?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Et si...

January 3rd, 2018 (09:00 pm)
current song: friends

Titre: Et si...
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maeron - Teagan
Rating : PG-13
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 4084 mots

- Alors que veux tu faire aujourd'hui ? Epée ? Tir à l'arc ? Lancé de couteau ?

Maeron grimaça alors que sa propre voix lui arrivait aux oreilles. Elle était trop aiguë, trop enthousiaste, trop incertaine. La jeune femme n'avait même pas encore dessellé sa monture que déjà il lui proposait une multitude d'activité dans le seul but de ne pas se retrouver face à un silence gênant. Même si les choses allaient mieux avec Tea il avait peur de se laisser emporter par ses sentiments alors qu'il n'en avait pas le droit car malgré son aveu la situation n'avait pas changée.

- Je ne sais pas, répondit sobrement la jeune femme.

Maeron tiqua à l'emploi de ce ton morne et s'approcha lentement de la jeune femme qui déposait sa selle au pied d'un arbre et lui tournait le dos.

- Tu n'as pas l'air d'aller bien, fit-il remarquer d'une voix qu'il voulait douce mais qu'il savait pourtant abrupte.
- Je t'assures que je vais bien, répondit Tea en lui faisant enfin face.

Maeron prit un instant pour dévisager la jeune femme et prit alors conscience de plusieurs choses qui lui avaient échappées. Son visage était plus pale que d'ordinaire et sa peau en devenait blafarde, elle semblait épuisée et des marques violettes disgracieuses s'étendaient sous ses yeux. Elle portait une cape de fourrure par dessus sa robe mais lorsqu'elle remit vaguement une mêche de cheveux derrière son oreille il vit saillir ses clavicules par dessus le décolleté de sa robe.

Le chasseur serra les dents et s'approcha fermement de son amie.

- Non Tea tu ne vas pas bien, grommela-t-il en attrapant sa main. Tes cernes mangent la moitié de ton visage, tu es pale comme un linge et tu t'es amaigrie.

Un instant le chasseur se sentit coupable. Il était persuadé que c'était de sa faute si Tea se retrouvait dans cet état. C'était lui qui avait chamboulé sa vie en étant incapable de tenir sa langue.

- Viens j'ai fais du ragoût, lui dit-il alors qu'elle refermait ses doigts sur les siens. Il doit être encore chaud.

Oooooo0o0o0o0o0o0o0o

Teagan suivit Maeron sans broncher se concentrant sur la chaleur de sa main dans la sienne. Elle pénétra dans la cabane ou un feu réconfortant brûlait. Elle ôta sa fourrure qu'elle déposa sur une chaise et se pencha pour caresser longuement Rashkánn qui quémandait des caresses. Quand elle releva la tête elle vit que Maeron l'observait tout en remuant le contenu d'une casserole qu'il avait posé sur le feu. Elle vit son regard se perdre sur ses clavicules et se sentit rougir avant de baisser les yeux et de voir qu'ainsi penchée ses os ressortaient sous sa peau pâle. Elle se redressa vivement et s'assit sur la chaise ou elle venait de poser sa cape.

- Quand as-tu pris ton dernier repas ? lui demanda le chasseur en sortant un bol d'une armoire confectionnée dans un tronc d'arbre.

Teagan prit quelques secondes pour y réfléchir tout en tentant de faire bonne figure. Le dernier repas était celui ou elle avait apprit l'identité de Maeron et ou elle avait fuit avant de finir son assiette. Depuis elle ne se présentait plus aux dîner. Elle grappillait de la nourriture par ci par là en passant dans les cuisines ou le père de Maelrhys se proposait toujours de se plier en quatre pour la satisfaire. Mais elle se contentait d'attraper un morceau de pain et de repartir en le grignotant sans aucun appétit.

- Je manges Maeron, dit-elle d’une voix qu’elle voulait convaincante. Je t'assure.

Elle fut alors transpercée par le regard émeraude du chasseur qui finit par lever les yeux au ciel.

- J'espère que tu mens mieux à ton père qu'a moi, grommela-t-il de son ton acariâtre en lui tendant un bol de ragoût.

Maeron lui tendit une cuillère tandis que Rashkánn se couchait à ses pieds en espérant sûrement qu'elle laisse tomber un peu de son repas. L'odeur de viande mijotée était délicieuse et pourtant Teagan n'avait pas faim. Elle croisa cependant le regard d’avertissement de Maeron et porta aussitôt la viande à sa bouche. Elle ne savait pas si c'était la nourriture ou le simple fait d'être en présence de son ami mais elle se sentit soudain mieux.

- Tu veux en parler ?

Teagan releva la tête de son ragoût qui mine de rien la réchauffait. Est ce qu'elle voulait en parler ?Elle n'en savait rien. Sa discussion avec Ailéaàn avait été riche en émotion, elle l'avait aidée à mettre des mots sur ses sentiments et à y voir plus clair mais était-elle prête à l'avouer, elle n'en était pas certaine.

- J'ai discuté avec Ailéaàn Rhiàn, finit-elle par souffler se sachant de toute manière incapable de cacher quoi que ce soit à Maeron.

Elle voulait plus que tout qu'il se montre honnête avec elle et refuser de lui parler à son tour ne ferait que le braquer. Elle n'en pouvait tout simplement plus des secrets et des non-dits.

- Comment est elle ? demanda le chasseur en s'asseyant sur son lit qui lui faisait face.

Il recula assez pour pouvoir s'adosser au mur et Teagan fut un instant tentée d'aller le rejoindre comme elle l'aurait naturellement fait auparavant, mais maintenant cela signifierait plus et elle ne savait toujours pas si elle était prête.

- Très gentille, répondit elle avec sincérité. Elle est compréhensive, franche et de bonne compagnie. En même temps connaissant Canthaïr je me doutait qu'il n'avait pas épousé une mégère comme Bédélia.

Elle vit Maeron esquisser un sourire et son envie de le rejoindre se fit plus forte. Pourtant elle se contenta de prendre un nouvelle cuillère de ragoût en silence, savourant la texture de la viande.

- Je suppose que la discussion n'a pas du être facile, la relança Maeron avec douceur.

Teagan hocha la tête. Elle connaissait assez son ami pour savoir qu'il la ferait parler jusqu'à ce qu'elle aie avoué ce qu'elle avait sur le cœur. Mais elle ne savait toujours pas si le lui dire était une bonne idée.

- On à parlé de Cewydd, lui dit-elle en posant son bol de ragoût vide sur la table.

Elle sentait le besoin de se confier à Maeron comme elle l'avait toujours fait auparavant. Elle ne voulait pas que leurs sentiments respectifs crée une barrière entre eux.

- Et tu tiens le coup ?
- Je... Je ne sais pas, finit-elle par dire en hochant la tête. Il allait demander ma main Maeron. Il.... un mariage.

Elle n'arrivait toujours pas à digérer cette nouvelle malgré les explications d'Ailéaàn, elle en voulait même à Cewydd d'avoir tout bouleversé ainsi avant de se rappeler avec douleur que de toute manière ça n'avait plus d'importance. Elle fut un instant décontenancée lorsque le visage de Maeron se ferma avant de prendre réellement conscience de se qu'elle venait de lui dire.

- Je suis désolée, s'excusa-t-elle aussitôt en se levant. Je ne voulais pas t’embarrasser.

Elle se maudit intérieurement pour avoir été assez stupide pour dire à un homme qui l'aimait qu'un autre homme avait demandé sa main. Elle était tellement occupée à tenter d'occulter ses sentiments qu'elle n'avait pas réfléchit à la portée de ses paroles. Voila à quoi servait l'amour, à faire souffrir les autres.

- Non, lui répondit Maeron d'une voix sèche. Tu as besoin d'en parler.

Teagan s’avança vers lui, dépassant la table, avant de se planter devant son ami. Il la dévisageait toujours, ses yeux émeraudes posés sur son visage et une question qui lui brûlait les lèvres depuis quelques jours s'échappa de sa bouche.

- Je n'arrive pas à comprendre, lâcha-t-elle dans un soupir.

Maeron se pencha en avant et attrapa sa main. Elle savait que c'était sa manière à lui de lui demander de reprendre la parole et de se confier. Elle se concentra un instant sur la chaleur de la peau de Maeron contre la sienne et se lança. Dès qu'il la touchait elle ne maîtrisait plus rien.

- Je … Je ne comprend pas ce qui t'attire chez moi, dit elle en s'accrochant à ses doigts. Ce que Cewydd appréciait chez moi, ce qui le poussait à demander ma main. Je veux dire... il ne me semblait pas être un homme prêt à m'épouser dans le seul but de devenir Roi.

A la mention de Cewydd Maeron avait soudain lâcher sa main et une sensation de vide l'envahit aussitôt.

- Tea, tu cherches les compliments, grommela le chasseur en la fuyant du regard et en se levant.
- Non, je ne comprend pas je t'assure, dit elle réellement perdue en le suivant du regard. Je suis plus que colérique, je suis exécrable certains jours. Je n'aime pas la vie au château et je serai un jour la plus mauvaise Reine du Royaume de Mézérhían. Alors oui je ne comprend pas.... et ça me rend.. malade.

Maeron se figea avant de se contenter de la fixer en silence et elle se demanda un instant s'il allait daigner lui répondre. Elle était désemparée rien qu'a l'idée qu'il puisse garder le silence. Il était le seul à qui elle pouvait se confier. Cette question la taraudait depuis des jours, depuis sa discussion avec Ailéaàn. Alors certes elle savait que c'était un peu maladroit mais elle avait besoin de réponse et Maeron était le seul qui pouvait lui en donner.

- Dis quelque chose ! finit elle par gronder, exaspérée par son mutisme

Maeron se redressa et croisa ses bras devant lui dans un geste lent que Teagan trouva particulièrement agaçant.

- Tu ne te vois qu'a travers les yeux de ton père ou de ta belle-mère, lui dit il d'une voix calme. Tu es quelqu'un de bien Tea. Tu es plus réfléchie que tu ne le crois, tu as du cœur et tu gouvernas un jour avec justesse.
- Justesse, ricana Teagan en secouant la tête d'incrédulité. La seule théorie que j'ai énoncée c'est révélée être complètement erronée. J'ai encore une fois laissé ma colère m'emporter et je me suis ridiculisée.

Elle parlait bien évidement de la séance du conseil en présence des Onze Seigneurs ou elle avait juré que Manahàxar se trouvait derrière ces attaques, hors la guerre se précisait et l'homme qui avait tué sa mère et son frère n'avait rien à voir dans tout cela.

- Ne dis pas ça, la contredit Maeron en se rasseyant au bord de sa paillasse. Quand ton heure sera venue de t’asseoir sur le trône tu seras plus mure, plus réfléchie et plus sure de toi.

Teagan hocha la tête tout en faisant les cents pas dans la pièce. Les propos de Maeron lui faisaient chaud au cœur. Il prononçait des paroles que secrètement elle rêvait d'entendre mais elle n'y croyait pas vraiment.

- Le peuple s'inquiète car il te voit chevaucher à gauche et à droite, reprit Maeron en la suivant des yeux. Mais les habitants ne te détestent pas. Et si tu ne me croit pas rappelle toi de ta dernière visite à Riwalön, les gens se sont il montré hostile à ton égard ?

Cette fois Teagan sentit le poids dans sa poitrine s’alléger un peu. Elle se rendait souvent au village, passant par Riwalön pour dissimuler ses promenades quotidiennes au sein de la foret de Dunvel. Et Maeron n'avait pas tord, les habitants se montraient ouverts et la saluait jovialement à son passage. Elle s'entendait très bien avec le boucher, à qui elle apportait toujours de la viande pour l'orphelinat, les maraîchers la saluaient toujours avec enthousiasme lorsqu'elle traversait les champs en présence d'Adrahil et souvent les enfants lui faisaient des petits signes de la main ou des sourires.

- Non, répondit-elle doucement en enjambant Rashkánn pour retourner près de la paillasse ou se trouvait Maeron.
- Tu es aimée du peuple Teagan, insista le chasseur. Tu es forte, tu es intelligente et ce qui ne gâche rien tu … tu es très... belle.

Teagan reporta son regard vers le jeune homme dont les joues se marbraient de rouge. Elle fut amusée et flattée de le voir réagir ainsi.

- Le penses-tu vraiment ? demanda-t-elle en s'asseyant à ses cotés, luttant contre le besoin de contact qui se faisait plus pressant.
- T'ai je déjà menti ? répondit Maeron rapidement. Enfin... ce n'est pas ce que...

Teagan se crispa. Oui il lui avait menti. Leur relation était entrecoupée de mensonge et elle avait sa part de responsabilité dans tout cela. Mais son dernier mensonge avait faillit lui couter la vie. Elle avait encore du mal a digerer le fait que Maeron ne lui aie pas avouer qui était son père. Sa rancoeur s'était disspiée face aux révélation qui avaient suivi. Elle avait été plus préoccupée a tenter de comprendre les sentiments du juene homme qu'a chercher pourquoi il lui avait menti. Elle s'appertait a lui répondre d'une voix acerbe quand elle croisa son regard. Elle lu une véritable detresse dans les iris verts du chasseur et cette fois elle ne pu résister a son instinct. Elle enroula ses doigts autour des siens, oubliant sa retenue. Ce contact ils en avaient besoin tout les deux.

- Pourquoi ne m'as tu rien dis pour ton père ? finit-elle par demander d'une voix douce

Elle voulait profiter de se moment de calme, propices aux confidence pour obtenir des réponses. Maeron voulut retirer sa main mais elle emprisonna ses doigts entre les siens, il ne comptait pas le laisser s'échapper en se braquant. Elle avait droit a ces réponses, elle les méritaient.

- Pourquoi m'as tu menti ? redemanda-t-elle avec fermeté mais douceur.

Elle regarda le jeune homme passer sa main libre sur son visage l'air désemparé.

- Je t ai déjà expliqué que j’étais un lâche, grogna-t-il alors qu'elle collait son épaule à la sienne pour lui prouver qu'elle était à ses cotés. Je suis toujours ce petit garçon qui s'est laissé torturé.

Cette fois Teagan tira vivement le bras de Maeron vers elle et le forçat à lui faire face.

- Je ne veux plus t'entendre dire une chose pareille ! Gronda-t-elle en posant sa main libre sur la joue râpeuse du jeune homme. Tu n'as RIEN d'un lâche.

Son impuissance face à ce que Maeron avait vécu se muait en colère. Elle ne supportait pas de le voir se dévaloriser ainsi.

- Je t'interdit également de penser que ce que tu as subi est de ta faute, continua-t-elle sa main glissant sur sa joue.

La souffrance qu'elle lut dans le regard si intense de Maeron la percuta de plein fouet et elle blottit aussitôt son visage dans son cou. Elle était consciente de fuir mais se sentait incapable de pouvoir affronter ce regard et cette souffrance qu'elle décelait chez Maeron, de plus le corps de Maeron n'était que chaleur et elle éprouvait le besoin viscéral de le toucher. Elle savait que cette roximité entre eux était différentes depuis qu'elle avait mis des mots sur ses sentiments mais elle ne pouvait faire machine arrière. Elle expira lentement dans le cou de Maeron et elle le sentit frissonner alors qu'elle profitait de la chaleur de sa peau sur la sienne. Un instant elle eut envie d'embrasser cette peau si chaude mais se retint.

- Je n'arrive pas à comprendre pourquoi mon père n'a rien fait, souffla-t-elle contre sa peau alors que cette question la taraudait depuis longtemps. Et Rhufawl ! Je suis certaine qu'il n'est au courant de rien, s'il avait su il...
- NON TEA !

La jeune femme se sentit rejetée alors que Maeron venait de s'écarter brusquement. Il la fusillait du regard et elle sentit les larmes lui monter aux yeux tant elle souffrait émotionnellement pour deux.

- Je t'interdit de parler à mon père ou au tien à propos de mon existence, gronda Maeron. Pour eux je suis mort depuis des années et je ne veux pas que ça change.

Malgré la colère qui envahissait la voix du chasseur Teagan entendit très nettement les trémolos à la fin de sa phrase. Maeron était bouleversé et il la rejetait.

- Mais tu pourrais venir vivre au château, protesta-t-elle. Tu travaillerais...
- Non Tea, s'il te plaît, gémit-il en se rapprochant à nouveau d'elle.

Il lui attrapa à nouveau la main et cette fois ce fut lui qui enlaça ses doigts aux siens. La jeune femme poussa un soupir de soulagement en comprenant que ce n'était pas elle qu'il rejetait, seulement ses propositions.

- Ne me force pas la main je t'en prie, continua Maeron avec prudence. J'aime ma vie comme elle est et je... je ne veux pas avoir à l'affronter.
- Très bien, répondit Teagan qui devinait à quel point cette phrase devait être difficile à prononcer. Mais promet moi de ne plus jamais me mentir.

Le genoux de Maeron frôla le sien et il posa sa main libre sur son avant bras. Leurs doigts ainsi emmêles, il n'avaient jamais été aussi proche depuis des semaines et Teagan eut l'impression de pouvoir respirer à nouveau normalement. Les paroles d'Ailéaàn Rhiàn lui revinrent en mémoire et elle déglutit lentement ne voulant pas songer à ses sentiments qui l'envahissaient. Elle sentit néanmoins une étrange chaleur se répandre en elle lorsque Maeron se tourna vers elle en attrapant son menton avec délicatesse pour que leurs visages ne soient plus qu'a quelques centimètres l'un de l'autre.

- C'est promis, lui jura-t-il d'une voix douce.

Et Teagan céda à son instinct, a son besoin de contact. Elle attrapa la nuque de Maeron et posa ses lèvres sur les siennes avec force. Elle entrouvrit la bouche et entendit Maeron pousser un grognement rauque quand son souffle se mêla au sien. Ce bruit tellement viril la fit s'enflammer et elle accueillit le souffle chaud du jeune homme avec audace. Maeron se rapprocha et son torse frôla la poitrine de la jeune femme alors que cette dernière s'allongeait, cédant sous le poids du chasseur sans que leur lèvres ne se séparent. Teagan était incapable de s’arrêter, la chaleur du corps de Maeron blottit contre le sien la réconfortait et pensait ses plaie intérieures. Plus rien n'existait à part lui et les sensations nouvelles et particulièrement agréables qu'il faisait naître dans son corps. Mais elle avait besoin de plus de contact, plus de chaleur. Suivant son instinct elle laissa descende l'une de ses main le long du torse de Maeron, l'autre agrippant les petits cheveux à l'arrière de sa nuque. Elle sentit son souffle s’accélérer lorsqu'elle tira sur les pans de la chemise de Maeron pour glisser sa main sous le tissu. Il était partout, comme une flamme réchauffant son cœur. Leur étreinte se fit plus violente, leurs baisers plus pressant et Teagan laissa ses doigts remonter prudemment le long de ses abdominaux, se délectant de la douceur de sa peau, de sa chaleur et du nouveau grognement rauque qui lui échappa.

- Tea... grogna soudain Maeron en reculant, rompant ainsi leur étreinte. Il attrapa assez violemment sa main pour l’ôter de sous sa chemise.

Teagan mit quelques seconde a réaliser qu'il la repoussait alors qu'elle tentait de retrouver une respiration moins haletante. Jamais encore il n'avaient partager une étreinte aussi intense et pourtant il venait de la rejeter. Une douleur pointa dans son cœur et elle sentit ses joues s'enflammer. L'impression fugace de n'être qu'une enfant prise en faute la saisit.

- Je m'y prend mal, s'excusa-t-elle, mortifiée.

Elle n'avait aucune idée des attentes d'un homme et n'avait pas prévu cette étreinte. Elle n'avait fait que réagir instinctivement au besoin de contact qu'elle éprouvait.

- Pas du tout ! s'empressa pourtant de répondre Maeron d'une voix particulièrement rauque. Si tu savais à quel point … pas du tout.

Teagan leva les yeux vers lui et fut accrochée par son regard fiévreux. Les prunelles vertes de Maeron semblaient incandescente et elle se demanda un instant si c'était vraiment du désir qu'elle pouvait y lire. Elle resta un instant interdite lorsqu'il se pencha pour souder son front au sien.

- Tu sais très bien qu'on ne peux pas, murmura-t-il alors que Teagan réalisait que sa poitrine se soulevait au rythme de sa respiration rapide.
- Je ne comprend plus, souffla Teagan avec sincérité en levant la main pour caresser a nouveau la joue de Maeron.

Elle le sentit appuyer sa joue contre sa paume alors qu'elle se sentait totalement perdue. Si c'était vraiment du désir qui s'épanouissait dans le regard de Maeron pourquoi diable la repoussait il ainsi ?

- Je te l'ai déjà expliqué, grogna le chasseur. Ne m'oblige pas à recommencer

Teagan hocha la tête et se détourna. Elle se rassit sur le lit, lissant les plis du jupon de sa robe alors que son regard se posait sur Rashkánn couché au pied de la paillase. elle tentait de repousser ses sombres pensées tout en tentant de calmer sa respiration. Elle s'était laissée emporter par ses sentiments, par son besoin de contact et avait forcement mal agit. Elle entendit Maeron soupirer et poussa un petit cri lorsque ses mains se refermèrent sur sa taille. Il l'attira à lui et elle se trouva rapidement le dos blotti contre son torse assise entre ses jambes.

- Ça ne vas pas te plaire mais je vais te le dire quand même, grommela Maeron en posant son menton sur son épaule dans un geste qu'elle trouva étonnement tendre. Un jour tu vas devoir trouver un époux digne de toi et te marier.
- Mais je ne...
- Chut laisse moi finir, l'interrompit-il d'une voix dure en rassemblant ses longs cheveux noirs sur une seule épaule.

Teagan fut prise d'un violent frisson alors que le souffle de Maeron caressait sa nuque.

- Le jour de ton mariage tu devras être vierge, continua le chasseur alors qu’elle sentait ses mains posées à plat sur son ventre. Alors oui... je t'aime... et je te trouve magnifique mais je ne peux pas faire ça. C'est pour cette raison que je ne t'ai rien dit plus tôt. Ça n'a fait que compliquer les choses.

La Princesse déglutit alors que les paroles désagréable de Maeron s'insinuaient dans son esprit. Cependant elle n'était pas capable de penser à autre chose qu'au contact de son torse contre son dos et à son souffle chaud caressant sa peau.

- Non, je suis contente que tu ne me caches plus rien, répondit elle toujours troublée.

Elle avait comprit ce que Maeron venait de lui expliquer mais elle n'était pas entièrement d'accord avec lui. Elle était rassurée que son rejet ne soit pas du a son physique ou au fait qu'il aie changé d'avis sur ses sentiments mais elle comptait bien voir les choses se passer différemment.

- Nous sommes dans l'impasse, grogna Maeron en posant un baiser à la base de son cou.

Une décharge parcourut la colonne de Teagan qui frissonna de plus belle. Elle avait l'impression que son corps allait s'enflammer alors qu'il lui semblait qu'elle allait fondre devant la tendresse dont faisait soudain preuve Maeron.

- Et si je n'ai pas envie de me marier, dit elle d'un ton qu'elle voulait neutre mais d’où pointait la colère qu'elle ne retenait pas.

Elle entendit Maeron pousser un grognement sourd et se laissa faire lorsqu'il resserra son étreinte autour de sa taille, la serrant un peu plus fort contre lui.

- Tu te marieras à un noble parce que c'est ton devoir et que pour le bien de ton peuple tu te sacrifieras, lui dit-il d'une voix grave alors que ses lèvres frôlaient sa peau juste derrière son oreille. Ce n'est pas juste mais je sais que tu le feras et moi je sortirai de ta vie.
- Je..., commença-t-elle
- Il n'y a pas d'autres issues Tea, lui assura le jeune homme en posant son front contre l'arrière de sa tête.

Teagan sentit la colère s'insinuer dans son corps, son destin était tout tracé mais elle n'avait pas l'intention de s'y plier. Elle était cependant étonnée que malgré ses propos Maeron ne la repousse pas. Il la gardait contre lui et posait de petits baiser sur son épaules, déclenchant des frissons et des sensations nouvelles dans son corps.

- Très bien, dit elle pour ne pas gâcher ce moment. Mais en attendant j'ai le droit de faire ça.

Elle renversa la tête en arrière et attira le visage de Maeron à elle. Elle l'entendit rire alors qu'il posait ses lèvres sur les siennes avec une infinie douceur.

- Je ne crois pas que tu en aies le droit, souffla-t-il sur ses lèvres.
- Et bien je le prend, grommela Teagan







Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: January 5th, 2018 11:27 pm (UTC)

J'ai beaucoup aimé ce texte, on y découvre enfin une Teagan plus posée et capable de prendre un peu de recule.

Au lieu de réagir par la colère et de se laisser aveugler elle arrive voir plus loin et ça fait plaisir !

C'est intéressant de voir aussi qu'elle a des doute sur son avenir de reine, parce que jusque là elle donnait bien plus souvent l'impression de ne pas du tout s'en préoccuper.

Chouette texte !!

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: January 11th, 2018 08:15 pm (UTC)

Contente que se texte t'aie plu. Contente que le comportement de Teagan te plaise. elle est toujours partagée entre son besoin d'agir de manière irréfléchie et le fait que Maeron l'oblige a voir plus loin.

2 Read Comments