?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Votre place

October 15th, 2017 (08:54 pm)
current song: the big bang theory

Titre: Votre place
Fandom : Mézérhían
Personnage : Aelred - Bédélia - Teagan - Rhufawl
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 1676 mots

Inspirer et expirer. Inspirer et expirer puis recommencer. Teagan se trouvait assise sur le bas des marches du grand escalier donnant dans le hall principal du château et tentait de maîtriser son souffle. Elle avait l'impression ses derniers temps d'être en permanence sous l'eau et se de noyer. L'air venait à lui manquer, l'angoisse lui volait sa capacité à respirer, à parler et à réfléchir. Il n'y avait qu'auprès de Maeron qu'elle se sentait à peut près normalement. Il apaisait ses souffrances par sa seule présence.

Elle avait enfin réussit à dissocier son angoisse pour Maeron, qui n'était que l'extrapolation de ce qui était arrivé à Cewydd, et la mort de ce dernier. Elle était triste d'avoir perdu un ami car c'est ce qu'elle ressentait pour lui. C'était un esprit libre, tout comme elle, qui avait été forcé à participer à ce conflit et qui était, avec son régiment, l'une des premières victimes. Elle était désemparée pour le Seigneur Canthaïr et elle souffrait pour lui car elle ne connaissait que trop bien la douleur causée par la perte d'une être cher.

Mais elle avait réussit à revenir à la réalité. Lorsqu'elle avait apprit la mort de Cewydd elle avait vu le visage de Maeron à sa place et l'avait imaginé mort. C’était cette vision, dont elle n'arrivait plus à se départir qui l'avait paralysée sur place dans son lit. Et c'était seulement la voix de son ami qui l'avait sortit de cette léthargie dans laquelle elle était prisonnière. Même si elle avait sangloté et gémit durant des heures elle avait apprécié chaque moment en sa présence. Elle lui était infiniment reconnaissante d'avoir braver les dangers du château et son aversion pour ce lieu dans le simple but de prendre de ses nouvelles. Elle était persuadée que jamais elle n'aurait refais surface s'il n'avait pas été la. Elle avait savouré sa tendresse et surtout la chaleur de sa peau alors qu'elle avait si froid. Elle savait au plus profond d'elle même que ce ressentit n'était pas anodin mais pour l'instant elle enfouissant cette idée au loin dans son esprit comme on enterait un secret ne voulant jamais être découvert. Elle s'était rendue à plusieurs reprises chez Maeron depuis cette nuit la et ni l'un ni l'autre n'en avait reparlé. Ils se contentaient de faire des choses simples comme aiguiser leurs armes ou chasser. Enfin pour sa part faire semblant car son esprit vagabondait tellement qu'elle avait ratée toute ses cibles. Elle était encore plus surprise que Maelrhys ne lui aie fait aucune remarque. Cette dernière n'avait pas mentionnée l'arrivée de Maeron en pleine nuit ni le fait qu'il se soit allongé dans son lit auprès d’elle ce qui à ses yeux devait être une tragédie. Teagan lui en était reconnaissante car tout ce qu'elle souhaitait ces dernier temps c'était du calme et de la tranquillité et pourtant elle était assise sur ces marches à attendre de monter sur l'estrade au coté de son père pour l'adoubement des chevaliers.

- Teagan ? Oh parfait tu es prêtes

La jeune femme se redressa en entendant la voix de son père et se remit debout. Ce dernier descendait les marches en tenant le bras de son épouse. Bédélia était époustouflante dans sa robe entièrement dorée. On aurait dit qu'elle était vêtue d'or pur et la couleur de ses cheveux s'accordait parfaitement avec sa tenue.

- Tu es splendide ma fille, la complimenta son père.

Teagan observa un instant sa belle mère qui jaugeait sa tenue d'un œil critique avant de finalement hocher la tête

- Tout cela est très sombre, se contenta-t-elle de dire en lançant un regard enamouré à son mari.

Teagan ne répondit pas car elle essayait de se rappeler de qu'elle manière elle était vêtue mais c'était peine perdue. C'était Maelrhys qui l'avait habillée et coiffée et elle ne se rappelait de rien hormis être restée debout perdue dans ses sombres pensées à regarder flotter les différents drapeaux au sommet des tentes du camps et à languir que cette séance d'habillage ne cesse.

- Ce sont les couleur de notre Maison, la réprimanda le Roi. Venez il est temps de sortir.

Teagan les regarda s'éloigner en sentant une boule se former dans sa gorge. Elle ne voulait pas assister à cette cérémonie, elle ne se sentait pas à sa place. Ce qui était terrible c'est que quand elle avait du faire sa démonstration à l'épée devant l'Eiréhaàn elle n'avait pas douter un seul instant car elle savait ce qu'elle valait en combat. Mais en temps que Princesse ses doutes étaient incommensurables

- Vous devriez les suivre.

Teagan sursauta même si elle reconnu la voix grave de son parrain. Ce dernier était en habits de parade. Il avait revêtu son armure de plate noire sur laquelle était forgée en or pur l'Eiwoarn Royal. Il tenait son heaume noir sous le bras et ses yeux semblaient plus gris que d'ordinaire. Teagan songea que son propre père devait être vêtu de la même manière mais elle ne l'avait même pas remarqué.

- Quelque chose ne vas pas Teagan ? s'enquit le commandant en s'approchant dans un grincement de métal

La Princesse songea un instant à prétendre que tout allait bien mais elle n'était pas sur de trouver encore le courage de mentir. Elle croisa a nouveau le regard gris acier de son parrain et décida de lâcher du lest. Si elle ne le faisait pas elle allait certainement craquer en plein milieu de la cérémonie.

- Non Rhufawl, avoua-t-elle ne baissant les yeux pour ne pas être confrontée au regard inquisiteur de son parrain. Je ne veux pas faire ça.
- Faire quoi ? demanda-t-il d'une voix étrangement douce
- Parader en temps qu'héritière du trône. Je ne suis pas faites pour ça. Ce n'est pas moi et puis... mon père ne me fait même pas confiance.

Il avait beau être cordial en sa présence leur dispute était toujours présente dans leurs esprit et leur relation toujours plus tendue. Elle se sentait sempiternellement trahie par son manque de confiance et son manque de discernement à son sujet

- Biens sur que si, lui assura Rhufawl en faisant un pas grinçant vers elle.
- Non ! le contredit elle avec force. Je n'ai aucune responsabilité. Je … je sers d'animal de compagnie que l'on exhibe, un animal que l'on enferme dans une cage dorée pour être certains qu'il ne se blesse pas.

Voila ce qu'elle ressentait, l'horrible sensation d'être un objet de parade qui n'avait aucun choix dans sa propre existence.

- Teagan c'est faux, reprit Rhufawl en attrapant son poignet de sa main gantée de métal. Votre père, bien que je ne sois pas toujours entièrement d'accord avec lui ces derniers temps, cherche juste à vous protéger.
- Il m’enchaîne, protesta Teagan qui n'avait même pas la force d'élever la voix.
- Tea, souffla le commandant. Le drame que vous avez vécu avec la perte de vos proches vous à laissé des marques à tout les deux. Chez vous ça se traduit par une situation émotionnelle compliquée, chez lui par une surprotection qui peut être légitime.

Teagan fut tellement surprise qu'il utilise le surnom que lui donnait autrefois Adraboran qu'elle mit un moment à comprendre le sens de ces paroles. De toute évidence son parrain l'avait très bien cernée et ce qu'il disait sur son père, bien que ça ne lui plaise pas, n'était pas faux.

La jeune femme se contenta de hocher la tête en encaissant ces propos et fut surprise quand Rhufawl attrapa son bras. Elle se laissa conduire vers un grand miroir accroché au mur à quelques mètres de la porte.

- Que voyez vous ? lui demanda son parrain en la positionnant face à son reflet.

Teagan posa son regard sur le miroir et en resta coite. Devant elle se trouvait une jeune femme fine vêtue d'une robe d'un noir sombre. La robe avait des manches évasées aux bordures complexes rehaussées de dorure et le bas du jupon était assortit. Sa taille fine était rehaussée par le port d'un corset en cuir noir sur lequel étaient gravées les armoiries de sa maison. Sa tenue était complétée d'une cape noire au col en fourrure qui se fermait par une chaîne en or au niveau de ses clavicules. La bouclerie de la cape représentait deux têtes d'Eiwoarns, chanfrein contre chanfrein, le même symbole que l'Eiréhaàn'er et le même modèle de cape que celui de son père. Son visage était très pêle et la poudre légère qu'avait appliqué Maelrhys sur ses joues atténuait les immenses cernes violettes qui lui mangeaient d'ordinaire le visage. Son regard bleu était rehaussée par la pâleur de sa peau et sa coiffure était aussi complexe que celle de la Reine. Maelrhys avait remonté ses longs cheveux noirs en une multitude de tresses formant un chignon aérien . La coiffure tenait grâce à une multitude de petites épingles dorée qui mettait une touche d'or dans le jais de ses cheveux.

Teagan n'arrivait pas à croire que c'était son reflet qu'elle voyait. Cette femme qui tenait le bras du commandant des armées avait tout d’une Princesse, ses épaules étaient droites et son port de tête fier, pourtant elle se sentait avachie et triste.

- Vous êtes l'héritière de ce Royaume, souffla Rhufawl en se penchant à son oreille pour lui parler. Vous avez la beauté éclatante de votre mère et, par tout les dieux, la force de caractère de votre père.

Teagan sentit son cœur s’accélérer dans sa poitrine alors que son reflet l’observait toujours l'air sur d'elle.

- Votre place est au coté de votre père sur l'estrade pour faire honneur à ces soldats qui se sont entraînés dur et qui ne demandent qu'à plier le genoux pour vouer leur vie à la votre.

La Princesse hocha doucement la tête avant de se retourner pour se jeter au cou de son parrain. Sa joue entra vivement en contact avec la plate de métal froide mais elle s'en fichait. Elle voulait simplement le remercier d’être toujours la à ses cotés pour lui montrer le droit chemin


Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: October 16th, 2017 10:02 pm (UTC)

C'est intéressant de la voir sous un autre point de vue, et ça fait plaisir de découvrir une description plus "mature" de Teagan. On a tendance à la voir surtout selon la manière dont elle se voit elle, et ça ne lui rends pas justice. Et même dans les scènes du point de vu de Maeron on sent qu'elle lui plait, mais on ne perçoit pas toujours ce qu'elle est vraiment.

Et puis dans ce texte il y a quelque chose de plus adulte en elle.

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: October 23rd, 2017 06:51 am (UTC)

Contente que cette nouvelle description t aie plu. J essaie de montrer que le perso n est pas juste une fille folle et immature. Elle n a pas assez confiance en elle et penche a se devaloriser mais c est surtout parce qu elle n est pas preparee

2 Read Comments