?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Rencontre interessante

May 10th, 2018 (09:02 pm)
current song: the big bang theory

Titre: rencontre interessante
Fandom : Mézérhían
Personnage : Ser Kenelm - Ser Ourzhal - Aodhaàn
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 1799 mots

- Assieds toi, lui proposa Ser Kenelm en lui désignant une pierre plate au coin du feu. Nous avons du lapin rôti.

Aodhaàn le remercia d'un bref signe de tête et s’exécuta. S’asseoir lui fit un bien fou et la chaleur du feu flambant devant lui l'aida à chasser la tension qui avait habité son corps quelques instants auparavant. Il entendit son estomac gronder lorsque Ser Ourzhàl, qui venait de s'asseoir à sa droite, lui découpa une belle cuisse de lapin tendrement rôti. Le chevalier était heureux de profiter d'un bon bout de viande car il était quasiment persuadé que la nourriture se ferait bientôt rare sur leur chemin.

Il savoura la chaleur et le bon goût de la viande sous le regard inquisiteur des deux autres chevaliers. Il jeta un coup d’œil au dessus du feu pour voir ses compagnons de route s'occuper des chevaux en compagnie de l'étrange archer qui avait bien faillit lui faire perdre une main. Il aurait volontiers inviter son équipe à partager ce repas mais il devait auparavant s'entretenir avec ses homologues.

- Alors dis nous, l'interpella justement Ser Ourzhàl. Pourquoi n'es-tu pas sur le front ?

Depuis qu'il avait reconnu ses confrères Aodhaàn se posait la question sur les éléments qu'il pouvait leur livré. Il avait été un instant tenté de ne rien révéler de sa mission mais cette dernière n'avait finalement rien de secret. Le Roi n'avait pas demandé à se qu'il se taise et il connaissait Ser Kenelm et Ser Ourzhàl qui étaient aux services de leur souverain depuis de nombreuses années.

- Le Roi m'envoie à la recherche du Seigneur Rhiàn, répondit-il avec sincérité en savourant un nouveau morceau de viande.
- Il n'est pas au Nord ? s'étonna Ser Kenelm.
- Non, aucune trace de lui ni des hommes du Reyr

Il lut sur le visage des deux chevaliers le même étonnement qui se lisait sur le regard de tout homme découvrant que le loyal Seigneur du Reyr n'était pas sur le front. Il fut cependant surprit quand Ser Ourzhàl poussa un grondement sourd avant de se lever.

- Ils étaient trop peu nombreux ! gronda le chevalier en mettant un coup de pied nerveux dans une pierre. L'armée Estienne n'a du en faire qu'une bouchée.

Aodhaàn leva les yeux vers son compagnon qui n'arrivait pas à cacher sa colère.

- Et donc tu cherches Canthaïr avec six hommes ? s'étonna Ser Kenelm qui comme à son habitude restait d'un calme olympien.

Aodhaàn hocha la tête. Oui il étaient une petite équipe mais c'était justifiable.

- Le Roi veut que nous soyons discret, expliqua-t-il en essuyant sa bouche d'un revers de manche. Je vais vérifier qu'il n'est pas retourné se planquer à Lijar.
- C'est impossible ! protesta aussitôt Ser Kenelm en hochant vigoureusement du chef. Je connais Canthaïr ce n'est pas un pleutre.

Aodhaàn serra les dents n'ayant rien à répondre à cela. Il n'arrêtait pas de se creuser la tête en se demandant ce que cette mission allait lui faire découvrir. Il connaissait les faits d'armes du Seigneur Rhiàn, avant d'être chef de province il était un chevalier, un membre de l'Eiréhaàn, un protecteur du Royaume.

- On dit que la mort de son jeune frère la dévasté, finit par grogner Ser Ourzhàl en se rasseyant à sa place. On ne peut jamais prévoir comment réagira un homme face à la mort de l'un de ses proches.

Aodhaàn ne leva pas les yeux, se concentrant sur ses mains couvertes de jus de lapin, il les essuya brièvement sur ses chausses de cuir, attendant l'inévitable question que lui posa Ser Ourzhàl.

- Et toi gamin ? Quel est ton avis ?
- Je n'ai pas d'opinion à avoir, répondit il méthodiquement. Je fais ce que me demande le Roi.
- Alors pourquoi être descendu aussi au Sud ? s'enquit Ser Kenelm. On est loin de la route de la citadelle.
- Les frontières entre le front et le Romerdhael sont floues, répondit Aodhaàn heureux de s’écarter des sujets délicats. Il n'est pas certains que les rives du Rijeikàin soient sures. J'ai préféré effectuer une bifurcation.

Un instant de silence régna autour du feu et Aodhaàn se sentit serrer les dents. Ser Kenelm et Ser Ourzhàl étaient tout deux des chevaliers expérimentés et leur opinion comptait pour lui. Il attendait donc leur jugement sur sa décision.

- C'est qu'il est loin d’être idiot le gamin, finit par railler Ser Ourzhàl en lui administrant un coup amical sur l'épaule.
- Cesse de l'appeler comme ça, le rabroua Ser Kenelm. Il à amplement la force de te mettre une raclée.

Aodhaàn leur offrit un bref sourire en fixant les braises du feu. Ce surnom ne le gênait pas. Ces chevaliers étaient chevronnés et il pouvait bien n’être qu'un gamin à leurs yeux il n'en était pas moins à la tête d'une mission importante dictée par le Roi lui même.

- Assez parlé de moi, les tempera Aodhaàn. Que faites vous ici? Qui sont ces hommes et surtout pourquoi n'êtes vous plus au château ?

Aodhaàn savait que les deux chevaliers, en qui le Roi avait une confiance absolue, leur avait donné l'ordre de rester au château pour protéger la Reine et Teagan. Il se demandait donc pourquoi ces deux hommes se retrouvaient sur la route du front avec une chariote et une dizaine d'homme ainsi qu'un enfant.

- Racontes, grommela Ser Ourzhàl à l'intention de son compagnon de route. Ressasser m’épuise.

Et c'est ce que fit Ser Kenelm. Aodhaàn apprit alors que la Reine était entrée en chasse contre les déserteurs. Qu'elle avait ordonné à ses soldats du Cyriatàn de les traquer, de les ramener au château et de leur offrir le choix de sauver leur honneur et leur vie en partant au front. Il savait que les pleins pouvoirs avaient été accordés à la Reine en l'absence du Roi mais il ne comprenait tout de même pas comment les deux chevaliers avaient pu obéir à un ordre aussi aberrant que d'abandonner le château.

- Mais qui surveille la Princesse ? s’étranglât-t-il alors que Ser Kenelm venait de lui expliquer de quelle manière ils avaient prit la route.

Aodhaàn sentit un frisson lui parcourir l'échine en songeant que la Princesse était seule au château entourée seulement par les soldats du Cyriatàn..

- Calme toi gamin ! lui ordonna Ser Ourzhàl en lui adressant un sourire mielleux. C'est-y pas mignon, il à été adoubé par la dmoizelle alors il croit qu'il est le seul à se soucier de sa sécurité.

Cette fois Aodhaàn lui lança un regard noir. Il n'aimait pas la manière dont son collègue parlait de la Princesse. Il lui devait le respect.

- La Princesse de Mézérhían est protégée par deux cent soldats Cyriatan'en, tempera Ser Kenelm en adressant un regard furieux à son compagnon de route. Elle se trouve toujours au château qui je te le rappelle est une forteresse imprenable.


Aodhaàn hocha la tête, incapable de chasser la sensation de malaise qui venait de s'emparer de lui en sachant la Princesse seule. Ser Kenelm avait raison, elle était bien entourée et sous bonne garde mais il aurait préféré veillez sur elle personnellement. Malgré la force que la Princesse Teagan montrait devant les autres il savait qu'elle était fragile. Il avait vu cette vulnérabilité le jour ou il l'avait trouvée à terre devant les tombes de ses proches et qu'il lui avait proposé de lui offrit un peu d'intimité. Depuis ce jour il s'était juré intérieurement de ne plus voir souffrir sa future Reine et l'éloignement lui rongeait les sangs.

- Et donc vous emmenez ces hommes sur le front, résuma-t-il en jetant un œil aux personnes apeurées toujours réfugiées auprès de la roulotte.

« ces hommes » était un terme bien imprécis. Le groupe était composé d'hommes trop âgés pour tenir une épée, d'un vieillard visiblement mal en point et d'un enfant. Aodhaàn avait un peu de mal à imaginer que la Reine aie forcé ses malheureux à partir pour le front. Il n'avait aucunement l'allure de soldats ni même d'aide de camps.

- Oui ils..., commença Ser Kenelm

Mais ils furent interrompu par un bruit de lame qui les fit sursauter. Aodhaàn tourna le regard pour découvrir le guerrier qui l'avait accueilli avec son arc. Ce dernier faisait face à l'enfant, tout deux tenant une lame à la main.

- Et lui ? demanda-t-il alors que les deux autres chevaliers avaient eux aussi tourné leurs regards vers cet étrange individu. Il a bien faillit me transpercer la main.
- Lui c'est un étrange personnage lui répondit Ser Kenelm d'un ton pensif.
- Ne te préoccupe pas de ses propos, railla Ser Ourzhàl en attrapant une petite branche pour raviver le feu. Leràn est amoureux.
- Arrêtes tes conneries, gronda le concerné. Tu étais bien content de manger les lapins qu'il à chassé.

Aodhaàn tiqua à l'emploi de ses mots.

- Il chasse ? s’étonna-t-il en regardant la carcasse du lapin qu'il venait de dévorer avec appétit
- Il est étrange, répéta Ser Kenelm en jetant un regard d'avertissement à son compagnon de voyage. Il chasse, il connaît les plantes qui soignent et c'est un combattant hors pair.

Aodhaàn reporta son regard sur le guerrier. Il était battit très différemment de lui même. Il était plutôt grand et élancé mais on pouvait voir qu'il ne manquerait pas de force. Il était vêtu de cuir passe partout mais il remarqua très vite qu'il avait un poignard attaché à la cheville et un autre pendant à son ceinturon sur ses reins. Il tenait sa lame avec dextérité alors qu'il enchaînait une passe rapide avec l'enfant.

- Il entraîne le petit ? s'étonna-t-il ne comprenant pas vraiment la démarche.
- Oui, depuis trois jours, répondit Ser Kenelm. Je t'assure que j'ai rarement vu un type aussi bon une lame à la main. Sans parler de son arc qu'il ne quitte presque jamais.

Aodhaàn hocha vaguement la tête. Le guerrier l’intéressait. Il se dégageait de lui une certaine sauvagerie malgré le calme dont il faisait preuve devant l'enfant. Ces gestes étaient précis, sa position solide et son regard carnassier.

- Il te serais peut être utile ? suggéra Ser Ourzhàl. Il a raison. Il se bat sacrement bien.

Aodhaàn passa une main dans ses cheveux, songeant que l'idée n'était pas mauvaise. Le guerrier avait effectué un tir plutôt impressionnant et de toute évidence il avait été le premier à les repérer, il semblait être un élément intéressant qui pourrait lui être utile dans son périple.

- Tu crois qu'il accepterait de se joindre à nous ? grommela-t-il toujours indécis.

Ser Ourzhàl se mit à rire alors que Ser Kenelm lui souriait.

- Le mieux c'est de le lui demander, rit-il. Il ne fait que ce qu'il veut de toute manière.



Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: May 11th, 2018 05:59 pm (UTC)

Rah... Aodhaàn a raison !
Il ne faut pas laisser la princesse seule avec la reine !!
Je pense qu'il pourrait bien s'entendre avec Maeron, le duo sera interessant. Et puis moi je veux savoir ce qu'il se passe pour Canthaïr !

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: May 13th, 2018 09:48 am (UTC)

Et oui Aodhaàn a raison mais il est bien l'un des seul à s'en douter. même maeron pense que Teagan est en sécurité.

Un duo Maeron Aodhaàn en effet ils peuvent se montrer complémentaire. quand a Canthaïr tu vas devoir patienter ^^

2 Read Comments