?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

La discussion

November 16th, 2017 (01:24 pm)

Titre: La discussion
Fandom : Mézérhían
Personnage : Teagan - Maeron
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 2161 mots

Lorsque le bruit de sabot familier lui parvint aux oreilles Maeron sentit la nervosité le gagner. Il vit Rashkánn bondir sur ses pattes et fouetter de la queue comme un vulgaire chien de compagnie. Maeron pour sa part était partagé. Il était ravi de voir Tea car il supportait mal son absence mais les événements de le veille avaient changés la donne. Il n'avait jamais éprouvé une telle panique que lorsque Tea l'avait rejeté. Il se souvenait vaguement s'être écroulé a genoux dans la terre devenant boueuse alors que le puissant Eiwoarn lui tournait le dos et que son cœur semblait se déchirer dans sa poitrine. Des douleurs physiques il en avait connu mais celle là dépassait toute les autres. C'était seulement lorsque Rashkánn avait posé sa truffe humide contre sa joue qu'il avait reprit ses esprits. Il s'était relevé incapable de la laisser partir et, suivant son instinct, avait courut à perdre haleine jusqu'au lac. Il n'avait aucune certitude que Teagan s'y était rendue car elle aurait aussi bien pu retourner au château mais son instinct lui criait que c'était la qu'il devait se rendre et il l'avait suivi. Il fallait absolument qu'il puisse lui parler, qu'elle le laisse s'exprimer et qu'il s'excuse.

Lorsqu'il était arrivé au lac il avait été soulagé de la trouver mais ce sentiment s'était vite envolé. Il avait vu Tea, perchées au sommet de la cascade, fermer les yeux et sauter dans l'eau glacée. Il n'avait pas hésité une seule seconde à aller la repêcher. Persuadé qu'avec la température de l'eau et le fait qu'elle ne sache pas nager elle n'en ressortirait pas toute seule. Lorsqu'il l'avait sortit du lac il avait mis un moment a comprendre qu'elle ne respirait plus. La panique grandissant en lui il avait tenté d'insuffler de l'air dans ses poumons, sans succès. Il avait cru un moment que son cœur allait s'arrêter alors que Teagan se débattait, se griffant la gorge, incapable de respirer. C'était encore une fois son instinct qui lui avait soufflé la solution. C'était sans hésité qu'il avait coupé le corset de la jeune femme libérant la pression sur son thorax et lui permettant ainsi de respirer à nouveau. Il ne savait pas si c'était son regard perdu, son visage blême et détrempé ou juste la peur de l'avoir perdu qui l'y avait poussé mais il l'avait embrassé et lui avait avoué ses sentiments. Il n'avait pas eut le temps de craindre sa réaction, trop heureux de la voir en vie mais son cœur s'était tout simplement emballé lorsqu'elle lui avait rendu son étreinte. Le trajet du retour avait été court et silencieux. Chacun étaient plongé dans ses pensées et il avait simplement jetée une cape de cuir sur ses épaules avant de la regarder retourner vers le château sans qu'ils aient échangé un mots. La discussion du jour allait donc marquer un tournant, quel qu'il soit, dans leur relation et il l’appréhendait.

Lorsque Tea sortit des buissons juchée sur sa monture elle arborait un visage timide qui ne lui était pas familier. Ses yeux étaient cernés ce qui renforçait le bleu de son regard et il vit ses joues s'empourprer lorsqu'elle arrêta Adrahil à quelques pas de lui.

- Bonjour, dit elle d'une voix mesurée

Maeron lui répondit d'un signe de tête en se retenant de grimacer. Elle n'était la que depuis quelques secondes que déjà la situation semblait tendue. Ils étaient tout les deux gênes et Maeron se mit aussitôt a regretter ses aveux de la veille. Il s'en voulait d'avoir céder à ses pulsions qu'il refrénait depuis des mois. Sur le coup il n'avait pas trouvé d'autre solution il avait réagit instinctivement mais désormais...

- Je peux m'approcher de ta bête sans me faire couper un doigts cette fois ? demanda-t-il finalement en voulant par n'importe quel moyen briser le silence gênant qui s'installait.
- Je pense que oui, répondit Teagan en se penchant pour flatter l'encolure d'Adrahil.

Maeron jeta un coup d’œil suspect à l'étalon qui le fixait de son étrange regard doré.

- J'aurais souhaité une réponse plus rassurante, grommela-t-il en faisant néanmoins un pas vers la bête.

La veille il avait été profondément choqué par le comportement de l'étalon. Lorsque ses babines s'étaient retroussées sur des crocs plus long que ceux de Rashkánn il avait aperçut le coté sauvage et dangereux dont Tea lui avait parlé. Et il devait admettre qu'une armée juchée sur plusieurs de ses impressionnantes bêtes devait faire reculer bon nombre d’ennemis.

- Tu hésites à descendre... constata Maeron alors que Teagan restait juchées sur sa monture.
- Pas du tout, répondit elle en passant vivement sa jambe par dessus l'encolure et en sautant à terre.

Maeron profita d'être caché par Adrahil pour lever les yeux au ciel. Tea avait beau faire comme si tout était normal quelque chose entre eux avait changé. Ce n'était plus naturel, leur équilibre précaire s'était brisé. D'ailleurs Tea continua de lui tourner le dos et alla à la rencontre de Rashkánn pour lui gratter les oreilles en murmurant des mots doux. Maeron n'était pas dupe elle portait une soudaine attention au loup tout simplement parce qu'elle ne savait plus quoi lui dire. La seule chose qui le laissait espérer que leur amitié pouvait encore être rattrapable c'était sa présence. Elle aurait très bien pu rester au château pour ne plus jamais s'aventurer dans la foret de Dunvel mais elle était venue et cette idée lui donnait de l'espoir.

Il la laissa caresser Rashkánn de longue minutes en sentant néanmoins la colère s'insinuer en lui. Il n'avait rien de fait de répréhensible. Il lui avait avoué la vérité et il ne méritait pas d'être ignoré pour cela. Son attitude le blessait et il décida d'intervenir et de crever l’abcès.

- Ecoutes moi Tea, souffla-t-il en s'approchant doucement d'elle.

Cette dernière se tourna vers lui et le poignarda de son regard bleu.

- Ne me dis pas que j'ai rêvé tout ce qui s'est passé cette nuit, dit elle en attrapant son avant bras avec force.

Maeron regarda un instant sa main fine posée sur son bracelet de cuir avant de baisser les yeux. Elle semblait paniquée et lui ne savait plus quoi penser.

- J'aurais préféré, grogna-t-il amèrement.

Il sentit que Tea le lâchait et il la vit reculer d'un pas. Il releva les yeux vers son visage et vit son incompréhension.

- Pardon ? demanda-t-elle d'une voix sourde. Tu aurais préféré ?

Maeron hocha la tête alors qu'un frisson remontait le long de sa colonne vertébrale. Il ferma les yeux et des images, qui le hantaient depuis la nuit dernière, lui revinrent en mémoire. Il voyait la surface noire du lac battue par la pluie ou Tea ne remontait pas. Il se voyait plonger dans l'eau glaciale ne sentant même pas la morsure du froid tant il était obnubilé par le corps de Tea inerte flottant à la surface.

- Je ne sais pas si tu réalise Tea ! gronda-t-il en rouvrant soudainement les yeux. Tu t'es noyée ! Tu t'es jetée en plein hiver dans un lac glacial alors que tu ne sais PAS nager ! Je ne savais pas que tu avais des tendances ….
- Suicidaire, finit elle à sa place avec hargne. C'est ça le mot que tu cherches ?

Elle le fusillait désormais du regard et son instinct lui criait de la prendre dans ses bras mais Maeron se contenta de faire un pas vers elle. Lui revenait en mémoire la pâleur de sa eau détrempée, ses lèvres bleuies par le froid et surtout l'absence de mouvement de sa poitrine. Il ressentit le besoin impérieux de la toucher rien que pour vérifier la chaleur de son corps.

- J'ai eut si peur Tea, gémit-il alors que les visions qui le hantaient le blessaient physiquement. Je t'ai repêchée. Tu ne respirais plus, j'ai eut beau t’insuffler de l'air... si je n'avais pas eut l'idée de déchirer ton corset …...

Maeron fut incapable de finir sa phrase. Si son instinct ne lui avait pas dicté d'aller au lac, s'il n'était pas arriver à temps, si l'idée soudaine de lui ôter ce vêtement enserrant sa taille avec force ne lui était pas venue, il l'aurait perdue. Elle serait morte seule et dans la détresse. La panique l''envahit et il tentait de respirer lentement par le nez pour calmer les battements frénétiques de son cœur quant il sentit une main se poser sur son torse.

- Ecoutes moi, Maeron. Je n'ai pas voulu me tuer je te le jure, souffla-t-elle en accentuant la pression de sa main juste au niveau de son cœur. Je voulais juste soulager la douleur, …. oublier ta trahison.

Maeron déglutit lentement et remonta instinctivement sa main pour saisir celle de Tea. La chaleur de sa paume le rassura. Elle était vivante, il lui avait sauvé la vie. Il était toujours sceptique quand au fait qu'elle aie voulut mettre fin à ses jours il comprenait son attitude. Ce besoin de fuir, d'arrêter de penser, de ressentir, il l'avait connu autrefois.

- Je te crois, répondit-il a mi voix.

Il baissa les yeux et plongea dans ceux de la jeune femme. Elle s'était encore rapprochée et leurs visages n'étaient qu'a quelques centimètres. Il se pencha instinctivement en avant et son nez frôla le sien. Il n'aurait fallut qu'un infime mouvement pour qu'il pose ses lèvres sur les siennes. Il se souvenait de la douceur de sa bouche. Son baiser avait été violent, empressé parce qu'avant tout il avait ressentit le besoin de la sentir vivante au plus près de lui mais la en cet instant il aurait souhaité lui montrer qu'il pouvait être doux. Il n'arrivait pas a quitter la jeune femme des yeux et à cet instant il put lire dans son regard de l'hésitation. Tea hésitait, elle était indécise et ça lui suffit a prendre une décision. Il ne voulait pas la forcer. Il n'en avait ni l'envie ni le pouvoir.

- Je ne te demande rien Tea, souffla-t-il en reculant d'un pas, agrandissant l'espace entre leurs visages. Je ne suis pas en droit de le faire.

Sa gorge se serra alors qu'il prononçait difficilement ses mots. Il scellait son destin. Il n'avait aucunement le droit d'aimer Tea et elle n'avait aucune raison de ressentir la même chose.

- Je suis désolée Maeron, souffla-t-elle en agrippant pourtant sa main avec plus de force. C'est juste que...
- Tu n'as pas à me fournir d'excuses, l'interrompit-il en lui arrachant sa main.

Rompre se contact était terriblement difficile mais maintenant qu'il lui avait révélé ses sentiments et qu'il savait qu'elle ne les partageait pas ils ne pouvaient continuer a avoir ces petits geste auquel il tenait temps.

- Je... ne..., bégaya Tea en faisant un pas vers lui. Je ne sais pas si j'en suis capable.
- Arrête avec toutes ces conneries ! gronda Maeron en faisant volte face.

Il entendit la jeune femme hoqueter de surprise mais cette fois c'était à son tour de ne pas contrôler sa colère. Il pouvait entendre bien des choses, il pouvait contrôler la frustration qu'il sentait monter en lui mais pas supporter des mensonges et des inepties.

- Maeron, gémit Teagan ce qui le fit se retourner.
- Tu es capable d'aimer Tea, continua-t-il a gronder en la pointant du doigt. Je sais que tu crois que ton cœur est dévasté et inutilisable mais c'est faux. Tu aimes Maelrhys, tu aimes Dalaigh, tu aimes ton parrain et surtout tu aimes ton père. Ces gens comptent pour toi et c'est pour cette raison que tu te ronges les sangs a leur sujet.

Teagan recula d'un pas alors qu'il continua à gronder.

- Je … dit-elle une nouvelle fois en devenant de plus en plus pale.

Mais Maeron en avait assez. Elle avait bien assez de raisons de ne pas partager ses sentiments mais elle ne pouvait se cacher derrière de fausse idées.

- Alors je peux entendre que je ne t’intéresse pas, continua-t-il en sentant à son grand désespoir sa voix se briser sur les derniers mots. Je peux entendre que je ne suis qu'un vulgaire chasseur exilé, un type effrayé par son père mais ne me dit pas que...

Il n'eut pas le temps de finir sa tirade que les lèvres de Teagan s'écrasèrent sur les siennes. Elle crocheta sa nuque et l'attira vers elle avec force. Il laissa échapper un grognement presque animal lorsqu’elle lui mordit la lèvre en remontant une de ses mains dans ses cheveux et se sentit sourire lorsqu'il glissa ses mains sur sa taille pour l'attirer plus prêt de lui. Son cœur semblait exploser dans sa poitrine alors que la jeune femme entrouvrait les lèvres et que son souffle chaud rencontrait le sien. Il approfondit leur étreinte suivant son instinct et voulant simplement être plus près d'elle, plus près qu'il ne l'avait jamais été.

- Je ne veux plus jamais t'entendre te rabaisser comme ça, grogna-t-elle haletante lorsqu’elle reprit son souffle. Tu es quelqu'un de bien.



Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: November 27th, 2017 02:02 pm (UTC)

Une bonne mise au point qui était certainement nécessaire.
C'est bien de les voir aussi hésitants et incertains dans cette situation.

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: January 3rd, 2018 07:47 pm (UTC)

Oui je ne voulais pas d'une déclaration et puis que d'un coup il forment un couple. la declaration de maeron va etre un point de depart certes mais tea ne sait toujours pas comment reagir ni se qu'elle ressent vraiment

2 Read Comments