et la simplicité des ses échanges avec les soldats lorsqu'elle les avait soignés. Elle se hâta de chasser ses états d'âmes car ce n'était pas le moment de s'apitoyer sur son sort alors qu'une enfant avait besoin d'elle. Elle retourna auprès d'elle en avançant à pas précautionneux. Elle tendit ces paumes vers l'avant et lorsqu'elle posa sa main sur la jambe de la petite cette dernière ne recula pas.

- Je ne te ferai pas de mal, souffla-t-elle avec le plus de douceur dont elle était capable. Personne ici ne te feras de mal je te le promets.

La petite se remit à sangloter en essuyant ses larmes avec la manche beaucoup trop grande de sa tunique.

- Si tu me disais ou tu as mal je pourrais peut être te soigner, proposa Tea en caressant doucement ses cheveux blond parsemé de cendres noires.

La petite hocha tristement la tête et lui tendit ses mains, paumes découvertes. La Princesse grimaça en les voyant. Elle s'était accrochée tellement fort au pommeau de sa selle que la peau s'était entamée. Tea n’hésita pas une seconde et attrapant le pan de sa chemise sous son corset elle en déchira une large bande qu'elle coupa en deux avant de les nouer autour des paumes de la fillettes.

- Ça ne vas pas te soigner mais ça éviteras que la plaie ne s'ouvre plus, expliqua-t-elle. Notre voyage est presque fini.

Elle vit la petite se mordre la lèvre inférieure pour ravaler ses larmes.

- C'est vrai que vous êtes la Princesse ? demanda-t-elle de sa petite voix d'enfant.

Teagan retint une grimace. Elle aurait voulu cacher sa vraie nature, devenir quelqu'un d'autre et recommencer une nouvelle vie mais les décisions qu'elles avaient prise la poussait vers un autre chemin et elle allait devoir assumer, et faire face au regard désespéré d'une enfant c'était là une moindre difficulté.

- Oui, répondit elle en caressant sa joue. Mais ça ne change rien hormis que je jure de te protéger.

La fillette baissa les yeux et c'est alors que Teagan prit conscience que le bas de sa tunique était parsemé de tache de sang.

- Tu saignes ? Lui demanda-t-elle, surprise.
- La selle, répondit la petite d'un air penaud. Ça m'à brûlé les jambes.

Teagan ferma les yeux un instant, elle connaissait bien ce problème et c'est pourquoi elle était vêtue de chausses de cuir et non pas d'une robe. Cette dernière était bien peu pratique pour monter à cheval surtout lorsqu'on n'en avait pas l'habitude. La peau fragile de l'enfant avait été mises à mal par le cuir et le mouvement de frottement induit par l'équitation. Teagan savait par expérience que ce genre d'irritation était très douloureuses.

- On va essayer d'arranger ta tuniques pour que ça protège tes cuisse, lui assura-t-elle en se demanda si le tissu rêche ne serait pas finalement plus abrasif que le cuir.
- Je peux pas continuer ! pleurnicha l'enfant en plongeant son visage dans ses mains abîmées.

Teagan lui attrapa le menton avec autorité et la força à relever la tête pour plonger ses yeux dans ceux larmoyant de l'enfant.

- Oh si tu vas y arriver, l'encouragea-t-elle. Il ne nous reste que quelques heures de route, ensuite nous arriverons dans un château ou tu seras en sécurité. Il faut que tu sois courageuse !

La fillette hésita mais ses yeux verts se chargèrent d'une confiance qui réchauffa le cœur de Tea. Elle lui tendit la main et l'aida à se relever alors qu'un soldat s'approcha avec son petit cheval trapu. Elle l'aida à se remettre en selle et vérifia que la tunique couvrait bien ses cuisses avant de monter souplement sur Adrahil.

- On va faire le plus vite possible, lui dit elle alors que la troupe se remettait en marche. Tu as ma parole.


Tags: fandom mézérhian, fics, lieutenant kieràn, teagan mézérhian
Subscribe
  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic
  • 2 comments