?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Qui je suis

December 14th, 2016 (09:30 pm)
current song: friends

Titre: Qui je suis
Fandom : Mézérhían
Personnage : teagan - Maeron - Maelrhys - Ser Ourzhal
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 2062 mots

- Vous devriez peut être mettre la robe rouge, suggéra Maerlrhys en lui tendant le tissu de velours écarlate
- On va au marché annuel Maerlrhys pas à une parade, protesta Teagan en levant les yeux aux ciel
- L’entièreté de Riwälon sera là et il y a également de nombreux marchands venu des quatre coins du Royaume vous devez être présentable, insista la suivante
- Et je le suis

La princesse se précipita à la fenêtre d’où elle pouvait voir une partie de la cour du château. Elle pouvait voir les toiles tendues au dessus de chaque étal et les allées du marché déjà bondé. Elle avait hâte de visiter chacunes des échoppes des marchands présent et ne voulait pas perdre du temps en essayage de robe inutile.

- Votre robe est trouée, insista Maelrhys

Teagan tourna sur elle même et vu en effet quelques fils défaits sur le coté gauche de la jupe.

- Oh ce n'est qu'une estafilade, fit remarquer la princesse en haussant les épaules d'un geste désinvolte.
- C'est un trou ! Je vous en supplie Teagan enfilez la robe rouge.
- Elle est bien trop voyante

Elle n'avais vraiment pas envie d’être le centre de l'attention de tout le marché. Si elle l'avait pu. Elle aurait enfiler les chausses de cuirs qu'elle mettait lorsqu'elle rendait visite à Maeron et une capuche pour cacher son visage. Elle aurait aimé pouvoir se balader dans le marché anonymement.

- Alors la bleue ? continua Maerlrhys avec un regard plein d'espoir
- Va pour la bleue, céda Teagan pour avoir la paix Mais c'est vraiment pour te faire plaisir.

Elle se dépêcha d'enfiler la robe que sa suivante lui tendait. Elle était en velours bleu et mettait ses yeux en valeurs . Le tissu était épais et serait le bienvenue alors que le printemps pointait seulement le bout de son nez. Il y avait également les armoires des Mézérhían brodée d'un fils plus foncé sur sa poitrine. Une robe d'une richesse assez simple mais qui satisferait assez Maerlrhys pour qu'elle la laisse tranquille

Une fois habillée elle sorti de sa chambre suivie de Maelrhys et descendit rapidement jusqu'à la cour intérieure du château. Elle aurait aimé sautiller dans les couloirs et descendre l’escalier assise sur la rampe tellement elle était heureuse de se rendre au marché. Mais elle savait que Maelrhys la réprimanderait si elle osait le faire alors elle resta sage, comme le voulait la tradition.

Mais Teagan ne put s'empêcher d'inspirer profondément une fois qu'elle fut sortie dans la cour. Les odeurs, de charcuteries, de sucreries, et de viandes rôties se mêlaient aux doux rayons du soleil ce qui lui donna l'impression de revivre. Elle détestait rester enfermée dans le château elle avait sans cesse l'impression d’étouffer.

Elle se précipita vers le premier étal qu'elle vit. C’était un marchand de charcuterie sur la table devant lui s’étalaient des saucissons, jambons, boudins et pièces de viandes diverses.

- Voulez vous goûtez un morceau de saucisson Majesté ? demanda le marchand en s'inclinant.
- Avec plaisir, répondit Teagan avec un sourire

Voila encore quelque chose qu'elle détestait dans sa condition de princesse. Avec les armoiries de sa famille étalée sur l'avant de sa robe elle était forcément identifiable. Elle se sentait comme marquée au fer rouge. Chaque marchand en la reconnaissant allait vouloir lui faire tester ses produits, il lui offriraient probablement des cadeaux et autres présents mais elle ne voulait pas de tout ça. Elle aurait voulu pourvoir observer les échoppes anonymement et se renseigner seulement sur ce qui l’intéressait. Mais elle était la fille du Roi et devait faire bonne figure. Elle écouta donc le charcutier lui parler de l'élevage de ses porcs pendant de longues minutes en faisant semblant d'être passionnée par le sujet avant de passer à l’étal suivant.

Elle dut goûter successivement, du pain, du miel, des fruits venu des contrées du sud et elle était certaines d'avoir le ventre plein avant la fin de la journée. Mais elle n'en avait que faire des aliments elle voulait voir l’étal de Jerkhën le forgeron. Il était réputé pour être le meilleur forgeron du Royaume. Les épées offerte par le Roi à chaque chevalier lorsqu'ils prononçaient leurs vœux était forgées de ses mains et celle que son père avait offert à Adraboran pour ses treize ans sortait également de ses ateliers. On racontait qu'il avait la plus grande forge du Royaume et que celle ci se situait au flanc de la montagne Taur in Dauwn dans le Daunlhiran.

Elle rêvait d'avoir une aussi belle épée. Mais jamais Rhufawl ou son père ne l'y autoriserait. En temps que dame elle n'était pas censée tirer l’épée. Elle aurait également voulu montrer à Maeron cette échoppe. Lui aurait pu là conseiller même s'il aurait sûrement râler en voyant toutes ces belles lames et c'est bien pour ça qu'elle n'avait jamais oser en voler une au château pour la lui offrir. Son dégoût pour tout ce qui venait du Roi ou de la princesse la mettait toujours mal à l'aise et elle se demandait si elle oserait un jour lui révéler sa véritable condition.

En découvrant les multiples marques sur son corps elle avait enfin pu comprendre un peu plus son aversion pour le château et surtout pour les chevaliers. Mais ça ne changeait rien à son problème majeur. Maeron détestait les habitants du château et elle n'arriverait jamais à lui dévoiler son identité.

Pourtant elle aurait souhaité pouvoir emmené Maeron dans ce marché et sautiller partout en le tirant par la manche pour lui montrer ce qui lui plaisait le plus. Ils auraient critiqués les gravures sur cuir du tanneur qui n'arrivait même pas à la cheville de Maeron et elle lui aurait montrer les plus belles pièce du sellier venu tout droit du Snaelhor. Mais il n’était pas là et elle devait se contenter de faire bonne figure devant les marchands sous l’œil attentif de Maelrhys.

Elle se dirigeait d'un bon pas vers l’étal du forgeron dans l'espoir de pouvoir lui acheter une dague qu'elle cacherait sous son lit quand elle entendit des voix s’élever d'un petit groupe. Elle allait se tourner vers eux quand un hennissement furieux retentit. Teagan sentit aussitôt son cœur s'emballer en reconnaissant ce cri caractéristique. C'était un hennissement de colère d'Adrahil. Les Eiwoarn étaient capable d’émettre des hennissements beaucoup plus grave que les chevaux. Ce son fut vite suivi de coup sourd signe que l’étalon devait se débattre dans sa stalle. Il y avait peu de raison pour mettre en colère Adrahil. Elle était en danger. Elle tourna sur elle même en attrapant la main de Maelrhys. Elle n'avait pas peur mais ne voulait pas qu’elle soit blessée. Elle faillit se baisser pour se saisir du couteau qu'elle avait attaché à sa cheville en douce quand de nouvelles voix s'élevèrent sur sa gauche. Un attroupement s'était formé autour des personnes qui criaient et elle reconnu l'uniforme des soldats de la garde.

- Il faut abattre cette bête !
- Le premier qui bouge est un homme mort !

Teagan se figea en reconnaissant cette voix. C'était tout simplement impossible. Elle tira un peu sur la main de Maerlrhys qui protesta et s'avança vers le groupe.

- On est trois et tu es seul tu te surestime, ricana un homme qu'elle reconnu comme Ser Ourzhàl.
- C'est plutôt vous qui ne me connaissez pas

Cette fois Teagan ne pouvait pas se tromper. C’était impossible.... totalement improbable mais c’était bien la voix de Maeron qui avait claquée, menaçante.

- Teagan ou allez vous ?  demanda Maelrhys, légèrement paniquée.

Mais la princesse ne l’écoutait pas et elle poussa plusieurs personnes qui s'étaient arrêtée pour observer la confrontation. Elle du jouer des coudes pour pénétrer dans le cercle formé par les curieux mais en la reconnaissant les paysans s'écartèrent pour la laisser pénétrer au cœur de l'attroupement. Il y avait deux soldats qui encadraient Ser Ourzhàl, un chevalier adoubé par son père l'année précédente et qui était revenu récemment d'une mission dans l'Est. Maeron était encerclé par les deux soldats et le chevalier. Ses derniers avaient dégainés leurs épées et menaçaient Maeron. Le chasseur lui avait un couteau dans chaque main et surtout Rashkánn.

Teagan avait déjà vu le loup menaçant mais jamais dans cet état. Ses yeux vairons fixaient Ser Ourzhàl et ses babines étaient retroussées sur ses crocs d'un taille impressionnante. Son poils étaient hérissé tout le long de son échine, sa queue redressée et ses oreilles plaquées sur sa nuque. Il était prêt à bondir à tout instant comme le prédateur qu'il était réellement

- Lâche tes couteaux, ordonna le chevalier d'une voix sèche
- Ne touchez pas à ma bête, répondit aussitôt Maeron qui ne quittait pas son principal adversaire des yeux.

La situation allait mal tourner et Teagan ne voulait pas que Rashkánn ou Maeron soient blessés. Il fallait qu'elle intervienne avant que ça ne dégénère.

- Stop ! s'écria -t-elle en se jetant au milieu des hommes sous le regard totalement paniqué de Maelrhys

Elle entendit Rashkánn grogner de plus belle avant de se redresser en la reconnaissant.

- Qu est ce que … bafouilla Maeron

Mais Teagan lui tourna le dos faisant face au chevalier aux cotés du loup.

- Baissez vos armes, ordonna-t-elle en se grandissant.
- Je ne peux pas princesse, répondit aussitôt le chevalier. Cet homme....

Elle ne pouvait pas se permettre de baisser les bras devant tout les curieux qui les observait. Et elle ne voulait pas qu'il touche à un poil de Rashkánn

- Ser Ourzhàl je vous ai dit de baisser vos armes, répéta-t-elle lentement d'un ton qui elle l’espérait ne souffrirait aucune répliques. C'est un ordre !

Elle vit clairement les deux soldats qui l'accompagnaient rengainer leurs épée et le chevalier baissa légèrement la sienne.

- Princesse vous ne comprenez pas, tenta d'argumenter le chevalier.
- Princesse !?

La voix de Maeron bien qu’étouffée lui avait été parfaitement audible et Teagan sentit son cœur se serrer. S'en était fini de son secret. En un instant tout avait basculé et la vérité qu'elle gardait depuis si longtemps était désormais exposée au grand jour.

- Écartez vous, ordonna-t-elle alors que le chevalier avait fait un pas en avant provoquant de nouveau grondements de la part de l'imposant loup noir.
- Ne vous approchez pas, s’inquiéta le chevalier sans lâcher l'animal sauvage des yeux.

Mais Teagan posa doucement sa main sur la tête de Rashkánn qui la laissa faire sans bouger.

- Laissez ce jeune homme et son loup partir, continua Teagan en fixant le chevalier des yeux.

Elle essayait de se rappeler la manière dont Rhufawl toisait ses hommes lorsqu'il leur donnait un ordre dans leu but de l'imiter mais elle su qu'elle devait être nettement moins convaincante que le commandant

- Mais, tenta de protester le chevalier
- J'ai dit laissez nous! gronda-t-elle franchement cette fois

Elle n'avait aucun ordre à recevoir de cet homme et elle l’entendit grommeler avant de faire demi tour, suivi de ses deux sbires. Elle jeta un regard noir au curieux et beaucoup détournèrent les yeux pour reprendre le cours de leur occupation. Teagan croisa le regard totalement affolé de Maelrhys qui restait figée un peu à l'écart une main plaquée sur sa bouche

- Venez suivez moi, dit-elle à Maeron sans se retourner.

Elle espérait en le vouvoyant sauvez un minimum les apparences.

- Non

Bien que la voix du chasseur ne soit qu'un murmure la réponse sembla claquer à ses oreilles. Elle se tourna vers Maeron et comprit avec peine que ce ne serait pas si facile. Son visage était fermé. Il la regardait avec colère et incompréhension.

- Maeron s'il te plaît, le supplia-t-elle a voix basse en faisant un pas vers lui.

Mais le jeune homme recula pour l’empêcher de le toucher et elle sentit son cœur se serrer face à ce rejet. Elle releva les yeux vers lui le suppliant du regard de l’écouter mais il hocha la tête lentement. Comme pour se réveiller d'un cauchemar. En plus de sa colère elle pouvait lire une sorte de peur dans son regard

- Non, répéta-t-il d'une voix morte
- Je..., commença Teagan, incertaine d'arriver à finir sa phrase

Mais Maeron ne lui en laissa pas le temps. Il empoigna Rashkánn par la peau du cou et partit en courant en direction de la sortie du château.

Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: December 15th, 2016 12:37 pm (UTC)

Et voila...
Rude...

LA SUITEUH !

1 Read Comments