?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Cachés

January 4th, 2017 (10:01 pm)
current song: friends

Titre: Cachés
Fandom : Mézérhían
Personnage : Teagan - Maeron
Rating : PG-13
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 2177 mot

Tea leva lentement le bras pour tirer une flèche de son carquois. Il y avait un perdreau posé sur sol à moins de dix mètres et elle l'avait de toute évidence prit pour cible. Maeron caché derrière un buisson l'observait une fois de plus. Il la vit encocher sa flèche d'un mouvement lent et relever son arc. Il devinait qu'elle était tentée entre la rapidité de l'action et la peur de faire un geste brusque et d'effrayer sa proie. Il la vit expirer lentement pour chasser tout stress mais son dos était horriblement rond. Elle n'aurait pas assez de puissance si elle gardait cette position inadéquate.

- Ton buste n'est pas assez droit !

Maeron se mordit la lèvre inférieure en se maudissant. Il avait prit récemment la décision de reprendre contact avec la jeune femme car de toute façon il passait ses après midi à la surveiller et à veiller sur elle. Il avait bien comprit que malgré sa colère il n'arrivait pas à s'en détacher. Mais il n'avait pas prévu de la surprendre ainsi. Malheureusement son instinct d’instructeur était beaucoup trop fort et il avait été incapable de se taire.

Tea quant à elle sursauta tellement fort qu'elle en lâcha sa flèche qui partit se ficher dans un tronc d'arbre à deux bon mètres du perdreau qui prit la fuite. Elle se retourna vivement en portant sa main à sa ceinture pour en tirer une dague. Maeron ne put retenir la bouffée de fierté qui l'envahit en voyant l'attitude agressive de la jeune femme. Mais Téa lâcha sa dague et il la vit porter une main à sa poitrine lorsqu'elle le reconnu.

- Maeron , souffla-t-elle comme s'il venait de lui mettre une gifle.

Le chasseur s’avança Rashkánn à ses cotés. Il était particulièrement mal à l'aise. Il ne s'était plus parlé depuis plus d'un mois et voilà qu'il débarquait en lui donnant un ordre. Et pourtant il 'arrivait pas à détacher son regard de son amie. L'observer là en se tenant devant elle était tellement différent que cet espionnage entre les buissons. Il pouvait voir sa peau presque terne perdre le peu de couleur qu'il lui restait sous le choc de son apparition. Il pouvait apprécier l'intensité de son regard bleu posé sur lui et qui le détaillait.

- Je ne plaisante pas, dit-il pour couper cour à ce silence qui l’oppressait. Tu n'atteindras jamais ta cible avec précision si tu ne tends pas ton dos

Il vit Téa faire un pas vers lui avant de se stopper. Il l'espionnait depuis des semaines et avait bien vu qu'elle avait physiquement changée mais il ne s'était pas attendu à ça. De face son visage était décharné. Sa peau d'ordinaire pale mais brillante semblait laiteuse. Ses yeux semblaient s'être assombris et ses cheveux pendaient tristement dans son dos. Mais le pire était sûrement les cernes qui dévoraient son visage et les ose de ses pommettes qui saillaient étrangement. Maeron laissa glisser son regard sur son cou et ses clavicules apparente et remarqua que la aussi les os saillait de manière dérangeante. Tea était mal en point.

- Tu te moques de moi… gronda-t-elle en le dévisageant
- Pas du tout

Non il ne se moquait pas d'elle. L’entraînement était crucial et tendre son dos dans la pratique du tir à l'arc était primordial. Il ne voyait pas en quoi ces paroles semblaient invraisemblable

- Je n'arrive pas à y croire… ! s'écria Téa en le rejoignant en quelques enjambées.Tu reviens comme si de rien était après des semaines et tu me parles de ma position au tir à l'arc

Cette fois Maeron saisi la situation. Maeron avait imaginé leurs retrouvailles milles fois dans sa tête depuis qu'il avait prit la décision de retourner vers elle. A chaque fois il s'était imaginé la voire sourire en le découvrant. C'est pourquoi il fut plus que déstabilisé en voyant ses traits se froncés et ses iris s'assombrir encore plus. Il avait cru que Tea serait heureuse de le voir. Il avait vu la tristesse dans ses yeux durant toutes ses semaines ou il l'avait suivi. Il pensait qu'elle l'accueillerait à bras ouvert mais visiblement ce n’était pas le cas.

- Je… commença Maeron en sentant la colère monter en lui petit à petit.
- Non Maeron c'est trop facile ! la coupa Tea

Elle le fusillait du regard et il pouvait voir sa poitrine se soulever rapidement. Elle avait l’air de lui en vouloir alors que c'était elle qui lui avait mentit. C’était elle qui lui avait caché sa véritable identité. C’était elle qui l'avait laissé espérer un possible avenir qui n'aurait jamais lieu.

- Il me fallait du temps pour digérer, lâcha-t-il les mâchoires serrée
- Et m'as-tu demander mon avis à moi ?! cracha Tea en lui administrant un coup sur l'épaule. Tu m'as jetée dehors comme une malpropre sans me laisser le droit de m'expliquer

Maeron secoua la tête tout en portant sa main à son bras là ou elle l'avait frappée. Elle y avait mis tout son cœur.

- Tu as eu des mois pour t'expliquer ! protesta-t-il alors que sa colère grondait en lui. Pour me dire la vérité !
- Parce que tu crois que c’était facile !

Il avait rarement vu Tea perdre autant le contrôle. Ses yeux bleu avaient foncés, ses mâchoires saillantes étaient serrées et elle avait fermés les poings si fort que ses jointures étaient blanches

- Je…
- Tu crois qu'il me suffisait de te dire que je suis la princesse héritière du Royaume, continua Teagan en le frappant à nouveau. Et que tu aurais accepter sans broncher !

Non il n'aurais pas accepter sans rien dire. Mais ça ne changeait rien au fait qu'elle lui avait menti. Qu'il lui avait confier son secret sur ses cicatrices et qu'elle avait omis de lui dire qu'elle était la princesse.

- Non mais...
- Tu détestes le château et ses habitant, cracha-t-elle à nouveau en plongeant dans son regard. Ne crois pas que je ne l'ai pas comprit et tu as d'excellentes raisons mais ça ne m’a pas facilité la tache !

Sur ce coup là Maeron devait avouer qu'elle n'avait pas tord. Mais il se sentait trahis. Trahis par elle et par ses sentiments qu'il ne pouvait pas exprimer, encore mois aujourd’hui alors qu'il était désormais au courant de sa véritable identité. Il était vrai qu'il détestait le château, ses habitants et la royauté à cause de ce que lui avait fait subir son père. Mais il trouvait que ce n’était pas une raison suffisante pour lui avoir mentit comme elle l'avait fait. Même si au plus profond de lui il sentait sa colère retomber devant cette explications qui mine de rien l'avait toucher en plein cœur.

Maeron laissa retomber mollement ses bras contre son corps incapable de faire le moindre geste. Ils se trouvait là devant la femme qu'il aimait et cette dernière semblait le détester. Il releva les yeux pour trouver ceux de Téa et sentit son cœur se serrer en les découvrant rempli de larmes. Il ne voulait pas la faire pleurer. Il était juste incapable de lui faire du mal et pourtant elle se trouvait la devant lui entrain de trembler de rage, de grosses larmes coulants sur ses joues décharnées.

- Tu crois que j ai choisis de m'appeler Teagan Mézérhían., reprit-elle sa voix rendue tremblante par la rage qu'il sentait naître en elle. Tu crois que j'ai choisit d’être l'unique héritière du royaume ?! Tu crois que j'étais heureuse en sachant que ma mère et mon frère aîné ont été sauvagement égorgé par l'ennemi de mon père ?!

Cette fois Maeron eut l'impression glaciale qu'on l'avait giflé. Il n'avait pas du tout pensé à ça. Il connaissait l'histoire de la famille Mézérhían mais depuis que Tea lui avait avoué son identité il n'avait pas du tout fait le lien. Et pourtant la devant lui Téa s'écroula à genoux en pleurs. Elle enfoui son visage dans ses mains et se mit à sangloter.

Maeron ne savait comment régir alors que Rashkánn qui était rester simplement assis à ses pieds s'avança pour poser sa grosse tête sur l'épaule de la jeune femme. Il savait qu'une profonde colère couvait à l’intérieur de son amie. Il la voyait parfois apparaître lors de combat ou lorsqu'elle échouait à un exercice. Il voyait sa respiration s’accélérer, son regard s'assombrir et cette force se déployer en elle. Et désormais il en connaissait l'origine. Tea vivait avec la rage provoquée par la perte de sa mère et de son frère. Cette partie de la famille royale froidement assassinée par Torged Manahàxar, ennemi juré des Mézérhían.

Et voilà que Tea se retrouvait brisée à ses pieds. Il s 'agenouilla doucement ne sachant pas trop quoi faire pour apaiser cette douleur qui émanait de la jeune femme. Rashkánn s'écarta aussitôt pour lui laisser la place alors que Maeron laissait son instinct le guide. Il posa une main sur son épaule et elle releva un visage dévasté par les larmes vers lui. La douleur qu'il pu lire dans son regard azur le toucha au cœur.

- Tu crois que je sois heureuse de devoir rendre des comptes à tout le monde pour quitter les murs du château ? continua-t-elle de sangloter. De faire ce que veulent les traditions, de lécher les bottes de seigneur qui n'en ont rien à faire ? Je n'ai jamais voulu de tout ça...

Maeron y voyait plus clair maintenant. Tea était un esprit libre enfermé dans une cage dorée. Elle aimait se battre, elle aimait la foret et la liberté et elle devait se plier aux coutumes de sa famille et aux règles de son rang

- Mais tu m'a menti, souffla Maeron d'un ton amer.

Il n'arrivait pas à se remettre de ce mensonge. Cette sensation de trahison qui le prenait aux tripes et lui rongeait le cœur.

- Tu n'étais déjà pas ravi de m'apprendre à me battre lorsqu'on s'être rencontré, répondit-elle en séchant ses larmes d'un revers de manche. - Aurais tu acceptés de m'apprendre à tirer le fer si tu avais su qui j'étais ?

Maeron se releva en lui tendant la main. Ce geste lui permit de réfléchir un court instant à la question qu'elle venait de lui poser.

- Probablement pas, répondit-il finalement.
- Alors ne me reproche pas de t'avoir mentit, dit Tea en levant les yeux vers lui.
- Mais pourquoi ne me l'a tu pas dis après ? demanda-t-il car cette question le taraudait. J'aurais comprit, je penses.

Il vit alors Tea le fuir du regard et il glissa une main sous son menton pour lui faire relever la tête. Il voulait une réponse. Il fallait que tout les murs tombent, maintenant.

- Parce que…… l'encouragea-t-il d'un voix plus douce
- Je ne… voulais pas te perdre, lâcha alors Tea en le poignardant de ses iris bleu.

Maeron sentit son cœur se remplir d'espoir devant ses simples mots. Il était amoureux de cette fille, elle avait un contrôle total sur ses émotions et là elle venait de le toucher en plein cœur. Elle se colla alors aussitôt contre lui et l’enlaça. Elle enfoui son visage dans le cuir de sa broigne juste dans le creux de son épaule. Jamais ils n'avaient eut de contact physique aussi intense et Maeron en éprouva une véritable douleur physique. Il referma ses bras sur le dos de Téa la serrant fort contre lui alors qu'il entendait de nouveaux sanglots s’élever de sa poitrine.

- Tu m'as tellement manqué, sanglota-t-elle contre son épaule

Ses mots firent l'effet d’un coup de poignard en plein cœur et en même temps le ravirent.

- Tu penses réellement ce que tu dis ? demanda-t-il en caressant maladroitement ses cheveux.

C’était la première fois qu'il glissait ses doigts dans sa longues chevelure noire. Il l'avait fait plus d'une fois en rêve mais ce n’était pas comparable. Il sentit Téa hocher la tête dans son épaule et laissa échapper un petit rire.

- Toi aussi tu m'as manqué…. Souffla-t-il en se retenant de poser un baiser sur le sommet de son crane. Un peu.....

A ses mots il la vit relever vers lui un regard rempli de larmes et de reproches

- Tu es un monstre, lâcha-t-elle en se reculant un peu pour lui administrer une tape sur la poitrine
- Désolé votre majesté, lui dit-il en reculant d'un pas pour exécuter une révérence maladroite.

Loin de la faire rire se geste provoqua chez Téa une grimace de dégoût.

- Ne m’appelle pas comme ça ! ordonna-t-elle en attrapant sa main.

Le contraste de sa peau chaude sur la sienne déstabilisa le chasseur. Il referma ses doigts sur sa main, appréciant ce contact ci particulier.

- Alors comment dois je vous appeler, princesse ? demanda-t-il en se retenant de ne pas l'attirer contre lui une nouvelle fois

Mais la jeune femme le fit d'elle même. Elle se glissa à nouveau dans ses bras en le serrant avec force.

- Tea… souffla-t-elle dans son cou. Avec toi je veux être juste Téa



Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: January 5th, 2017 07:13 pm (UTC)

Oooohhhh !
Ca y est ! Ils se sont reparlé !
Chouette chouette chouette !

Très sympas comme texte, et il fait plaisir à lire ! C'est chouette de les voir se retrouver, on a bien vu qu'ils souffraient profondément de s'être éloignés l'un de l'autre.

1 Read Comments