?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Dire aurevoir

March 25th, 2018 (08:36 pm)
current song: the big bang theory

Titre: Dire aurevoir
Fandom : Mézérhían
Personnage : Teagan - Beadelia - Maeron - Maelrhys - Bearach - Ser Kenelm
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 1720 mots

- Teagan je vous en prie, il faut y aller.

La Princesse releva brièvement la tête avant qu'un nouveau spasme violent dans l'estomac ne la force à baisser la nuque vers le seau qu'elle tenait devant elle. Les spasmes se chevauchaient mais ça faisait déjà bien longtemps que son estomac était vide. Elle se contenta de tousser rauquement alors qu'elle était prise d'un nouveau vertige.

- Je...je.., bredouilla-t-elle en essuyant sa bouche avec sa manche

Elle n'y arrivait pas, elle avait réussi à quitter les écuries dignement, elle avait arboré un air fermé dans la cours et les couloirs, air qui pouvait être prit pour la simple désapprobation qu'elle avait exprimé plus tôt sur le perron. Mais arrivée dans sa chambre elle s'était effondrée, laissant son corps exprimer la peine qu'elle ressentait. Elle savait que ce jours allait arriver et que Maeron devrait partir au front. Elle avait toujours cru au plus profond d'elle même réussir à le convaincre de l'accompagner mais le voir attaché comme un animal dans une pièce sombre sans qu'elle n'aie le pouvoir de changer les choses la rendait malade.

- Je sais ce que c'est, continua Maelrhys en caressant sa joue humide. Croyez moi j'en suis consciente mais vous avez réussi hier, vous pouvez le faire.

Teagan savait que c'était ce que Maeron lui avait conseillé de faire : être forte. Mais pour l'instant elle en était incapable. Tout son être souffrait, la douleur physique était insupportable et la douleur psychique manquait de l'étouffer.

- Je ne peux pas le regarder partir, gémit-elle. J'en suis incapable.
- Il le faut Teagan ! insista son amie. Il vaut mieux le voir partir que de se faire exécuté.

Le cœur de la Princesse se déchira à cette pensée. Si la Reine était mise au courant de sa relation avec Maeron s'en était fini pour lui. Elle ne doutait pas que sa belle mère profite de cette belle occasion pour la faire souffrir et ce débarrasser d'un éventuel rival pour son fils.

- Il le sera, souffla-t-elle alors que son esprit tentait par tout les moyens de ne pas songer à cette possibilité.

Elle avait beau avoir menacée Bearach elle savait que son coté poltron ne manquerait pas d'aller tout raconter à sa fidèle petite maman.

- Il à tenu sa langue, lui promit Maelrhys en serrant ses mains dans les siennes. Si la Reine avait eut vent de vos sentiments, elle se serait empressée de vous faire quérir.
- Mais pourquoi aurait-il fait cela ?

Elle ne pensait pas lui avoir fais peur au point de le faire taire. Bearach avait toutes les raisons de dénoncer Maeron. Même si leur mariage avait été temporairement annulé, Maeron était son rival. Surtout que ni Maeron ni elle n'avait caché leurs sentiments en sa présence.

- Je n'en ai aucunes idées, lui répondit sincèrement Maelrhys. Mais il faut que vous soyez présente pour donner le change.

Teagan se leva difficilement tout en sachant que son amie disait vrai. Elle se laissa coiffer et habillé, ne jetant qu'un coup d’œil distrait à la robe noire et or que lui enfila Maelrhys. Elle comptait ses respirations pour tenter de se calmer. Elle se concentrait sur le fait d'inspirer et d’expirer lentement pour se vider l'esprit. Aucunes des deux ne prononça le moindre mots alors qu'elles descendaient jusque dans la cours. Teagan remarqua brièvement la tenue encore une fois somptueuse de la Reine qui se tenait droit et fière encadrée par trois soldats de sa province.

- Vous voilà enfin ! grogna la Reine en lui jetant un regard dédaigneux. Nous ne pouvions donner le départ en votre absence.

Teagan souffla lentement par le nez pour se calmer. Il fallait qu'elle écoute les conseils que tous lui avaient donnés. Elle devait rester calme, impassible

- Veuillez excusez mon retard Majesté, dit-elle d'un ton monocorde. Mes lectures du moments son passionnantes.

La Reine la gratifia d'un nouveau regard mauvais.

- Au moins vous vous adonnez enfin à des activités de Dame, soupira la Reine en levant exagérément les yeux au ciel.

Teagan déglutit difficilement lorsque son regard se posa sur la roulotte attelée à deux gros chevaux de traits. L'enfant et les vieillards avaient été entassés dedans et les regards désespérés qu'ils lui lançaient la transperçait. Elle sentit Maelrhys lui attraper la main et serrer ses doigts. Elle savait que cette marque de soutient visait à l'aider à conserver son calme et elle lui en fut reconaissante

- Amenez le fugueur et ficelez le bien ! ordonna la Reine.

Teagan sentit sa respiration se couper et la main de Maelrhys écrasa la sienne. Quatre soldats du Cyriatàn sortirent des écuries en tenant fermement Maeron. La Princesse entendit sa suivante lâcher un couinement en découvrant l'état du visage de Maeron. Ses mains étaient toujours ficelées dans son dos et des cordes avaient été rajoutées autour de son torse. Les soldats le poussèrent jusqu'à un cheval sur lequel il l'aidèrent violemment à monter. Teagan espérait que le jeune homme lèverait les yeux vers elle mais il n'en fit rien. Elle savait qu'il ne voulait pas risquer de se trahir aux yeux de la Reine, qu'il ne faisait que la protéger, mais elle aurait tant voulu plonger une dernière fois son regard dans ses iris vert.

Teagan détourna les yeux priant pour avoir l'air désintéressée par la situation et son regard se posa sur le visage de Bearach. Ce dernier la fixait intensément. Son expression restait neutre, comme d'ordinaire, mais une lueur inquiète brillait dans son regard mordoré. Elle lui lança une œillade interrogative, n'arrivant toujours pas à croire qu'il aie pu tenir sa langue et qu'il ne se soit pas empressé de livrer Maeron à sa mère. Elle ne comprenait pas qu'elles étaient ses motivations et ça le perturbait au plus haut point.

- Surveillez particulièrement ce jeune homme, insista la Reine en jetant un regard acéré à Maeron. Il à blessé une bonne partie de mes hommes lors de sa capture.
Bien votre Altesse.

Teagan releva la tête vivement en entendant cette voix qui ne lui était pas inconnue. Ser Kenelm, entièrement vêtu de cuir noir salua la Reine et s'avança dans la cours ou Ser Ourzal était déjà à cheval. Elle regarda le chevalier de son père grimper sur sa monture et attraper la longe pour conduire celle de Maeron

- Vous envoyez Ser Kenelm et Ser Ourzal sur le front !? Ne put-elle s’empêcher de réagir.
- Oui. Ce sont des hommes aguéris et ils seront capable de canaliser ces déserteurs jusqu'à ce qu'ils soient prit en charge.
- Mais ils devaient veiller sur moi !

Teagan grimaça en entendant la puérilité de ses propos mais cette décision la tourmentait. Son père avait laissé seulement deux de ses chevalier au château pour veiller sur sa fille. Ser Kenelm et Ser Ourzal avaient pour mission de l'empêcher de s'enfuir ou de tout simplement sortir de l'enceinte du château. Elle leur avait facilité la tache ces derniers jours en restant confinée dans ses appartements mais les voir partir la paniquait.

- Nous avons une centaine de mes soldats pour veillez à notre sécurité. Cela ne vous suffit-il pas ? lui demanda la Reine dans un rire mauvais.

Teagan ne pu qu' hocher la tête. Quelque chose la perturbait mais la douleur dans sa poitrine l'empêchait de réfléchir correctement. Elle releva les yeux et c'est désespérée qu'elle croisa le regard du petit garçon d'une dizaine d'années ligoté dans la roulotte. Elle eut soudain une idée qui lui réchauffa quelque peu le cœur.

- Puis-je allez souhaiter bonne chance aux chevaliers de mon père ? demanda-t-elle en effectuant l'un de ses saluts qu'elle exécrait.

La Reine l'y autorisa d'un signe de tête tout en levant les yeux au ciel et Teagan se précipita. Elle releva le bas de sa robe pour descendre les marches et courut jusqu'à la monture baie de Ser Kenelm. Ne pas tourner la tête vers Maeron était une torture mais elle ne pouvait laisser ses émotions exposées. De plus elle voyait du coin de l’œil qu'il avait redresser la tête et qu'il l'écoutait.

- Je tenais à vous souhaiter bonne chance Ser, dit-elle d'une voix forte. Prenez soin de vous sur le front.
- Je vous remercie de votre sollicitude votre Altesse, répondit le chevalier en lui offrant l'un de ses sourire.

Teagan avait toujours appréciée Ser Kenelm et le voir partir était une douleur qui s'ajoutait à celle qui lui brûlait déjà la poitrine.

- Promettez-moi d'être indulgent envers ces hommes, lui dit elle d'un ton plus bas

Elle comprit au regard grave que lui lança le chevalier qu'ils voyaient les choses du même œil

- Et veillez sur l'enfant, rajouta-t-elle du bout des lèvres.
- Je vous le promet votre Altesse.

Teagan se fit violence pour ne pas se tourner vers Maeron mais elle le vit hocher imperceptiblement la tête. Elle savait qu'il avait saisi le message. Elle ne pouvait rien faire pour cet enfant mais Maeron lui saurait agir. Elle se détourna avec raideur et rejoignit le perron. Maelrhys récupéra sa main et elle la sentit trembler.

- Faites bonne route, déclara la Reine à ses prisonniers et aux deux chevaliers. J'ose espérer que votre vaillance au combat puisse racheter votre lâcheté.

Teagan vit Ser Kenelm ordonner à son cheval de faire volte face suivi par la monture de Maeron. La Princesse sentit l'air lui manquer alors qu'elle réalisait que c'était peut être la dernière fois qu'elle voyait l'homme qu'elle aimait. Elle ferma les yeux un instant pour encaisser le choc et fut des plus surprise quand une voix murmura à son oreille.

- Garder la tête haute, restez impassible.

La Princesse obéit au conseil de Bearach qui s'était positionné juste à ses cotés, la cachant ainsi partiellement à sa mère. Elle ne savait pas à quel jeu jouait le jeune homme mais vu qu'il l'avait protéger elle décida de lui accorder un soupçon de confiance. Elle regarda alors le convoi sortir de la cours avec une lenteur particulièrement douloureuse. La Reine resta un instant immobile alors que les soldats regagnaient le perron.
Le convoi était parti depuis de longues minutes et Teagan restait figée dans sa douleur quand Bédélia se tourna vers elle un air satisfait plaqué sur son visage angélique.

- Maintenant qu'ils sont partit.....enfermez la !





Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: March 25th, 2018 08:32 pm (UTC)

Ah ben ça... C'était couru d'avance !
Elle s'est débarrassé de tous les hommes du roi, maintenant elle a le champ libre.

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: April 15th, 2018 08:05 pm (UTC)

En effet et tout cela sans que personne ne voie rien

2 Read Comments