?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

De nouveaux compagnons

October 10th, 2018 (09:24 pm)
current song: le meilleur patissier

<1196b> Titre: </b> De nouveaux compagnons
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maeron - Aodhaàn - Dalaigh - Sellod
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 1196 mots

Maeron passa lentement la main sur l'encolure de son hongre bai. L'animal poussa un soupir tout en accélérant le pas. Le chasseur jeta un regard rapide à ses nouveaux compagnons de route. Lorsque le chevalier massif répondant au nom de Ser Aodhaàn lui avait proposé de se joindre à lui pour effectuer une mission dans le Reyr il n'avait pas hésité longtemps. Maeron avait bien l'intention de ne pas devenir un simple aide de camps. Même si ses prouesses à l'épée avait impressionnée Ser Kenelm et Ser Ourzhàl il n'était pas sûr une fois arrivé au front de ne pas devoir s’acquitter de taches ménagères. Ser Aodhaàn et ses compagnons semblaient être des guerriers, excepté Dalaigh. Une mission en leur compagnie dans le Reyr semblait bien plus exaltante que de faire le larbin dans le camps du Roi. La seule chose qui le gênait dans ce revirement c'était qu'il s’éloignait du front. Il avait promis à Tea de se tenir entre elle et ses ennemis et il voilà qu'il reniait déjà sa parole. D'un autre coté il lui avait semblé comprendre qu'il partait à la recherche du Seigneur Rhiàn, un alliée de Tea, et il apaisait sa conscience en se promettant de se montrer utile au cours de cette mission.

Le cheval de Maeron se porta de lui-même au hauteur de Sellod. Le jeune homme à l'épaisse carrure et aux cheveux d'un roux flamboyants était resté étonnamment silencieux et Maeron avait apprit à apprécier sa présence discrète. A vrai dire depuis deux jours qu'il chevauchait à ses cotés il ne l'avait pas entendu prononcer le moindre mots. Ce qui le changeait du dénommé Daleròn qui ne cessait de lui poser des questions auxquelles il refusait de répondre.

Sellod lui adressa un bref signe de tête lorsque leurs regards se croisèrent et Maeron le lui rendit. Le chasseur jeta un coup d’œil envieux à la position de son compagnon de voyage qui lui semblait irréprochable. Sa manière de se tenir à cheval lui rappelait douloureusement Tea et il fit un effort considérable pour la chasser de son esprit. Sellod tenait son dos droit, ses talons biens descendu et son bassin incliné vers l'avant. Mais surtout il tenait ses deux rênes dans sa main gauche et Maeron songea que cela devait lui permettre de pouvoir tirer son épée tout en conduisant son cheval. Il tenta discrètement d'imiter le soldats mais il était loin d'être bon cavalier.

Un grognement lui fit redresser la tête et il lut une sorte d'amusement dans les yeux gris de Sellod. Cependant se dernier récupéra ses rennes à deux mains et lui montra avec lenteur le mouvement pour les rassembler dans sa main gauche tout en gardant la même tension sur les deux guides de cuirs. Maeron l'imita et fut ravi de voir qu'il se sentait plus à l'aise ainsi. Il fit zigzaguer légèrement sa monture en accentuant la pression sur un coté ou l'autre de l'encolure et cette dernière lui obéit parfaitement.


- Merci, lui dit il en lui adressant un petit signe de tête. C'est beaucoup mieux ainsi.


Sellod lui répondit en levant son pouce ce qui surprit le chasseur. Il n'était pas un grand amateur de bavardages mais il lui arrivait tout de même de se servir de sa voix pour communiquer ce qui n'était pas le cas du grand guerrier. Il commençait à se poser des questions sur le capacité de son nouveau coéquipier à savoir parler. Il se surprit à se demander s'il n'allait pas poser la question à Aodhaàn mais changea aussitôt d’avis. Il avait ses secrets, Sellod pouvait bien avoir les siens.

Maeron concentra son attention sur le paysage. Ils étaient toujours dans le Romerdhael vallonné de collines à l'herbe quelque peu roussie par le froid. La nuit précédent il avait neigé. Pas assez pour que la neige tienne véritablement au sol mais certaines collines plus hautes que d'autres voyaient leur sommet se parer de blanc. Au fond de lui Maeron exultait. Il avait toujours rêver de voyager sans pour autant oser sortir du refuge qu'était pour lui la foret de Dunvel. Cette mission allait le mener dans le Reyr, réputé pour être l'une des plus belles province du Royaume. Au delà de la brume qui nappait le ciel on pouvait apercevoir les contreforts des première montagnes qui servait de frontières naturelle entre le Reyr et le Romerdhael et il avait hâte de les escalader pour admirer la vue.

- Mais tu vas avancer saleté de canasson !

Maeron se retourna vivement sur sa selle pour observer le fauconnier qui tenait la jument en difficulté. Cette dernière avait planté ses quatre membres dans le sol et refusait d'avancer. Le jeune homme blond qui tenait la longe se retrouvait donc écartelé entre elle et sa propre monture qu'il ne maîtrisait guère mieux. Maeron adressa un regard à Sellod qui eut un haussement d'épaule amusé. Le chasseur lui décida d'intervenir et fit souplement faire demi tour à sa monture.

- Lache-là ! ordonna-t-il au fauconnier qui obéit sur le champ.

La jument elle redressa la tête à son arrivée, le toisant de ses yeux bruns aux reflets étrangement dorés. Maeron stoppa son propre hongre à ses cotés et la jument plaqua les oreilles sur sa nuque en retroussant les naseaux comme pour mordre son congénère.

- Ne l'attaque pas il vient t'aider ! grogna Maeron en langue ancienne.

La jument lâcha un soupir et ses naseaux reprirent leur forme initiale. Maeron resta estomaqué par l'expressivité de cet animal. Il était d'ailleurs étonné qu'elle réagisse aussi bien à ses ordres. Il soupçonnait que cette hybride aie plus de sang d'Eiwoarn que l'on avait bien voulu l'avouer. Lorsqu'il la regardait il revoyait Adrahil. Il avait vu l'étalon obéir au doigt et à l’œil de Tea et il était donc persuadé que ces êtres avaient un niveau de compréhension plus élevés que de simples chevaux

- Alors comme ça tu refuse d'avancer, lui dit il en se penchant pour attraper la longe de la jument.

Cette dernière se laissa faire sans toutefois lâcher sa main de son regard perçant. Maeron resta abasourdi lorsque cette dernière leva le postérieur droit en le gardant en l'air. C'est alors qu'il comprit. Il se pencha sur sa monture et aperçut des traces de sang sur son membre replié.

- Aodhaàn ! S'écria-t-il en faisant se retourner toute la troupe. La jument est blessée il va falloir qu'on s'arrête.

Le chevalier qui menait l’expédition lui adressa un signe de tête montrant qu'il avait comprit. De toute manière le soleil ne tarderait pas à se coucher et ils devraient trouver un abri pour la nuit. Ils ne pouvaient cependant pas s'arrêter entre ces deux collines. Il leur fallait un endroit plus abrité dans la mesure du possible.

- Il va te falloir faire un effort, dit tranquillement Maeron à la jument, la langue ancienne roulant dans sa bouche comme s'il l'avait parlé tout les jours. Je te soignerai après.

Et sous le regard abasourdi du fauconnier la jument s'ébroua, reposa son postérieur et se mit en marche. Maeron ne put empêcher de sourire et de ressentir une certaine fierté en voyant cette terreur des écuries le suivre docilement.


Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: November 23rd, 2018 04:57 pm (UTC)

Un texte sympas qui installe tranquillement une ambiance, mais qui donne également des éléments supplémentaires au sujet de la jument.

Du coup je me demande de quelle manière les gens reconnaissent les Eiwoarn de ceux qui ne sont "que" des hybrides.

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: December 5th, 2018 07:39 am (UTC)

Les Eiwoarns et les hybrides se differencie par leur caractère. Souvent les eiwoarns ont un cavalier quie st aussi plus priche d eux que d un simple cheval. Ils sont aussi plus grands, et leurs yeux sont plus doré que noirs.


En l occurebce dalaigh etait la lorsque teagan a eut la jument donc la il sait qu elle est hybride. Par contre maeron l ignore 

2 Read Comments