?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Perdue

January 1st, 2017 (08:02 pm)
current song: BO games of thrones

Titre: Perdue
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maelrhys - Le boucher de Riwalon
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 1189 mots

- Que m'apportez vous aujourd’hui ? demanda l'homme bien en chair en lui offrant un grand sourire.
- Deux lapins et une perdrix, répondit Teagan en lui tendant ses prises d'un geste las
- Une belle prise, approuva le boucher de Riwälon en s'emparant des carcasses. Ils sont magnifique la peau n'est même pas abîmée

Teagan baissa les yeux et reajusta son capuchon sur son front.

- Des proies faciles, dit elle simplement d'un ton maussade
- Vous êtes trop modeste

Teagan hocha la tête et jeta un coup d’œil autour d'elle pour être sure de ne pas être reconnue. Elle était vêtue en homme. Elle avait enfilé des chausses en cuirs volées aux château et qui pendaient assez lamentablement sur ses jambes fines, son corset de cuir et une broigne en cuir auquel elle avait fait rajouté à Maelrhys une capuche. Elle savait qu’elle s'était inspirée de la tenue de Maeron pour confectionner la sienne mais préférait en faire abstraction. Cependant vêtue ainsi elle ne pouvait pas se permettre d'être surprise par les habitants de Riwalön.

- Vous êtes sur que vous ne voulez pas d'argent ? lui demanda une nouvelle fois le boucher en se penchant en avant pour ne pas être entendu des passants
- Non, assura Teagan en détournant les yeux. Par contre notre accord tiens toujours. Je veux que cette viande soit remise à l'orphelinat du village
- Je n'y manquerai pas

La princesse ne savait pas vraiment comment quitter le boucher. D'ordinaire il n’était pas aussi bavard et se contentait de la remercier avant de disparaître. Cela faisait maintenant plusieurs semaines qu'elle avait passé cet accord bancal avec cet homme. Elle se souvenait du premier jour ou elle avait débarqué devant la porte arrière de sa boutique tenant dans ses mains deux faisans bien en chair. Il l'avait observée d'un œil étonné avant de lui offrir un sourire et d'accepter son offre.

- Vous savez que je vous ai reconnu, finit par lâcher l'homme bien portant en lui offrant un nouveau sourire complice
- Je sais aussi que vous êtes le genre d'homme à savoir garder un secret, ajouta Teagan d'une voix plutôt froide.

Elle s'était doutée que l'homme la reconnaîtrait. Sa capuche ne cachait pas l'entiereté de son visage et elle avait parfois croisé cet homme qui rendait souvent visite au père de Maelrhys en cuisine. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle avait pensé à s'adresser à lui. Elle était par contre surprise de ne pas lire de désapprobation sur son visage alors qu'il la savait vêtue comme un homme, plutôt un amusement non dissimulé. Mais elle ne voulait pas que le reste du royaume soit au courant. Elle agissait dans l’anonymat pour son bien et pour celui des autres et ça suffisait à la garder en vie.

- Si c'est là votre souhait, souffla l'artisan en inclinant légèrement la tête
- Parfaitement
- Le peuple serait enchanté de vous savoir si généreuse, insista l'homme ventripotent en jetant un nouveau coup d’œil aux prise de la princesse

Teagan hocha la tête simplement. Elle aurait voulu lui répondre en riant que ses tuteurs ne seraient sûrement pas ravi de la voir les armes à la main mais elle n'en eut pas la force.

- Puis-je me permettre de vous posez un question ?

Teagan se contenta d'hocher la tète tout en fixant le regard devenu inquiet du boucher de Riwälon.

- Est ce que vous vous sentez bien ? demanda-t-il d'une voix mesurée

Cette question elle ne cessait de l'entendre depuis quelques semaines. Et comme à chaque fois elle prit une grande inspiration avant de répondre en baissant les yeux.

- Tout vas très bien , je vous remercie

Sur ses mots Teagan réajusta sa capuche en cuir noire, adressa un signe de tête minimaliste au boucher et repartit en direction de la foret ou l'attendait Adrahil. Elle n'emmenait pas sa monture à Riwälon. L'Eiwoarn était trop reconnaissable et elle serait forcement démasquée en sa présence. Elle jeta un regard intrigué à l'orphelinat en passant devant le bâtiment et fut ravie de voir les enfants attablés devant une marmite de ragoût fumant.

Depuis que Maeron l'avait jeter hors de sa clairière en lui hurlant de déguerpir elle consacrait ses après midi à chasser seule. Elle tentait de se rappeler les techniques que le chasseur lui avait apprise pour les maîtriser. Elle n'avait pas non plus oublier ses leçons principales. On ne tue que par nécessité. Elle apportait donc la viande qu'elle chassait à Riwalön pour nourrir les enfants de l'orphelinat. Le boucher était un homme de confiance et elle vérifiait régulièrement que ses désirs étaient appliqués. Ainsi elle réussissait à maintenir son niveau au tir à l'arc ce qui était son premier objectif. Mais Maeron lui manquait désespérément. Il était la seule personne avec qui elle pouvait être elle même. Une fille qui tentait de contrôler une colère trop grande à supporter et non pas une princesse devant se conformer au protocole. Avec lui elle pouvait porter des chausses sans s'attirer de regards de travers. Avec lui elle pouvait rire quand elle en avait besoin, manger avec les doigts mais surtout s’adonner aux pratiques de combats qui lui était refusées dans les murs du château. Son entraînement intensif avec Maeron lui avait permis de canaliser son énergie et de tirer profit de cette colère qui la rongeait toujours depuis la mort de ses proches. Cette rage prenant le dessus s'était transformée en force qu'elle commençait seulement à maîtriser. Mais tout cela c'était avant de Maeron ne l'abandonne. Désormais elle ne contrôlait plus ses émotions ni sa colère.

Depuis son rejet elle n'était plus que l'ombre d'elle même et elle en avait parfaitement conscience. Elle voyait les regards de ses proche de plus en plus insistants et leurs fronts barrés par l'angoisse mais elle n'arrivait pas à ce ressaisir. Chaque parole était pour elle une torture. Elle se forçait a faire la conversation à son père à table ou plutôt à répondre succinctement aux quelques questions qu'il lui posait mais elle n'avait plus la même joie de vivre. Quand à son physique il se modifiait également. Elle s'était croisée dans un miroir quelques jours plut tôt et en était restée coite. Elle s'était considérablement amaigrie et son visage n'avait plus rien de séduisant. Elle avait également vu la poignée de cheveux qui était restée au fond du bassin alors que Maelrhys les avaient consciencieusement lavés. Cette dernière avait d'ailleurs fait son possible pour les lui dissimulés mais Teagan n'était pas dupe. Son teint était grisâtres, sa peau semblait plus rêche et elle ne mangeait presque plus. Elle dépérissait à nouveau malgré toute l'énergie qu'elle déployait pour lutter contre son état.

Oui, Maeron lui manquait plus qu'elle ne l'aurait cru et en plus de sa peine elle était en colère. Elle lui en voulait de ne pas lui avoir laissé le droit de s'expliquer. Elle savait qu'elle était en tord et qu'elle aurait dû lui dire la vérité depuis longtemps au lieu de s'enfoncer dans des mensonges toujours plus invraisemblables. Mais elle n'en avait jamais trouvé la force et désormais c'était trop tard. Elle l'avait perdu....

Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: January 2nd, 2017 05:24 pm (UTC)

C'est bien, elle tue "utile" c'est un bon point.

On sent bien qu'elle souffre de la situation, je suis curieuse de découvrir quel événement permettra à cette situation de changer.

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: January 3rd, 2017 01:02 pm (UTC)

Oui je n aie pas encore ecrit ce texte ou maeron lui donne son point de vue sur le fait de tuer utile.


Oui ils sont tout les deux malheureux mais si maerin a le coeur brisé, teagan elle fait tout pour ne pas replinger dans cette depression.

2 Read Comments