?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Affronter ses démons

October 6th, 2016 (11:21 pm)
current song: harry potter et la coupe de feu

Titre: Affronter ses démons
Fandom : Harry Potter
Personnage : Ginny - Albus
Rating : PG-13
Disclaimer : les personnages de HP appartiennent a JK Rowling
Nombre de mots : 2023 mots

Tu es sure que c'est ici ? demanda Albus alors que Ginny poussait la lourde porte en bois à la poignée en argent formant un serpent ouvragé.
Oh oui ! souffla-t-elle en entrant.

Une épaisse odeur de poussière la prit à la gorge alors qu'elle pénétrait dans le hall d'entrée sombre. Elle s'empressa de jeter un sort pour éclairer l'immense lustre orné de serpent en fer forgé qui pendait au plafond et qui illumina soudain le papier peint défraîchit et sombre, l’escalier en bois grinçant et le porte parapluie en forme de jambe de troll.

Et on ne pouvait pas envoyer quelqu'un faire le ménage ? toussota Albus en entrant à sa suite.

Elle le vit passer son doigts sur le meuble d'entrée ou était posé un candélabre formé de différents serpents. Son doigts laissa une trace fraîche dans la poussière qui le recouvrait.


Non la maison combat …, commença Ginny avant de s'interrompre. Enfin cette maison est spéciale.

Elle n'avait pas vraiment voulu que son fils l'accompagne mais il était passé chercher son linge à la maison et avait insisté pour venir avec elle. Ginny observa son Albus qui contemplait la décoration de la maison. Elle vit son regard se poser sur les nombreuses têtes d'elfe empaillées qui remontaient dans la cage d'escalier

Papa aurait du la vendre ! s’exclama Albus.

Ginny n’eut pas le temps de le prévenir de ne pas élever la voix que déjà le portrait immonde qui se situait au fond du hall ce réveilla.

Elle vit clairement son fils sursauter alors que le visage d'une horrible femme apparaissait derrière les tentures rongées par les mites et se mettait à hurler des insanités. Ginny n'avais pas vraiment besoin d’écouter ce qu’elle disait. Elle avait assez entendu ces insultes quand elle était jeunes. Elle fut cependant étonnée par la réaction de son fils qui loin de semble effrayé regardait le tableau avec colère.

ENFANTS DE BATARD !  s'époumona le portrait, un filet de bave s’échappant de sa bouche tordue

Ginny allait se précipiter vers le portrait pour en fermer les rideaux, mais Albus régit plus vite.

TAIS Toi !  Gronda-t-il en pointant sa baguette sur le portrait qui se referma aussitôt.

Ginny jeta un regard surpris à son fils. Elle n'avait vu qu'une seule personne réussir à faire taire Mrs Black ainsi. C’était Albus Dumbledore.

Elle n'est pas vendable, reprit-elle pour cacher son trouble et répondre enfin à la question de son fils. Vous en hériterez un jour.
Et tu as vraiment vécu ici ? lui demanda son fils en retrouvant un regard plus joyeux

Il semblait vouloir agir comme s'il ne s'était rien passé.

Oui à deux reprises.  Une première fois quand j'avais quatorze ans et puis quelques mois avant que ton père n’achète son premier appartement.

Elle se souvenait de ses premiers moment passé en couple avec Harry, de la difficulté qu’elle avait eu à réussir à le faire sourire. Ils y avaient vécu des moments difficiles mais aussi leurs premiers moments de joies.

Un peu glauque comme première maison, commenta simplement Albus en remettant sa baguette magique dans sa poche.
Ne m'en parle pas !
Cet escalier est.... 

Ginny comprenait ce qu'il voulait dire. Mais les têtes d'elfes décapitée étaient ce qu'il y avait de moins dangereux dans cette maison. Cependant elles donnaient au hall d'entrée défraîchit un coté macabre particulièrement déplaisant.

Je l'ai dévalé tête la première quand j’étais ados, se rappela-t-elle.

Elle se souvenait de sa mère hurlant contre Fred et Georges après qu'ils l'aient percuté avec des valises. Elle avait alors chuter la tête en avant et avait rebondi sur de nombreuses marches avant que sa course ne soie stoppée par le mur du hall.

Ce qui explique bien des choses, s'amusa Albus en lui adressant un clin d’œil.
Un peu de respect envers ta mère veux-tu !  répondit elle en ébouriffant les cheveux de son fils.
Je peux jeter un œil ? demanda Albus en posant un pied sur la première marche de l'escalier.

Ginny n’avais pas vraiment envie de le voir s’éloigner mais elle n’avait pas de véritable raison pour refuser.

Si tu veux. Moi je vais chercher le courrier, dit elle car après tout c’était pour ça qu'elle était venue à la base. Soit prudent

Son fils hocha la tête avant de continuer son ascension dans l'escalier. Ginny le suivit des yeux jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus le voir et descendit dans la cuisine. La pièce n'avait pas changée depuis qu'elle l'avait quitté. Elle y repassait de temps en temps pour récupérer un courrier qui risquait d'exploser s'il n’était pas ouvert. Et puis même si la maison était équipée des meilleurs système de sécurité il fallait s'assurer qu'elle n’était pas squattée. Ce qui n'avait jamais été le cas jusqu'à présent.

Elle trouva une pile de lettre sur la table de la cuisine. Elle n'avait jamais vraiment su pourquoi, mais dès qu'une lettre était déposée sur le perron elle atterrissait sur la table de la cuisine. Encore un mécanisme mis en place par le père de Sirius, bien que celui la soit moindre par rapport aux autres système de sécurité.

Ginny récupéra le courrier et le serra contre sa poitrine. Cette maison l'angoissait un peu depuis qu’elle restait vide et elle voulait en sortir le plus vite possible. Mais pour ça elle devait retrouver son fils. Elle remonta dans le hall principal avant de s'engager sur les marches grinçantes du grand escaliers en bois. Elle tourna instinctivement à gauche au premier étage et poussa la porte d'une petite chambre qu'elle connaissait bien. Elle l'avait partagé tout un été avec Hermione.

La pièce était sombre et le papier peint violet était déchiré comme dans le reste de la maison. Elle se souvenait du grand placard qui était inoffensif mais qui lâchait de temps à autre un immense rot. Comparé aux autres objets maléfiques de la maison, ce placard les avait beaucoup amusé. Elle se souvenait des discussion qu'elle avait eu avec sa meilleur amie dans cette pièce. Beaucoup concernait Harry et son comportement ombrageux de l'époque mais aussi Ron et son incapacité à voir ce qu'Hermione ressentait et puis bien sur leur discussion sur l'ordre du phénix.

Ginny secoua la tête pour quitter ses souvenirs mitigés qui la submergeaient et monta au second étage en passant sous le regard acéré des têtes d'elfe empaillé. Elle entra dans une deuxième pièce qui lui était familière. Encore une chambre. Mais celle la elle l'avait partage avec Harry. Lorsque la guerre avait été finie elle était restée auprès de lui dans cette maison. La banque des sorciers avait été envahie les jours suivant la chute de Voldemort et il avait fallut des semaines pour qu'Harry puisse récupérer son argent. Il lui avait également fallut plusieurs mois pour acheter un appartement neutre qui ne lui rappelait aucun souvenirs douloureux. Elle avait vécu des moments heureux dans cette pièce. Et particulièrement une nuit qu'elle n'oublierais jamais. Sa première nuit avec Harry, sa première fois.

C’était comme ci cette nuit avait pu apporté un peu de joie et de bonheur à cette maison maléfique. Ginny, perdue dans ses souvenirs, sursauta soudain en étendant un bruit dans une malle qui se trouvait au fond de la pièce. Elle se tourna vers la malle et s'en approcha doucement. Elle sortit sa baguette en sentant les battements de son cœur s’accélérer. Quelques chose dans son esprit lui disait de ne pas ouvrir cette malle et pourtant Ginny décida de ne pas l’écouter et jeta un sort pour l'ouvrir.

Elle recula d'un pas en voyant une haute silhouette en sortir. Elle se retrouva prisonnière de son propre corps en reconnaissant l'individu qui sortait doucement de la malle. La tête haute, une peau pale, un crane luisant, un visage dépourvu de nez aux yeux rouge.

Ginny fit encore un pas en arrière heurtant le mur.

Tu croyais que j'étais vaincu ? laissa échapper le puissant mage noir en faisant un pas vers elle
Non..., souffla-t-elle. C'est impossible !

Il ne pouvait pas être la. Il avait été vaincu. Il … Harry

Ton mari est mort ! gronda Lord Voldemort en avançant encore d'un pas vers elle. Il n'a jamais été assez puissant.
Nooon... !

Un mouvement attira son attention et elle détourna la tête. Elle tomba aussitôt à genoux sous le choc de ce qu’elle voyait, laissant tomber le courrier qu'elle serrait contre sa poitrine et qui s'étala sur la moquette rongée par les mites. Sur le sol à quelques mètre du mage noir se trouvait Harry. Ses lunettes étaient de travers et un filet de sang s'échappait de sa bouche.

C'est impossible, souffla Ginny en croisant les bras sur sa poitrine.

Elle se sentait transpercée par une horrible douleur sans pouvoir rien faire pour la soulager.

Tu pensais que ta famille était plus puissante que moi ? reprit la voix traînante du seigneur des ténèbres.

Ginny releva un instant les yeux vers lui et fut poignardée par ses prunelles rouge et intense qui semblait la brûler de l’intérieur. Mais elle ne pouvait pas.... il fallait qu'elle vérifie pour Harry. C’était impossible qu'il soit.....

Elle baissa une nouvelle fois les yeux et poussa un long hurlement en découvrant les corps de James et de Lily à coté de celui de leur père. Leurs yeux grands ouverts au regard mort, leur peaux pale, et le même filet de sang s'échappant de leurs bouches.

Ginny s'écroula au sol. Les larmes roulait sur ses joues. Alors qu'elle détaillaient les horribles hématomes couvrant le visage sans vie de sa fille.

Ils n'étaient rien ! gronda la voix.
Maman ?

Ginny tourna la tête violemment pour voir Harry entrer dans la pièce.

C’était impossible. Il ne pouvait pas être là. Il était mort devant ses yeux. Ginny observa un peu mieux le jeune homme qui se tenait devant elle. Des cheveux noirs en bataille, des yeux verts et pénétrant, de fines lunettes posées sur son nez. Mais pas de cicatrice sur le front.

Albus. Gémit-elle en tendant une main vers lui.

Son fils se tenait droit face à son ennemi. Sa baguette pointée sur le plus puissant mage noire de tout les temps. Ce qui surprit Ginny ce fut l'aura de puissance qui n’émanait de son fils. Elle était presque visible, presque palpable.

Ridikulus.

La voix d'Albus claqua dans le silence régnant dans la pièce seulement rompu par les sanglots de Ginny. Elle releva les yeux au moment ou Lord voldemort se volatilisait pour être remplacé par son mari. Harry fixait son fils le visage fermé et les lèvres serrée. Ginny ferma un instant les yeux, complètement dépassée par la situation, alors que son fils répétait sa formule et l'épouvantard disparut dans un grand «  pop »

  Maman ! 

Ginny sentit les bras d'Albus l’entouré et elle nicha son visage dans l’épaule de son fils. Elle serrait les paupières a s'en donner mal au cranes alors que d'horrible images étaient imprimées derrière ses paupières. Elle ne voulait pas ouvrir les yeux et revoir les corps de ses enfants devant elle.

Maman je suis la ! C’était juste un epouvantard, souffla Albus en caressant ses longs cheveux. Tu es en sécurité.

C'est seulement quand Albus caressa son dos qu'elle se rendit compte qu’elle tremblait. Elle le laissa passer un bras sous le sien pour l’aider à se relever et se laissa conduire hors de la pièce.

Elle voulut tourner la tête une dernière fois vers cette chambre pour vérifier qu'il n'y avait pas un corps dedans mais Albus l'en empêcha doucement.

Il n'y a personne, lui assura-t-il à l'oreille. Viens on va voir Teddy.

Ginny comprit alors qu'elle c'était faite avoir. Que rien de tout ça n'avait été réel et qu'elle avait juste laissé la panique la gagner. Elle s'accrocha encore un peu plus à son fils alors qu'il l'aidait à descendre les marches grinçantes de cet escalier infernal.

Ne dis rien à ton père, le supplia t'elle en s’accrochant à lui un peu plus fort.




Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: October 11th, 2016 09:22 pm (UTC)

Une mise en page qui a sauté... dommage ^^"

Ca fait le parallèle avec ce qu'à vécut sa propre mère dans cette maison, c'est bien amené et le texte est plaisant. Ca fait un rappel tout en restant différent et ça c'est pas mal.

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: October 13th, 2016 05:18 pm (UTC)

contente que ca t'aie plu . J'ai aimé le fait que durant quelques seconde Ginny confond son fils avec son mari. Je me suis vraiment penchée sur ce texte et je suis contente que ça ne soit pas redondant avec ce qu'a vécu Molly.

2 Read Comments