?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Reviens

January 22nd, 2018 (07:20 pm)
current song: BO games of thrones

Titre: Reviens
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maeron - Maelrhys - Teagan
Rating : PG-13
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 2704 mots


Maeron serra les dents alors que des pas résonnaient dans le couloir. Il eut soudain envie de rabattre son capuchon sur sa tête mais se retint. Il se contenta de baisser les yeux alors que deux soldats s’avançaient vers eux. Ils étaient vêtu de cuirs blanc ouvragé que Maeron trouva particulièrement ridicule. Le chasseur songea que sans Maelrhys il n'aurait pas été capable de faire cent mètres dans le château. Lors de ses premières visites il n'avait par miracle jamais croisé personnes mais aujourd'hui il régnait une sorte d'effervescence dans les lieux.

- Ils ne te saluent pas ? demanda-t-il à voix basse à Maelrhys quand les soldats les eurent dépassés.
- Non, ce sont des hommes du Cyriatàn, ils ne me connaissent pas, répondit-elle sur un ton sec qui trahissait sa nervosité. Ce qui est une bonne chose pour toi.

Maeron hocha doucement la tête ; si les soldats n'étaient pas capable de reconnaître la suivante de la princesse ils ne se préoccuperaient sûrement pas du garçon qui l'accompagnait. Il trouvait ça rassurant puisqu'il s'introduisait illégalement au sein du château mais peu rassurant pour la sécurité de ses habitants. Ses pensées ne cessaient cependant de s'égarer du coté de Tea et d'imaginer l'état dans lequel il allait la trouver. Il était sur d'une chose : ce ne serait pas joli. Pour que Maelrhys brave le passage secret, la foret de Dunvel, les gardes et surtout le protocole il fallait que Tea soit dans un sale état. Et au dire des informations qu'elle lui avait livré il s'attendait au pire.

Il était également rongé par la culpabilité. Si la jeune femme avait subi tant de choses c'était de sa faute. Il était entièrement responsable de la situation. C'était lui qui avait laissé cette histoire déraper. Il aurait du couper les ponts avec Tea dès qu'il avait prit conscience de ses sentiments. Sentiments qu'il n'aurait jamais du lui révéler, il avait été trop loin et elle en avait payé le prix. D'un autre coté il se demandait ce qui était passé par la tête de la jeune femme pour aborder le sujet de sa virginité avec son père. Il la reconnaissait bien dans ce geste sûrement impulsif et irréfléchi mais cette fois elle avait dépassé les bornes.

- Garde la tête basse, lui intima Maelrhys alors qu'elle le précédait dans le couloir.

Maeron obéit en dévisageant discrètement la jeune femme. Dans le château elle était dans son élément. Il avait remarqué qu'elle avait perdu son coté innocent et timide. Elle marchait la tête haute profitant de son statut de suivante Royale. Il avait mal jugé Maelrhys, il l'avait pensé insipide et soumise mais dans la foret elle lui avait clairement fait comprendre que ce n'était pas le cas. Elle était juste réservée ce qui contrastait énormément avec Tea.

- La porte n'est pas gardée ! lui souffla Maelrhys avec enthousiasme alors qu'il relevait un peu la nuque. Le Roi à du opter pour la seconde option.
- Qu'elle option ? s'enquit le chasseur alors que la porte des appartements de Tea lui apparaissait.
- Faire garder les écuries.

Mais Maeron ne l'écoutait déjà plus, il combla l'espace qui le séparait de Tea en quelques enjambées et posa sa main sur la poignée. Il fut cependant étonné de voir Maelrhys lui barrer la route en posant sa mains sur la sienne.

- Il faut que tu te prépares, lui conseilla-t-elle en le sondant de son regard noisette. Ce n'est pas beau à voir.

Le jeune homme sentit son estomac se nouer et hocha brièvement la tête. Il était prêt. Maelrhys frappa trois coup puis deux puis un, de toute évidence un code pour annoncer sa présence à Tea. Dès que la porte fut ouverte Maeron se précipita dans la pièce. Il fut un peu saisi de se retrouver dans le noir lorsque Maelrhys referma à la hâte la porte derrière eux. Il essaya de se repérer avec la faible lumière de la lune entrant par la fenêtre mais n'y parvint pas. Il entendit Maelrhys s'agiter dans la pièce et finalement une lueur apparut sur son coté droit. La suivante se dépêchait d'allumer les différentes lampes à huile présentes dans les appartements et Maeron put enfin trouver Tea. Quand son regard se posa sur elle il eut l'impression qu'on lui écrasait le cœur. Il avait vu la jeune femme hésitante, triste, vexée, en colère mais jamais anéantie comme maintenant. Elle était recroquevillée juste sous la fenêtre. Ses bras entourant ses jambes et son front posé sur ses genoux. Sa robe était déchirée à plusieurs endroits et l'une de ses bretelles pendait tristement sur son épaule.

Maeron jeta un regard paniqué à Maelrhys qui hocha doucement la tête. Elle l'avait prévenue, Tea était tout simplement prostrée. Il se précipita vers elle avant de s’immobiliser à quelques centimètres. Il remarqua alors à la lumière vacillantes des chandelles qu'elle tremblait. Maeron prit une longue inspiration pour s'exhorter au courage. Il n'était pas sure d'arriver à ramener Tea de là ou elle s'était réfugiée. Il ne pouvait qu'imaginer la jeune femme à l’époque de son mutisme mais il se doutait que la situation devait malheureusement être très similaire. Il s'accroupit lentement et s'éclaircit la gorge ce qui eut pour effet de renforcer les tremblements de la jeune femme.

- Tea c'est moi, souffla-t-il ne sachant pas vraiment comment l'aborder. C'est Maeron.

Le chasseur eut l’impression fugace que les tremblements de Tea s'atténuaient. Il devait lutter contre l'envie irrépressible de la serrer contre lui, de l'embrasser de la rassurer par tout les moyen possible. Mais si elle avait vraiment subit des attouchements de la part de personnes étrangères et tout cela sous la contrainte elle n'allait pas apprécier d’aussitôt d'être touchée.

- Tea, écoute ma voix, continua-t-il. C'est moi, je suis là, je ne laisserais plus personne te toucher.

Maeron retint un grognement en réalisant ce qu'il venait de dire. Son instinct le poussait à la protéger et à la rassurer alors qu'il n'en avait aucunement les moyens. Pourtant Tea bougea légèrement, elle redressa lentement la tête et il put enfin croiser son regard. Ses yeux bleus étaient rougis mais elle ne pleurait plus, cependant son regard était animé d'une profonde détresse et il dut faire encore un effort surhumain pour ne pas la serrer dans ses bras.

- Je suis la,insista-t-il. Je... je voudrais te toucher.

La jeune femme continuait de le fixer mais elle n'était pas réellement avec lui. Maeron comprit qu'elle avait du se réfugier tellement loin dans son esprit qu'elle allait avoir des difficulté pour en revenir. Il tendit doucement la main pour qu'elle ne soit pas surprise par son geste et posa ses doigts sur son avant bras. La manche de Tea était déchirée laissant sa peau à nu. Il caressa doucement son bras, glissant lentement vers sa main. Il pouvait la sentir trembler alors qu'il attrapait avec le plus de délicatesse possible son poignet avant de nouer ses doigts aux siens. Il fit de même avec son autre main tout en murmurant des paroles réconfortantes. Il était soulagé qu'elle ne retire pas sa main, qu'elle le laisse faire malgré ce qu'elle avait subi. Elle le laissait faire mais son regard tait toujours vide, elle le fixait sans vraiment le voir et ça mit le chasseur particulièrement mal à l'aise. Il savait qu’intérieurement elle souffrait et la viré aussi mal en point lui broyait le cœur.

- C'est moi, souffla-t-il avec force en tentant de capturer le regard azur de la jeune femme. Écoutes ma voix et reviens parmi nous Tea.

Elle redressa à nouveau la tête, penchant un peu le visage sur le coté comme un animal essayant de comprendre ce que l'on veut de lui. Maeron sentit sa gorge se serrer en imaginant les cris de rage et de douleurs de la jeune femme. Il pouvait imaginer les mains se poser sur elle, les soldats lui immobilisant les poignets et les jambes, les gestes techniques du Laärki s'introduisant aux endroits les plus intimes de son corps. Il fut parcouru d'un frisson alors qu'une véritable douleur naissait dans sa poitrine et que sa gorge se nouait. Il ne supportait pas de ne pas avoir pu être la pour la protéger, il n'encaissait pas le fait que d'autres aient pu la toucher alors qu'elle était déjà si farouche. Il savait que se sentiments envers la jeune femme étaient sincères mais il n'avait pas mesurer l'importance qu'elle avait prit dans son cœur. La voir souffrir lui était physiquement douloureux, l'idée que d'autre hommes aie pu voir son corps le rendant nauséeux. T la voir si proche de lui physiquement tout en étant insensible a se paroles lui brisait le cœur.

- Je t'aime Tea, grogna-t-il en tombant à genoux devant elle. Reviens moi je t'en supplie.

Il colla son front au sien et entendit clairement un soupir s'échapper de la bouche de la jeune femme. Il redressa la tête et se rendit compte que son regard semblait moins éteint. Il la sentit serrer brièvement sa main avant qu'elle ne démêle leur doigts pour se jeter à son cou. Elle enfuit son visage contre son torse et il entendit un gémissement d'animal blessé lui échapper .

- Maeron, souffla-t-elle contre ses clavicules alors qu'il resserrait son étreinte.

Le chasseur déglutit difficilement luttant contre les larmes alors qu'il comprenait qu'elle était revenue. Il attrapa son visage avec force, l'obligeant à se détacher de lui et l'embrassa vivement. Il avait réagit par instinct, voulant juste sentir son souffle se mêler au sien pour s'assurer qu'elle était en vie mais n'avait pas réfléchit au conséquences de son acte. Cependant à son grand étonnement la jeune femme répondit avec ardeur à son baiser, elle attrapa ses cheveux, le tirant un peu en arrière alors que ses lèvres se faisaient plus pressante. Ce fut le soupir de soulagement parfaitement audible de Maelrhys dans son dos qui lui fit reprendre ses esprits. Il sentit ses joues s'enflammer alors qu'il se rendait compte qu'il avait étalé ses sentiments devant la suivante sans même y penser. Encore une fois Tea avait éclipser tout le reste. Il tourna lentement la tête pour voir le visage couvert de larmes de Maelrhys. Cette dernière souriait, visiblement heureuse qu'il aie réussi à ramener son amie.

- Maelrhys est la aussi, souffla-t-il avant de poser un baiser sur le front de Tea. Elle était inquiète, elle est venue me chercher.

Tea tourna son visage plus pale que jamais vers son amie et tendit la main. Maelrhys se jeta à terre à leur cotés et saisi la main de la Princesse pour la serrer contre son cœur.

- Je suis tellement désolée, larmoya-t-elle. Je n'aurais pas du les laisser faire.

Maeron comprit qu'il n'était pas le seul à s'en vouloir de ne pas avoir su protéger la jeune femme. Maelrhys avait de surcroît du assister à toute la scène et il devinait qu'elle mettrait du temps à s'en remettre et c'était également cela qui lui avait fait réviser son jugement à son sujet et fait occulter le protocole si important à ses yeux.

- Tu n'y es pour rien, souffla Tea d'une voix rauque, en récupérant lentement sa main pour la glisser à nouveau dans celle de Maeron. Je crois que... j'ai besoin de repos.
- Il faut vous changer Princesse, la pressa la suivante en reprenant ses esprits.

Maeron la vit se remettre debout en vitesse et elle entreprit de fouiller dans les armoires à la recherche d'une tenue plus décente. Maeron se remit lui aussi lentement debout et vit au regard de Tea qu'elle lui demandait de l'aide. Il se pencha pour l'attraper sous les bras et la remit doucement sur pied. Il s'empressa d'entourer sa taille de ses bras alors qu'il la sentait chanceler. Les dégâts sur sa robe étaient d'autant plus visible une fois debout. Le corsage avait été déchiré avant d’être refermé à la vas vite mais le laçage était distendu, la manche déchirée pendait lamentablement de son épaule et le jupon était chiffonné. Une vague de rage saisit le chasseur qui posa délicatement ses doigts tremblant sur l’épaule de la jeune femme pour remonter sa bretelle. Elle lui adressa un regard épuisé auquel il répondit en l'embrassant sur la joue.

- Tenez vous n'avez qu'à enfiler ça, lança Maelrhys en posant une robe fluide derrière le paravent. Ce sera plus... confortable tout en restant.... décent.

Maeron redressa la tête et croisa le regard soudain sérieux de la suivante.

- La penderie est une endroit fiable ou se cacher. Je reviendrai avant l'aube, dit elle d'une voix plus sèche. Je... promet moi de …
- Tu peux me faire confiance, répondit Maeron calmement.

Même s'il éprouvait le besoin viscéral de rassurer la jeune femme il n'avait pas pur autant perdu le sens des limites. De plus Tea venait de subir un traumatisme violent et il était déjà des plus étonné qu'elle accepte qu'il effleure sa taille. Il était réellement inquiet pour la jeune femme qui semblait dans un état second. Certes elle était sortie de cette torpeur étrange dans laquelle elle semblait s’être réfugiée mais elle n'allait pas bien pour autant. Il vit clairement Maelrhys lui jeter un dernier regard avant de quitter la pièce et poussa un long soupir.

Lorsqu'ils ne furent plus que tout les deux Maeron se sentit soudain mal à l'aise. Il ne savait pas quelle attitude adopter. Il refoulait à grande peine ses instincts protecteurs tout en enfuyant au plus profond de lui sa colère. Maintenant qu'il était plus ou moins rassuré sur son état il lui aurait volontiers hurler dessus pour savoir ce qui lui était passé par la tête.

- Tu devrais te changer, finit-il par dire en passant une main sur son visage fatigué.

Il sentit les doigts de Tea serrer les siens avec force.

- Tu reste ici ? demanda-t-elle, l'inquiétude pointant dans sa voix.
- Je vais juste m'asseoir, la rassura-t-il en désignant le lit d'un signe de tête. Je suis … un peu vidé.

Elle lui jeta un nouveau regard inquiet et il se forçat à lui sourire.

- Je ne vais nulle part, lui assura-il à nouveau.

Il tendit délicatement la main et la suspendit à quelques centimètres de sa joue juste avant de toucher sa peau. Une nouvelle fois il lui laissait le choix. Elle ferma les yeux et poussa sa joue contre sa paume ouverte.

- Vas te changer, souffla-t-il doucement alors qu'un sourire plus sincère étirait ses lèvres.

Cette fois Tea obéit et disparut derrière le paravent. Maeron tint sa promesse et se contenta de s'asseoir sur le lit. Il posa ses coudes sur ses genoux et enfuit son visage dans ses mains. Il avait besoin de répit et de calme. Il ne pouvait laisser ses émotions déborder alors que Tea gérait à peine les siennes. Il savait qu'une nouvelle nuit à ses cotés serait une torture physique pour lui. Elle l'attirait depuis tant de temps qu'il aurait du mal à résister d'autant plus après sa révélation sur ses sentiments. Il avait également le souvenir des baisers fiévreux qu'ils avaient échangés récemment et son instinct lui hurlait de la toucher pour la protéger. Hors il était sur d'une chose, elle comme lui avaient besoin d'un sommeil réparateur tout autant que de la présence l'un de l'autre.

- Tu ne devrais pas t'en faire autant

La voix de Tea le sortit de sa rêverie et il releva la tête prêt à lui offrit un sourire confiant. Cependant ce ne fut qu'un grognement rauque qui sortit de sa gorge lorsqu'il la vit.

Tea se trouvait devant lui totalement nue. Ses bras pendaient le long de son corps dénudé et Maeron ne put s’empêcher de laisser son regard courir sur son corps. Descendant de ses clavicules partiellement couvertes par sa longue chevelure noire détachée au galbe parfait de sa poitrine. Il sentit son corps se tendre alors que ses yeux glissaient lentement le long de son ventre remarquant à peine ses hanches trop proéminentes avant de se perdre sur son pubis qu'elle ne prenait même pas la peine de cacher. Il la vit se redresser, poussant en avant cette poitrine qui se trouvait devant lui plus belle que dans son imagination et il se sentit haleter.


Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: January 25th, 2018 10:44 pm (UTC)

C'est intéressant de voir la manière dont une jeune fille au départ très effacée s'affirme dans le cadre de son "devoir". On sent la force du lien qui l'unit à la princesse et c'est intéressant. Encore une fois les personnages continuent à gagner en maturité parce qu'ils n'ont pas d'autres choix.

On sent aussi la force des sentiments de Maeron qui parvient à ramener Teagan à eux, de même qu'on sent bien la manière dont elle se raccroche à lui ! Un beau texte et un terrible basculement de situation qu'elle ne pardonnera sans doute jamais à son père.

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: January 27th, 2018 09:10 pm (UTC)

je suis très contente de tes " réactions" sur ce texte car c'est exactement ce que je voulais que le lecteur ressente. J'aime le fait que Maelrhys prennent les choses en main et aie des défis a relever face à cette situation. et puis j'aime le fait qu'elle rentre dans Maeron en lui disant ses quatre vérités. c'est un passage que j'ai vraiment aimé écrire.

2 Read Comments