?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Ensemble

July 22nd, 2017 (09:58 am)

Titre: Ensemble
Fandom : Mézérhían
Personnage : Tea - maeron
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 1864 mots

Maeron se redressa en entendant un grondement régulier qu'il connaissait bien. Il recula vivement sa chaise et sortit de sa cabane à grandes enjambées. A peine ses yeux eurent-ils le temps de s'habituer à l'obscurité qu'une immense silhouette sautait les buissons. L'imposant Eiwoarn se dressa sur ses postérieurs lorsque sa cavalière lui demanda de s'arrêter et cette dernière n'attendit même pas que les autres membres de la bête aient toucher le sol pour sauter à bas de sa monture. Maeron vit Tea se précipiter vers lui et elle le heurta avec force tout en blottissant son visage dans son épaule. Le chasseur referma aussitôt ses bras autour de la jeune femme pour la serrer fort contre lui. Maeron était décontenancé par sa présence. Il faisait déjà nuit et elle n'avait sûrement pas l'autorisation d'être dehors à cette heure. Si elle avait bravé les ordres de son père c'était forcément qu'elle était bouleversée. Maeron resserra sa prise autour du corps de son amie alors que celle ci restait blottie contre lui. Il pouvait la sentir trembler de tout son corps. Il s'était attendu à ce qu’elle éclate en sanglot mais elle ne le fit pas. Elle restait là, muette, les mains agrippées à sa chemise comme pour se raccrocher à la réalité.

Maeron resta un petit moment à lui caresser les cheveux tandis que Rashkánn tournaient autour d'eux poussant quelques fois de petits gémissements et enfonçant sa truffe dans le mollet de la jeune femme. Aucun des deux ne prononça un mot. Maeron voulait que ce soit Tea qui parle en premier. Cependant le froid le fit capituler il écarta lentement la jeune femme de lui. Il ne voulait pas la forcer à faire quoique ce soit mais ne comptait pas attraper mal en restant à la merci du vent. Il passa un bras autour de ses épaules et la conduisit à l'intérieur. Un feu ronflait dans un coin de la pièce ce qui apaisa le jeune homme. Il s'assit sur son lit laissant le choix à Tea de le suivre ou non. Cette dernière se mit à faire les cents pas dans la petite pièce sous le regard inquisiteur de Rashkánn. Maeron prit enfin un instant pour la dévisager puisqu'elle ne lui cachait plus son visage. Sa peau était plus pale que d'ordinaire, ses cheveux rassemblés à la hâte en une queue de cheval haute lui donnait un petit coté sauvage et son regard bleu était habité d'une colère qu'il ne lui avait encore jamais vu.

- Ça c'est mal passé avec l'Eiréhaàn ? demanda-t-il le plus doucement possible

Il était revenu sur sa promesse de ne pas parler le premier mais la voir ainsi le rendait fou. Malgré son calme apparent il mourrait d'envie de savoir pourquoi Tea était venue se réfugier chez lui à la nuit tombée.

- Non ! répondit-elle d'un ton amer en se tournant soudainement vers lui. Au contraire !

Maeron lui lança un regard interrogateur alors que ses paroles n'avaient aucun sens.

- J'ai battu le meilleur élève de la promotion en quelques minutes, reprit-elle d'une voix chargée d'arrogance.

Maeron grimaça. Elle avait longuement parlé avec lui du fait de montrer ses talents devant l'entierté de l'Eiréhaàn et Maeron l'avait soutenu dans son choix tout en la canalisant car il était partagé par cette idée. Il avait souligné le fait qu'elle n'allait pas avoir droit à l'erreur et qu'elle risquait d’être confrontée à des élèves refusant de se battre contre elle à cause de son statut de femme. Il l'avait aussi mise en garde sur le fait de ne pas en faire trop. Il connaissait l’énergie de la jeune femme et il savait qu'elle n'allait pas savoir ce retenir de fanfaronner car il était certains que son niveau était supérieur à celui de ces blanc-becs de l'Eiréhaàn. Cependant se montrer trop confiante risquait de lui attirer des ennuis. Il lui avait suggérer de montrer en privé au commandant ses talents mais Tea était bien décidée à impressionner le plus de monde possible. Maeron était persuadé que par ce geste elle voulait montrer à tout le monde qu'elle n'était plus la petite chose fragile qu'elle avait pu être.

- Je t'avais dit de ne pas en faire trop, lui rappela Maeron même s'il était trop tard pour faire marche arrière
- Et je me suis simplement battue, répliqua Tea avec un peu trop de mordant. Ce n'est pas ma faute si ce type n'a aucun équilibre.

Maeron sentit un sourire naître sur ses lèvres devant l'air arrogant de Tea. Il aimait se coté effronté que lui donnait la colère. Il la trouvait encore plus forte, encore plus belle parée de son insolence.

- Alors pourquoi es-tu bouleversée ?

Maeron vit clairement Tea se figer devant ses propos et il poussa un soupir. Il avait été un peu brutal mais il commençait à en avoir assez de tourner autour du pot. Il voulait savoir ce qui avait chamboulé la jeune femme alors qu'elle avait visiblement terrassé le meilleur Eir du Royaume.

- Je ne suis pas bouleversée ! protesta Tea avec force.

Maeron lui jeta un regard condescendant ce qui attisa, il le vit dans son regard flamboyant, la colère de la jeune femme. Il s'en voulait de faire ça mais il savait qu'il fallait que Tea se laisse emportée par sa colère pour livrer ce qu'elle avait sur le cœur. Il ne voulait pas qu'elle se renferme sur elle même alors qu'elle était venue le voir de son plein gré.

- A d'autres Tea ! grogna-t-il avec humeur. Il fait nuit et tu viens te réfugier chez moi juste pour le plaisir ?
- Ce n'est pas ma faute si je suis entourée d'idiot ! gronda-t-elle. De gens qui ne comprennent pas que ma vie est plus importante que les traditions. De personnes qui croient que je ne suis pas capable de penser par moi même qui veulent...
- Tea doucement, l'interrompit Maeron d'une voix plus calme.

La jeune femme stoppa sa tirade mais Maeron comprit que c'était seulement le grondement sourd de Rashkánn et non pas sa voix qui l'avait calmée. Tea dégageait une telle colère que le loup s'était planté devant la porte les babines retroussée sur ses crocs et ses oreilles plaquée sur sa nuque, pensant sûrement que la nervosité de la jeune femme était due à un danger au dehors .

- Tout doux Rash, murmura Maeron alors que son loup tournait la tête vers lui pour le scruter de son regard vairon.
- Je suis désolée, s'excusa Tea en passant ses mains sur son visage d'un air las.
- Que t'as dit ton père ? la relança Maeron en comprenant que c'était du Roi que Tea parlait.

La jeune femme lui lança un regard empli de tristesse avant d'inspirer lentement.

- Il était furieux, répondit elle en tirant un tabouret pour s'asseoir à coté de la table en bois installée dans un coin de la cabane. Il s'en prenait à Rhufawl car il le croyait responsable.

Maeron ne manqua pas de remarquer qu'elle restait éloignée de lui. Il aurait aimé qu'elle vienne s’asseoir sur le lit à ses cotés et qu'elle colle son visage contre son cœur comme elle l'avait fait en arrivant mais ce n'était pas le cas. Elle mettait de la distance entre eux et il comprenait que bien qu'elle accepte de lui parler elle était entrain de se renfermer sur elle même.

- Pourquoi sont il aussi rétrograde ? demanda-t-elle. Pourquoi ne supportent-ils pas l'idée qu'une femme puisse défendre elle même sa vie. Et surtout pourquoi m'en veut il de rester informée ?

Maeron ne répondit rien car ces questions n'avaient pas de réponses. C'était désolant de voir que l'homme qui gouvernait le Royaume se montre aussi injuste avec sa fille. Elle avait fait des efforts terribles pour accepter sa place. Chaque jour elle découvrait que sa liberté lui était enlevée petit à petit et pourtant elle contrôlait plus ou moins sa rage. Mais il ne comprenait pas pourquoi le Roi tentait de la faire entrer dans un moule auquel elle ne correspondait pas au lieu d'exploiter ses qualités.

- Et puis il s'est attaqué à mon courrier, continua Tea avec véhémence. Je suis sure que c'est la Reine qui l'a mis au courant. Il m’a reproché d'entrer en contact avec Cewydd. Je ne comprend pas il me donne sa confiance avant de me plonger à nouveau dans l'ignorance !

Une nouvelle fois Tea se laissait emporter par sa colère et Maeron vit avec étonnement la jeune femme attraper le couteau qui était posé sur la table et le planter violemment dans le bois du meuble

- Ne fais pas ça ! gronda aussitôt Maeron avec une grimace.
- Oh c'est bon, râla Tea en levant les yeux au ciel. Ta table est pleine de coups!
- Je me moque de ma table, répondit Maeron. Ça abîme la pointe de la lame.

Il s'en voulut aussitôt d'avoir prononcer ses quelques mots et tenta de ravaler les souvenirs qui le submergeaient alors que Tea arrachait le couteau du bois pour le poser avec délicatesse sur la table. Maeron secoua la tête souhaitant à tout prix se recentrer sur Tea. Il se pencha en avant et attrapa ses mains. Ses doigts étaient glacés et il referma ses paumes autour.

- Il y à des moments plus difficiles que d'autres, souffla-t-il doucement. Et tu es capable de les surmonter.

La jeune femme leva les yeux vers lui et cette fois il pu lire une véritable tristesse dans son regard

- Il a menacé de m'enfermer au château, lui apprit-elle d'une voix brisée.
- Pardon !

Maeron se redressa et Tea noua ses doigts au siens comme pour le retenir.

- Il a comprit que je passais mes après midi avec quelqu'un qui m’entraînait. Il m’a menacé de me garder cloîtrée entre les murs du château. C'est la que j'ai …. perdu le contrôle.

Maeron sentit une peur panique s'insinuer en lui à l'idée de ne plus voir son amie et il resserra ses doigts autour de ceux de Tea. Il pouvait lire dans son regard bleu qu'elle n’était pas fière d'avoir perdu une fois le plus le contrôle de ses émotions mais elle ne pouvait pas être blâmée. Elle tenait à sa liberté plus que tout et l'idée de la lui ôter était insupportable.

- Je ne lui laisserai pas le choix, continua Tea en approchant son visage du sien. Je penses avoir fais assez d'effort cette fois c'est à lui de s'adapter et de faire mûrir son point de vue.

Maeron sourit devant l'assurance qui transpirait de chacune des ses paroles. Il savait que c'était la colère qui dictait chacun de ses mots mais elle n’avait jamais tant ressemblé à une vrai Princesse qu'en cet instant. Le chasseur posa ses yeux sur ses lèvres pleines qui étaient à seulement quelques centimètres des siennes.

- Je vais continuer à défier mon père, gronda-t-elle. Je vais continuer à m’entraîner mais seulement si tu es d'accord. Je veux qu'on vive cette aventure ensemble.

Maeron hocha la tête. Il devrait pour cela braver les ordres du Roi. Mais cette décision il l'avait déjà prise des mois auparavant.




Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: July 23rd, 2017 11:26 am (UTC)

Un texte intéressant dans lequel on sent bien la tension des personnages et combien la situation bouleverse Teagan.

C'est toujours aussi intéressant de voir à quel point Maeron est conscient des lacunes de l'éducation de son "amie" et à quel point cela l'exaspère de voir les efforts qu'elle fait sans que personne n'en prenne conscience.

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: July 24th, 2017 08:25 pm (UTC)

Oui Maeron d'un coté est bien plus mature que le Roi. il ne se voila pas la face et est deseperé devant l'attitude du Roi et de rhufawl ce qui ne va pas l'aider a les apprecier.

Dans ce texte ce cache un element important qui sera crucial dans les textes a venir ( d'ici environ 20 textes ) ^^ je dis ça je dis rien

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: July 26th, 2017 10:59 am (UTC)

On sent bien qu'ils sont de plus en plus proche et que Teagan ne conçoit plus son quotidien sans lui, c'est quelque chose qui finira surement pas poser problème, ou par les forcer à ce que Maeron s'impose à la cour... Et là, on aura le problème de son père...

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: August 6th, 2017 06:28 pm (UTC)

Oui teagan même si elle nie les choses a tour de bras se rend compte qu'elle ne conçit pas son avenir sans Maeron, ce qui ne vas pas aider si Cewydd demande sa main.

4 Read Comments