?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Discussion entre hommes Mez

March 20th, 2018 (10:18 pm)
current song: the big bang theory

Titre: Discussion entre hommes
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maeron - Bearach
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 2482 mots

Maeron laissa échapper un petit gémissement en tirant vivement sur ses liens. Ses épaules tendues dans cette position inconfortable le faisaient souffrir. Mais cette douleur n'était en aucun cas comparable à celle qu'éprouvait son cœur. Devoir dire au revoir à Tea dans ces circonstances avait été l'épreuve la plus douloureuse de sa vie. Il avait prit sur lui pour ne pas que ce soit encore plus difficile pour elle, il continuerait de la protéger coûte que coûte, il en avait fait le serment. Mais une fois la porte refermée derrière elle il avait laisser les larmes, qu'il avait retenu avec difficulté, coulées. Il avait néanmoins eut l'occasion de lui dire au revoir, chose qu'il avait redouté de pas pouvoir faire lorsque les soldats l'avaient capturés. Il avait pu ainsi graver son visage dans son esprit une ultime fois, lui dire à quel point il l'aimait, sentir une dernière fois son souffle se mêler au sien. Tout cela n'avait pas de prix. Le destin avait décidé de les séparer et même si c'était atrocement douloureux il était prêt. Il la savait en sécurité et c'était la seule chose qui comptait à ses yeux.

Le grincement de la porte le sortit brutalement de ses pensées et il grogna de ne pas être en mesure d'essuyer ses joues. Quelque soit la personne entrant dans la pièce il était bien prêt à ne montrer aucun signe de faiblesse.

- Puis-je entrer ?

Maeron fut surprit de cette question et se redressa un peu, ses genoux frottant contre le sol inégal le firent aussitôt souffrir.

- Vu ma position je peux difficilement te le refuser, grogna-t-il avec humeur.

Il s'attendait à voir l'un des garde entrer et fut surprit de retrouver le jeune homme qui avait accompagné Teagan. Lors de sa première visite il n'avait pas prononcé un mot se contentant d'être le spectateur silencieux de leurs adieux. L'homme referma la porte avec douceur avant de se tourner vers lui et de le dévisager. Maeron fut surprit par ses étranges iris dorés mais soutint le regard de son visiteur alors que ce dernier se posait sur son visage tuméfié. Maeron avait clairement du mal à ouvrir l’œil gauche tant sa pommette était gonflée et il espérait qu'il n’avait pas écopé d'une nouvelle cicatrice.

- Tu me tutoies ? s'étonna le jeune homme en avançant dans la pièce.

Maeron lui jeta un regard désabusé. Il n'allait tout de même pas vouvoyer ses geôliers. De plus il ne savait pas à qui il avait affaire, même si la broigne d'un blanc limpide soigneusement taillées et ornée d'un aigle flamboyant lui donnait une petit idée de l’identité de son interlocuteur

- Vu que tu n'as pas prit la peine de te présenter et que je ne sais donc pas qui tu es je ne vois pas pourquoi je prendrais la peine d'utiliser des formules de politesses, cracha-t-il d'un ton sec.

Le jeune homme s’avança vers lui et fit quelques pas dans la pièce, lui tournant autour. Maeron le suivit du regard du mieux qu'il pu, bouillonnant dans cette position de soumission qui lui était intolérable.

- Je suis le Seigneur Bearach Peràn, finit par déclarer l'homme blond. Héritier de la province du Cyriatàn et fils de la Reine.

Maeron souligna que Bearach avait déclamer ses titres d'un ton qu'il voulait pompeux mais qui manquait d'assurance. Dans tout les cas il venait de confirmer ses doutes, cet homme qui se tenait devant lui tentant d'être crédible était bien l'homme dont ne cessait de se plaindre Tea. L'homme qu'on avait tenté de lui imposé comme frère et qui finalement allait l'épouser.

- Enchanté, grogna Maeron, nullement impressionné.

Penser à Tea ravivait la douleur dans sa poitrine et il s'empressa de se concentrer sur le regard méfiant que lui décochait son interlocuteur

- Quel est ton nom ? demanda soudain le fils de Seigneur.

Maeron lui adressa un sourire moqueur. Soit il était idiot soit il avait été frappé de surdité durant sa rencontre avec Tea.

- Ne fais pas l'innocent ! cracha Maeron, bien décidé à ne pas lui facilité la tache. Tu étais là, tu sais très bien comment je m’appelle.
- Maeron, enchaîna aussitôt Bearach alors que ses pommettes se coloraient légèrement. Mais peut être as-tu un nom de famille
- NON !

Le chasseur se mordit l'intérieur des joues. Il n'aurait pas du répondre aussi vivement car si son interlocuteur semblait étrangement lent d’esprit il n'était pas difficile par sa réaction de deviner qu'il souhaitait taire son nom complet. Même si son père était sûrement sur le front il ne souhaitait pas qu'il en soit rappeler parce que la Reine venait de lui mettre la main dessus.

Le silence s'installa dans la pièce et Maeron continua à soutenir le regard de son geôlier. Cependant ses jambes le faisaient de plus en plus souffrir. Il se dandina un instant pour reculer et se laissa tomber contre le mur en tendant les jambes devant lui. Il aurait volontiers poussé un gémissement de soulagement mais il était hors de question que le fils de la Reine assiste à cela. En plus de soulager son corps endoloris cette position permettait de toujours faire face à son ennemi ce qui n'était pas négligeable.

- Tu es venu te régaler tu spectacle ? finit-il par demander d'un ton amer en posant l'arrière de son crane contre le mur, soulageant ainsi sa nuque.
- Non, répondit Bearach en penchant la tête comme s'il réfléchissait intensément. J'essaye de comprendre.

Maeron, lui, saisit tout de suite de quoi le noble Seigneur vouait parler.

- Pourquoi moi ? N'est ce pas ? ricana Maeron.

Bearach acquiesça d'un signe de tête au grand plaisir de Maeron. Se dernier s'était bien sur posé la question. Comment la volcanique héritière du Royaume pouvait le préférer lui, ancien enfant battu exilé dans la forêt, à la multitudes de fils de Seigneur s'offrant à elle? La réponse était simple. Tea ne voulait pas de sa place d'héritière, elle rêvait de soutien, d'amour, de tendresse et de liberté. Tout ce qui lui avait été volé dans son enfance et refusé au cours de son apprentissage mal mené.

- Tu es son promis, l'homme qui doit l'épouser, reprit Maeron en laissant un sourire narquois naître sur ses lèvres. Et tu te sens menacé ?
- Le mariage n'est plus d'actualité. Le Roi à refusé de le célébrer avant son départ.

Maeron fit de son mieux pour ne pas laisser paraître sa surprise, mais il sentit son masque d'indifférence se fissurer. Le mariage avait été annulé ! Teagan n'était plus obligée d'épouser ce fanfaron. Cependant ça ne changerait rien à sa propre situation.

- Tu restes néanmoins le futur Roi, dit il en tirant instinctivement sur ses liens, se sciant un peu plus les poignets.

Il avait eut la chance que ses geôliers ne lui arrachent pas ses bracelets d'archer ce qui protégeait un peu sa peau des liens. Néanmoins il était ainsi ligoté les mains dans le dos depuis des heures et les cordes commençaient à lui entailler le haut des poignets.

- Ce n'es pas ce qu'elle souhaite, répondit Bearach en tirant un seau et en s'asseyant dessus. Elle t'aime.

Maeron fut surprit par l'assurance de ses propos. Il décela néanmoins une note de jalousie dans sa voix et ne put s’empêcher de s'en réjouir. Oui, Tea l'avait choisi lui et non pas cet homme né avec une cuillère en argent dans la bouche. Le chasseur fut également surprit de voir avec qu'elle familiarité le Seigneur s'adressait à lui. Il venait de s'asseoir pour se mettre à sa hauteur alors qu'en restant debout il aurait pu profiter de la situation pour le dominer.

- Je ne le nierai pas en effet, ricana à nouveau Maeron, satisfait qu'il aie prit au sérieux les propos de Tea. Quand à toi elle te déteste.
- Ne crois pas que je ne sois pas au courant, déclara amèrement Bearach. Elle ne se prive pas de me montrer qu'elle …. me hais.

Maeron n'était pas un spécialise des émotions mais depuis qu'il fréquentait Tea il était devenu un expert pour déchiffrer les regards. Bearach semblait à la fois déçu et résigné.

- Et toi que ressens-tu ? demanda tout de même Maeron en sachant très bien qu'il ne recevrait aucune réponse.
- Je ne suis pas amoureux d'elle si c'est ce que tu veux savoir, lui répondit pourtant le jeune homme blond.

Le soupir qu'il laissa échapper ensuite prouva à Maeron que de toute évidence il ne prenait pas le dédain de Tea à la légère.

- Je suis déjà étonné que tu daignes me répondre, finit par dire Maeron en toute sincérité.
- Je l'apprécie, soupira Bearach en passant sa main sur son visage d'un air las. Je la trouve courageuse, battante et un peu.... enfin elle sort de l'ordinaire.

Maeron se détendit un peu, premièrement parce que les muscles de son dos et de ses bras le faisaient souffrir et ensuite parce que de toute évidence Bearach ne voulait aucun mal à Tea.

- C'est toi qui l'à entraînée n'est ce pas ? lui demanda soudain Bearach en attirant à nouveau son attention

Maeron laissa échapper un reniflement de dédain.

- N'espère pas une réponse de ma part à ce sujet, grommela-t-il, bien décidé à garder sous silence tout ce qu'il n'avait pas déjà révélé lors de son entrevue avec Tea.
- Ce n'est pas difficile à deviner, continua pourtant le fils de Seigneur. Il paraît que tu as mis trois soldats hors d'état de nuire.


Maeron ne put s’empêcher de sourire, les information de Bearach étaient justes. Il se trouvait bien loin de sa cabane lorsque les hommes de la Reine lui étaient tombés dessus. Certes il était un combattant aguerris et il aurait peut être pu leur échapper mais il n'avait emporté pour chasser qu'un arc neuf bien moins maniable que son arme habituelle. Il avait également été distrait par les ordres qu'il avait lancé à Rashkánn. Il était tout simplement hors de question qu'il mettent la vie de son loup en danger. En reconnaissant les riches uniformes il avait ordonné à sa bête de fuir. Il avait lu dans le regard vairon de Rashkánn que ce dernier n’obéissait qu'à contre cœur et avait voulu s'assurer que l'animal obéisse à son ordre avant de s’intéresser à ses ennemis. Il avait néanmoins tué le premier soldat d'une flèche en plein coeur avant que l'un de ses coéquipier ne l’attrape par derrière. Ce dernier avait perdu des doigts lorsque Maeron avait réussi à attraper sa dague glissée dans sa botte. Mais le nombre de ses agresseurs était important et il avait réussi à en blesser un troisième avant de se faire littéralement tabasser par une multitude de soldats.

- Si on ne veut pas mourir on n'enlève pas les gens qui vivent paisiblement, cracha-t-il avec mépris.

Il avait vite comprit qu'ils ne l'avaient pas capturé pour ses liens avec Tea mais simplement pour sa soit disant « désertion ». Il n'avait été enfermé dans un lieu clos que parce qu'il avait tué un soldat. Il se doutait d’ailleurs que la Reine ne se montrerait pas indulgente avec lui et bien que Tea soit certaine qu'il l'enverrait sur le front Maeron lui était persuadé qu'il ne lui restait pas longtemps avant de se faire abattre.

- Et si nous arrêtions les politesses et que tu me disais ce qui m'attend, finit-il par cracher voulant être fixé sur son sort.
- Tu tiens vraiment à le savoir ? s'enquit le Seigneur en levant un sourcil étonné.

Maeron serra les dents se qui provoqua aussitôt un élancement douloureux dans sa mâchoire tumefiée.

- J'apprécierais.

Bearach poussa un soupir tout en se levant péniblement. Maeron eut l'impression que par ce geste las il scellait son destin.

- Demain matin tu partiras avec les déserteurs que nous avons attrapé, lui répondit-il avec sérieux. Tu seras mené jusqu'au front ou tu te battras pour défendre le Royaume.

Cette fois Maeron ne put dissimulé sa surprise. La Reine ne faisait que l'envoyer au front, malgré ses forfaits et son lien avéré avec la Princesse.

- Ou ? demanda-t-il persuadé que son geôlier ne lui disait pas tout.
- Ou tu seras exécuté.

Cette fois Maeron sourit. La vérité ressortait enfin.

- Tu m'offres donc le choix ? s'étonna-t-il tout de même.

Il trouvait cela très étrange de ne pas être conduit directement devant le bourreau.

- La Reine offre ce choix à tout les déserteurs, répondit calmement Bearach. Même les plus réticents.
- Malgré mon lien avec Tea, … enfin la Princesse ?

Il n'y avait plus de temps à perdre en belles paroles, il voulait savoir la vérité, il voulait se préparer. Il nota tout de même que Bearach semblait surprit qu'il utilise le surnom de la Princesse. Il s'éclaircit la gorge avant de prendre la parole.

- Personne n'est au courant de ce lien, lui dit-il d'une voix calme et posée. Teagan à écouter tes conseils. Elle est restée parfaitement calme devant ma mère avant de regagner ses appartements.

Cette fois Maeron lança un regard ahuri à son geôlier, ne comprenant plus rien à la situation.

- Mais toi... tu étais là ! s'exclama-t-il

Bearach avait assisté à ses adieux, il avait tout entendu, de sa déclaration aux conseils qu'ils lui avaient prodigué. Il avait le pouvoir de le livrer à la Reine avec une facilité déconcertante. Ils lui avaient livrés les informations cruciales sur leur relation sur un plateau.

- Et j'ai n'ai rien vu, répondit pourtant le Seigneur blond.

Maeron secoua la tête alors que de violentes douleurs lui parcouraient les épaules.

- Je ne comprend pas..., bredouilla-t-il. Tu n'as aucunes raisons valables d'agir ainsi. En m'éliminant tu abattrais ton rival, tu...
- Ne crois pas une seule seconde que j'agis ainsi pour sauver ta belle gueule ! l’interrompit Bearach en s'approchant de lui, le regard empli de colère.

C'était la première fois que le masque d’indifférence et de calme du jeune Seigneur se fissurait depuis qu'il était entré dans la pièce.

- Je fais tout ça pour elle, poursuivit Bearach avec force. Mes sentiments n'équivalent pas les tiens mais je pense qu'elle à assez souffert et ne mérite pas de perdre tout ceux qu'elle aime !

Maeron en resta coi. Il n'avait pas imaginé une seule seconde que Bearach les couvre. Cela semblait trop beau pour être vrai et le chasseur décida de se méfier de la véracité de ces propos.

- Je ne peux malheureusement pas te détacher car à l'instant ou je déferai tes liens tu te jetteras sauvagement sur moi, devina le Seigneur en posant sa main sur la poignée de la porte. Mais essaye de dormir un peu, ce ne seras pas aussi facile de trouver le sommeil sur le front.

Et sur ces paroles déconcertantes Bearach sortit de la pièce le laissant seul et désorienté.



Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: March 25th, 2018 11:42 am (UTC)

Texte assez surprenant, on ne comprends pas toujours très bien les réactions de Bearach.
D'une part il affirme ne pas être amoureux de Teagan, d'autre part il montre de la jalousie, c'est assez surprenant.

En revanche son attitude ne m'étonne pas vraiment, on avait déjà vu qu'il n'était pas uniquement l'ombre de sa mère, il serait peut-être temps que Tea prenne conscience qu'il pourrait peut-être être un allié pour elle.

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: April 15th, 2018 08:04 pm (UTC)

Contente que ce texte t aie plu. J ai bien aime l ecrire. Le personnage de bearach est en effet plus complexe qu il n y parait


Quand a ses sentiments envers teagan ^^ on verra ca plus tard

2 Read Comments