?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

L'amour quel idiot

January 15th, 2018 (08:48 pm)

Titre: L'amour quel idiot
Fandom : Mézérhían
Personnage : Teagan - Maeron
Rating : PG-13
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 1904 mots


Maeron baissa vivement la tête pour éviter la passe haute de Teagan sans la quitter des yeux. Elle enchaîna ensuite sur une passe rotative qu'il bloqua avec aisance. Quand leurs lames s'entrechoquèrent dans un fracas métallique il voulut croiser le regard de la jeune femme mais ce dernier était dirigé sur ses pieds.

- Lèves les yeux ! gronda-t-il en repartant à l'assaut. C'est le visage de ton adversaire que tu dois étudier pas son jeu de jambe.

Teagan releva les yeux pour le fusiller du regard et il ne put s’empêcher de lui sourire. Il aimait la voir combattre. Elle fronçait les sourcils sous l'effort de concentration et ses yeux bleus brillaient d'une détermination sans faille. Elle n'avait plus rien à voir avec la jeune fille empotée qu'il avait rencontré et commencé à entraîner. Elle était devenue une femme habile et souple qui se battait avec rapidité et fluidité.

- Ton dos... redresses ton dos ! lui ordonna Maeron alors qu'elle se courbait pour porter un coup d'estoc.

Maeron dut retenir un nouveau sourire alors que Tea vexée par ses remarques redoublait d’effort. Elle glissa sa main gauche derrière son dos s'obligeant ainsi à redresser son buste. Elle portait une chemise de lin recouverte de son corset en cuir qu'il lui avait confectionner. Cela faisait déjà un bon moment qu'elle s’entraînait et Maeron remarqua soudain que les boutons de la chemise de la jeune femme s'étaient défaits. Le col de sa chemise était ouvert jusqu'à la naissance du corset révélant les rondeurs de sa poitrine.

- Tes pas sont trop petits, prends de l'amplitude, lui reprocha-t-il alors que son regard dérivait le long de sa gorge s'attardant sur ses clavicules et sa peau pâle.

Il savait qu'il ne devait pas se laisser distraire ainsi pourtant son regard glissait inexorablement vers sa gorge mise à découvert, suivant la délicate chaîne d'argent de son pendentif qui se nichait dans le creux de sa poitrine. Perdu dans ses réflexions le chasseur ne vit pas venir le déplacement fugace de Tea qui suivant son conseil fit un grand pas en avant. Il esquiva la lame qu'elle lui opposait mais elle fut plus rapide que lui, profitant de son déséquilibre elle lui faucha les jambes d'un coup de pied étonnamment puissant. Maeron se sentit basculer en arrière et eut le souffle coupé lorsque son dos frappa violemment le sol rendu très dur par les températures hivernales. Il n'eut pas le temps de se redresser de que déjà Tea se jetait sur lui. Elle s'assit avec aisance sur son corps, lui attrapa les poignets et les maintint avec force au dessus de sa tête. Il laissa échapper un grognement de frustration auquel elle répondit en éclatant de rire. Le chasseur se relâcha aussitôt alors que Tea libérait ses poignets.

- J'ai gagné, fanfaronna-t-elle avant de se pencher à nouveau sur lui.

Elle posa ses lèvres sur les siennes avec douceur alors que ses mains remontaient lentement le long de son torse avant de venir se nicher dans ses cheveux. Maeron sentit son corps s'enflammer alors que ses mains s'accrochaient instinctivement à ses hanches. Il répondit à son baiser avec entrain, aspirant son souffle comme si elle allait à tout instant disparaître et le laisser pantelant dans la foret.
Il avait imaginé à de nombreuses reprises ces éreintes avec la jeune femme et pourtant la réalité était bien loin de ses rêves. Tea n'était pas brutale, elle se montrait douce et ferme. Il l'avait imaginé hésitante et pourtant c'était elle qui venait de prendre l'initiative de l'embrasser et qui forçait le barrage de ses lèvres pour approfondir leur baiser. Et sentir son souffle se mêler au siens était une expérience qu'il ne regrettait pas.
Tea se pencha en avant délaissant sa bouche et parcourant sa gorge de ses lèvres si douce. Il laissa échapper un gémissement étouffé lorsqu'elle attrapa délicatement le lobe de son oreille avec ses dents, son corps répondit aussitôt à ce contact grisant, ses chausses montantes en cuirs semblant soudains plus étroites. Teagan reprit possessions de sa bouche en se rasseyant sur lui et se contact lui fit prendre conscience de la positions dans laquelle ils se trouvaient. La jeune femme était assise sur son bassin et malgré les couches de cuir qu'ils portaient il était impossible qu'elle ignore les réactions naturelles de son corps.
Maeron ne put s’empêcher de laisser échapper un grognement rauque lorsqu'elle fit glisser ses lèvres sur sa joue longeant l'arrête de sa mâchoire et parsemant sa peau de petits baisers. Elle finit par attraper sa lèvre inférieure qu'elle mordilla avec douceur. N'y tenant plus Maeron mit un grand coup de bassin pour la faire basculer, échangeant ainsi leurs position. Il se redressa un instant pour la contempler. Sa poitrine se soulevait rapidement au rythme de sa respirations chaotique. Ses lèvres étaient gonflées par leurs baisers, ses longs cheveux noirs étalés sur le sol formaient une couronne autour de sa tête et ses yeux bleus brillaient d'une joie qu'il ne lui avait encore jamais vu. Maeron sentit son cœur se serrer en réalisant que Teagan semblait heureuse tout simplement. Heureuse d'être avec lui, heureuse d'être dans ses bras. Il tendit la main dans le but d'effleurer sa joue mais elle attrapa ses doigts pour intercepter son geste.

- Je t'aime, souffla-t-elle en le poignardant de son regard d'un bleu époustouflant.

Maeron eut l'impression que ses poumons se vidaient soudain de tout leur air pour se remplir d'une brise d'un froid glacial. Ça ne pouvait pas être possible... c'était...

- Quoi... ? marmonna-t-il en se redressant dans l'espoir d'avoir mal entendu.
- Tu m'as très bien comprise, lui assura-t-elle en tendant la main à son tour pour caresser sa joue.

Son contact provoqua une décharge dans sa colonne vertébrale et cette fois Maeron se releva avec rapidité.

- Non... souffla-t-il en tournant le dos à la jeune femme dans l'espoir que tout cela ne soit qu'une illusion. Non Tea... c'est impossible... tu ne peux pas...

Il se mit à marcher devant sa cabane faisant les cents pas pour tenter de se calmer. Il ne voulait pas que les choses se passent comme ça. Il n'avait déjà pas voulu avouer ses sentiments à Tea parce qu'il ne désirait surtout pas s'interposer entre elle et son avenir. Il savait pertinemment qu'ils auraient du cesser de se voir et que la situation serait moins difficiles pour tout les deux s'ils s'éloignaient pourtant il n'arrivait pas à s'y résoudre.

Il passa une main sur son visage pour tenter de reprendre ses esprits tout en poussant un grognement qui n'avait plus rien à voir avec le plaisir éprouvé quelques instantes plus tôt, il était furieux. Pas sur Tea, pas vraiment contre lui, mais contre ce destin. Ce destin qui faisait qu'ils n'avaient pas le droit d'agir ainsi. Il était furieux contre l'amour. Cet amour qu'il ressentait, cet amour que Tea venait de lui exprimer et qui quand ils se laissaient aller leur faisait croire que c'était possible. Qu'ils pouvaient obtenir un avenir cote à cote, ou tout les instants seraient aussi palpitants que ces moments qu'ils venaient de passer. Oui l'amour était fourbe et ne relayait que des mensonges.

- Il ne faut pas que tu..., commença-t-il avant de se stopper incapable de prononcer ses mots qui signifiaient tant pour lui.
- Quand tu auras fini de bredouiller tu me feras signe, grogna Tea attirant son attention.

Il était tellement perdu dans ses réflexions il n'avait pas vu Teagan se relever et s'approcher. Elle le dépassa en frôlant son épaule de la sienne avant d'aller s'adosser à la cabane en croisant les bras sur sa poitrine. Elle arborait un sourire de défi.

- Arrête ça Tea ! Il n'y à rien d'amusant ! s'emporta Maeron en sentant la colère bouillonner en lui.

Il chercha de vue quelque chose à frapper pour calmer ses nerfs mais ne trouva rien qui ne soit pas susceptible de lui casser la main. Il ne devait pas s’énerver, il devait lui expliquer les choses comme il l'avait toujours fait. Lui faire comprendre qu'elle était dans l'erreur et que leurs comportements respectifs ne les mèneraient qu'à une souffrance plus grande encore.

- Tu n'as pas le droit ! lâcha-t-il d'une voix plus sèche qu'il ne l'aurait réellement souhaité

Il regretta l'utilisation de ses mots dès qu'il vit le visage de Tea s'assombrir.

- Non Maeron ! cracha-t-elle en s’avançant vers lui. Maintenant ça suffit !

Il pensait qu'elle s'arrêterait juste sous son nez mais elle le percuta avec violence frappant son torse du plat de ses mains se qui l'obligea à reculer de quelques pas pour garder l'équilibre. Elle était furieuse et Maeron ressentit un pincement au cœur. La colère illuminait son regard céruléen la rendant encore plus belle.

- On me dicte déjà ma conduite ! continua-t-elle à gronder en le frappant à nouveau. On dirige ma vie, on me plie pour entrer dans le droit chemin alors personne... personne même pas toi ne peut me dicter mes sentiments.

Elle avait dit tout cela très vite en continuant à frapper son torse sans ménager sa force et quand à la fin de sa phrase sa voix se brisa Maeron du retenir l'envie presque irrésistible de la serrer contre lui.

- Surtout quand ceux ci sont réciproques, ajouta-t-elle d'un ton mordant en levant les yeux pour croiser le sien.

Maeron déglutit difficilement en voyant soudain le visage de Tea se décomposer et son regard devenir fuyant.

- … à moins que ce ne soit plus le cas, lâcha-t-elle en se détournant pour retourner vers la maisonnette.

Maeron la regarda s'éloigner de quelques pas en se demanda si elle croyait vraiment à ce qu'elle venait de dire. Son corps avait réagi de la plus criante des manières au contact du sien et elle était capable de se demander ce qu'il ressentait. Lorsqu'elle s'adossa à nouveau à la paroi de la cabane et qu'elle tourna son visage boudeur ver lui il se précipita vers elle.

- Bien sur que si Tea, dit il en saisissant ses doigts pour apaiser ce besoin de contact qu'il ressentait. Mais … tu sais que ça ne fait que compliquer les choses.

Enrouler ses doigts aux siens ne suffisait pas. Son corps entier hurlait son besoin de la toucher à nouveau.

- On avait dit plus de mensonges, gémit Tea en levant une main pour caresser sa joue. Hors ça fait des jours que j'hésites à te le dire parce que je savais que tu te mettrais en colère... je .. j'avais peur de ta réaction.

Le chasseur eut soudain l'impression de recevoir un coup brutal dans le dos alors que Tea baissait le regard. Il ne voulait pas l'effrayer, il ne voulait pas être pour elle une source d'angoisse, il souhaitait la protéger, l'aimer, la rendre heureuse et au lieu de cela il l'effrayait. L'image de son père s'insinua sournoisement dans son esprit mais il la chassa rapidement.

- Je ne veux pas que tu aies peur de moi, souffla-t-il ne posant ses mains sur le mur de la cabane de chaque coté de la tête de la jeune femme.

Cette dernière releva les yeux et il se pencha en avant pour que leurs visage ne soient plus qu'à quelques centimètre l'un de l'autre. Il voulait la rassurer.

- Et mes sentiments n'ont pas changés, souffla-t-il en effleurant son front de ses lèvres. Je t'aime plus que personne dans ce monde.



Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: January 17th, 2018 09:33 pm (UTC)

Ils sont mignons !!
Et au moins désormais ils savent tous les deux à quoi s'en tenir...
Reste à découvrir ce que l'avenir leur réserve...

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: January 22nd, 2018 07:49 am (UTC)

J ai bien amie ecrire ce texte ou tea lui rentre un peu dedans. Oui mainteamnant les barrieres sont tombee mais ca ne sera peut etre pas si facile

2 Read Comments