?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Besoin d'aide

January 21st, 2018 (08:03 pm)
current song: friends

Titre: Besoin d'aide
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maelrhys et Maeron
Rating : PG-13
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 2974 mots


Maelrhys resserra l'étole qu'elle portait autour du cou, enfouissant son nez dans l'ample tissu comme pour se rassurer. La lampe qu'elle tenait vacillait devant elle n'éclairant que très faiblement le passage glauque sortant du château. Maelrhys n'était pas sure que se qu'elle s’apprêtait à faire soit une bonne idée mais c'était la seule qui lui était venue à l'esprit. Dès qu'elle fermait les yeux les cris insoutenables lui revenaient aux oreilles. D'abord des hurlements de rage, ensuite les supplications étouffées et les gémissements puis plus rien. Seulement cet interminable silence qu'elle n'arrivait pas à briser. Maelrhys secoua la tête pour tenter de chasser les images insupportables qui lui revenaient en mémoire. Il était sa seule chance de l'apaiser un peu, de réussir à la sortir d'elle même, de la faire revenir à la vie. Elle faisait cela pour Teagan, parce que cette fois ils avaient franchis toutes les limites.

La suivante se rendit compte qu'elle tremblait aux vacillements de plus en plus intenses de la lampe à huile qu'elle tenait devant elle. Elle expira lentement. Sa décision était prise, ce n'était plus le moment d'angoisser seulement le moment d'agir et d'assumer. Maelrhys se concentra sur son but pour tenter d'occulter le résonnement inquiétant de ses pas dans cet étroit boyau et d'oublier les choses rampantes qu'elle voyait parfois disparaître dans un recoin non éclairé. Elle essayait aussi de ne pas penser au fait que dans quelques instants elle déboulerait en pleine nuit dans la foret de Dunvel

Quand elle arriva sous la trappe elle mit quelques minutes pour réussir à l'ouvrir. Le bois semblait avoir gelé sur le pourtour du métal et c'est lorsque la brise glaciale de l'extérieur lui mordit le visage que Maelrhys prit conscience qu'elle était trempée de sueur. La marche dans le boyau infernal l'avait déjà épuisée et pourtant ce n’était plus le moment de renoncer. Le problème majeur était qu'elle ne savait absolument pas ou elle se trouvait dans la foret. Elle se souvenait que Teagan lui avait dit que le chasseur habitait non loin de la sortie du souterrain mais elle n'avait aucune idée de la direction à prendre. Elle aurait pu interroger Teagan mais elle ne l'avait pas prévenu de son escapade et de toute manière la Princesse n'était pas en état de communiquer.

Maelrhys resserra une fois de plus son étole autour d'elle et la fit même passer sur le sommet de sa tête dans le but de former un capuchon et de protéger ses oreilles du froid mordant. Elle se maudit de ne pas avoir emporter l'une des fourrure de la Princesse qui lui aurait été précieuse pour se protéger du vent. Elle n'avait pas d'autres choix que de tenter d'appeler le chasseur en espérant qu'ils soit assez prêt pour l'entendre et surtout que personne d'autres, créatures bestiales ou humaines, ne soient la pour l'entendre.

- MAERON ! cria-t-elle, son prénom sonnant comme faux dans sa bouche.

Il n'aurait pas été raisonnable de crier «  le chasseur », elle ne voulait pas prendre le risque de le vexer vu qu'elle s’apprêtait à le supplier de lui rendre un service. Elle réitéra ses appels à plusieurs reprises. Sa voix se perdait dans les tréfonds de la foret mais personne ne répondit. Elle prit finalement la décision d'avancer droit devant elle sur quelques mètres en espérant ne pas s'égarer. De ce cotés les arbres semblaient plus sombres et plus menaçants. Elle poussa un cri strident lorsque une masse claire bougea près d'elle avant de se rendre compte que ce n'était qu'une chouette qui venait de prendre son envol. Tenaillée par la peur elle se mit à maudire le Roi, la Reine, les défunts de Teagan et le Royaume tout entier. Elle n’avait rien à faire dans cette foret et pourtant à cause d'eux elle s'y trouvait.

Elle allait faire demi tour dans l'espoir de retrouver la trappe pour être certaine qu'elle n'était pas égarée lorsque la lumière de sa lampe refléta quelque chose. Elle sentit ses cheveux se hérisser sur sa nuque en réalisant que c'étaient deux yeux pointés sur elle qui brillaient dans le noir. Elle recula d'un pas alors que l'air se bloquait dans ses poumons. Elle laissa échapper un gémissement alors que la lampe éclairait désormais deux babines retroussées sur des crocs acérés et accéléra sa marche arrière. Elle posa le pied sur un morceau d'étole et trébucha avant de tomber violemment sur les fesses. La bête sortit d'un bond du buisson dans lequel elle s'était dissimulé et cette fois Maelrhys laissa échapper un hurlement de terreur. L'immense loup qui se tenait devant elle se mit à gronder sourdement. A court d'idées et totalement paniquée la suivante lui lança la lampe à huile à la tête. L'objet ne frôla même pas la bête qui continuait à gronder, sa salive dégoulinant de ses crocs immaculés.

- Maelrhys ?

La jeune femme releva les yeux alors qu'un mouvement juste au coté du loup attirait son attention. C'est seulement lorsqu'elle le vit poser une main sur la nuque de sa bête qu'elle fit le rapprochement. Elle sentait son cœur cogner à un rythme infernal dans sa poitrine et le regarda avec stupeur ramasser la lampe à huile qui fort heureusement ne n'était pas éteinte. Elle vit briller la lame d'un poignard dans son autre main et le vit le ranger d'un geste sec dans un fourreau attaché à sa cuisse. Elle reporta son regard sur le loup qui était maintenant sagement assis à quelques mètres d'elle, les crocs bien dissimulés sous ses épaisses babines. Elle sursauta quand une main tendue entra dans son champs de vision. Maeron lui offrait de l'aide pour se relever. Elle fut étonnée de sentir sa main chaude et calleuse sous sa paume alors qu'il ne semblait pas porter de gants. Une fois debout elle s'empressa de desserrer l'étole qui l'étranglait presque après qu'elle aie trébuché dessus.

- Maelrhys...., répéta le chasseur en brisant le silence inconfortable qui avait suivi cette attaque. Que fais tu ici ?

La suivante ne répondit pas tout de suite ne sachant comment présenter sa requête. Elle avait agit sur un coup de tête n'ayant pas un instant réfléchit à ce qui suivrait sa sortie du souterrain. De plus elle était particulièrement secouée par sa rencontre avec le loup du chasseur.

- J'ai... j'ai besoin de ton aide, bredouilla-t-elle incertaine.

Il se contenta de la fixer dans la pénombre, son regard émeraude ressortant étrangement dans le noir. De toute évidence il n'était pas loquace et ne lui faciliterait pas la tache.

- C'est Teagan..., finit-elle par dire. Je ne sais plus quoi faire. Elle est... catatonique.

A peine eut elle le temps de finir sa phrase que Maeron faisait volte face et disparaissait dans les buissons. Vu qu'il tenait toujours la lanterne Maelrhys n'eut pas d'autre choix que de le suivre. Elle faillit crier à nouveau quand le loup lui emboîta le pas mais il se contenta de la dépasser pour suivre tranquillement son maître. Ils n'étaient qu'à une vingtaines de mètres de la clairière ou vivait le chasseur et se dernier déposa la lampe sur une souche d'arbre. Elle le vit disparaître un instant dans l'habitat en bois avant de sortir en enfilant une étrange broigne de cuir à capuche par dessus sa chemise de lin noire

- Que c'est il passé ? demanda-t-il soudain devant elle. Elle était bien cet après midi.

Maelrhys se demanda comment il faisait pour se déplacer si silencieusement car même si elle surveillait du coin de l’œil sa bête féroce elle ne l'avait pas entendu approcher. Elle savait qu'elle devait lui dire la vérité si elle voulait qu'il la suive mais livrer ainsi les secrets du château à un exilé vivant dans les bois lui était physiquement douloureux.

- Son père lui à annoncé son mariage imminent, finit elle par avouer d'une traite.

Le chasseur qui s’apprêtait à glisser un autre poignard dans le fourreau pendant à son ceinturon suspendit son geste.

- Alors je n'ai plus rien à faire la bas, dit-il d'une voix étrangement glaciale.

Maelrhys sentit la panique la gagner. Même si elle détestait être dans cette foret en plein nuit, même si elle n'appréciait pas forcement le chasseur, il était son unique espoir de sortir Teagan de son état catatonique.

- Mais .. je .. j'ai besoin de toi ! protesta-t-elle en avançant de quelques pas tout en cherchant le loup des yeux.
- Je n'ai plus rien à faire au château, gronda-t-il en se tournant vers elle, furieux.

Maelrhys remarqua que sa mâchoire était serrée et son regard vert quelques peut éteint. Elle sut alors que ce que lui avait confiée Teagan était vrai.

- Tu sais aussi bien que moi que si elle est promise à un autre je dois m'en éloigner, continua-t-il

Sa voix était tellement teintée de fureur et de résignation que Maelrhys se demanda comment il était encore capable de parler. Ses paroles étaient pleines de bon sens mais c'était un peu tard pour y penser et ça la mit hors d'elle.

- Alors il ne fallait pas lui avouer tes sentiments ! l'accusa-t-elle en pointant son doigt vers sa poitrine. Il fallait arrêter toute cette histoire bien avant.

Sa colère du le surprendre car il se redressa en affichant une mine contrariée.

- Elle-t-à... commença-t-il penaud,
- Oui elle m'a dit que tu avais soutenu éprouver de l'amour à son égard, continua Maelrhys toujours furieuse. Je l'ai également trouvée en larme sur la tombe de sa mère parce qu'elle avait peur des sentiments qu'elle éprouve pour toi. C'est moi qui l'ai poussée à tout t'avouer parce qu'elle était effrayée d'avance de ta réaction. Alors il est un peu tard pour se soucier des limites et d'un protocole que vous avez briser depuis bien trop longtemps.

Elle se fichait soudain éperdument du loup qui s'était brusquement redressé, elle était en colère et elle lâchait enfin ce qu'elle avait sur le cœur. Il n'avait plus le droit de la laisser tomber maintenant. C'était trop tard, le mal était fait et il allait falloir assumer. Et si un jour en effet il allait devoir faire profil bas et céder sa place ce n'était pas se soir alors qu'elle avait à tout prix besoin de lui qu'il fallait le faire.

Maeron la fusilla du regard et si d'ordinaire il l'aurait effrayé ce soir elle décida de ne pas baisser les yeux. Le vacillement de la lampe lui donnait un air encore plus menaçant mais elle avait besoin de lui ou plus précisément Teagan avait besoin de lui.

- Je ne veux pas la faire souffrir d'avantages, souffla-t-il

A cet instant Maelrhys comprit que la seule faiblesse de se garçon qui avait survécu à une enfance difficile, qui vivait seul dans une sombre foret et qui avait développé une expertise dans le maniement des armes, était Teagan.

- Si tu dis l'aimer il faut que tu viennes avec moi, insista Maelrhys. Son père à fait preuve d'une... violence....

Elle fut incapable de finir sa phrase mais elle su que Maeron acceptait au moment ou il lança son couteau qui s'enfonça avec force dans le tronc d'arbre le plus proche en poussant un grognement de rage. Il enfila sa capuche sur son visage et lui adressa un regard déterminé. Maelrhys ne lui laissa pas le temps de réfléchir plus longtemps elle récupéra la lampe avec autorité avant de s'enfoncer dans les bois.

Elle fut assez fière de réussir à retrouver la bonne direction. Elle savait même si elle n'entendait pas ses pas que Maeron la suivait. Elle profita des quelques minutes de trajets pour réfléchir à ce qui avait finalement décidé Maeron et comprit qu'il était tout simplement incapable de supporter la souffrance de Teagan ce qui dans un sens prouvait la véracité de ses sentiments.

- Rashkánn tu restes là ! ordonna-t-il à son loup lorsqu'ils atteignirent la trappe.

Maelrhys fut assez étonnée de voir l'animal se coucher avec un grognement sourd. Elle se demanda un instant comment un homme pouvait se faire obéir d'une telle bête sauvage avant de finalement se souvenir que laPrincesse maîtrisait quant-à-elle un redoutable Eiwoarn.

- Après toi, dit-il de sa voix rauque en soulevant la lourde trappe en bois.

Maelrhys hocha la tête et passa devant lui en songeant que même s'il vivait dans les bois il avait quelques notions de la galanterie. Il la rejoignit rapidement et ôta son capuchon. Maelrhys tendit la lampe devant elle et ils firent chemin cote à cote. Le silence était pesant et la suivante ne pouvait s’empêcher de jeter de discrets coups d’œil au jeune homme. Ses traits seulement éclairés par les flammes vacillantes étaient encore plus accentués. Elle le dévisagea en comprenant tout de suite pourquoi Teagan avait craqué. Les ombres du souterrain accentuaient la ligne carrée de sa mâchoire, la hauteur de ses pommettes et l'arrête bien droite de son nez. Elle pouvait aussi distinguer la cicatrice fine mais bien définie qui barrait son œil gauche. Son regard émeraude flamboyait sans toutefois se poser sur elle. Tout son être transpirait la virilité et la sauvagerie pourtant Teagan affirmait qu'il pouvait se montrer gentil et même doux. Maelrhys n'avait aucune difficulté à comprendre ce qui attirait la Princesse chez Maeron. Son physique transpirait la force et la liberté.

Elle avait eut le souffle coupé lorsque Teagan lui avait révélé l'identité de son père. Encore maintenant alors qu'elle le dévisageait toujours elle ne trouvait aucune ressemblance physique entre le chasseur et Ser Ulwart. Le chevalier était immense et fort bien battit alors que Maeron bien que certainement très musclé, au vu du couteau qui s'était enfoncé dans ce tronc d'arbre comme dans du beurre, était plutôt grand et élancé. Le regard glacial et gris du chevalier contrastait avec les iris d'un vert particulier de son fils. Pourtant elle n'avait pas douté un instant des paroles de Teagan.

- Elle te l'a dit ! grogna-t-il en brisant le silence du souterrain.

Maelrhys sursauta et reporta son regard sur le boyau sombre.

- Je te vois me dévisager depuis tout à l'heure, continua-t-il en esquissant l'ombre d'une sourire. Tea t'a dit qui était mon père.
- Oui, répondit Maelrhys d'une petite voix, honteuse de s'être fait prendre en flagrant délit. Elle me dit tout.

Elle l'entendit grogner comme un animal et se recroquevilla.

- Tu n'as pas à avoir peur de moi, la rassura-t-il pourtant sans toutefois se tourner vers elle. Je ne suis pas un monstre.

Maelrhys se sentit encore plus honteuse, elle avait agit instinctivement même si elle savait qu'il ne lui ferait pas de mal. Elle avait finit par le comprendre.

- Dis moi ce qu'il s'est passé, demanda-t-il brusquement.

Maelrhys se tendit à nouveau alors que les images terribles lui revenaient. Elle avait espéré qu'il ne demande pas de détails, que ce soit Teagan qui les lui livres, pourtant elle ne pouvait pas lui mentir.

- Son père lui à annoncer son proche mariage avec le Seigneur Bearach Peràn, dit-elle d'une petite voix.

Malgré l'obscurité relative elle vit un éclair de fureur briller dans le regard vert de Maeron et les muscles de sa mâchoire se contractèrent.

- Teagan à... elle à refusé ce mariage, continua-t-elle en sentant sa voix trembler. Elle s'est emportée et … elle à avoué à son père qu'elle... n'était plus...qu'elle avait perdu sa virginité.

Elle entendit le chasseur s'étouffer alors qu'il se tournait vivement vers elle.

- QUOI !? s'exclama-t-il en sondant son regard. C'est impossible... je .. nous... je n'ai....

Maelrhys fut soulagée de le voir réagir ainsi. Elle avait brièvement cru qu'il avait forcé Teagan ou qu'elle avait cédé à la tentation qu'il représentait avant d'avoir la confirmation comme tout le monde qu'il n'en était rien.

- Je le sais ? se permit-elle de le rassurer. Elle à mentit en croyant que cela changerait les choses mais son père l'à prise au mot. Il est entré dans une colère noire et la fait escorter jusqu’à sa chambre.

Elle n'avait jamais vu le Roi perdre autant le contrôle. Elle s'était toujours demandé de qui Teagan tenait son coté emporté et l'avait découvert ce soir.

- J'étais avec la Princesse quand la Reine est arrivée, expliqua-t-elle en se remémorant malgré elle la scène. Elle était furieuse et accompagnée.

Le chasseur lui jeta un regard d'incompréhension et Maelrhys su qu'elle allait devoir lui dire... tout lui dire.

- Il y avait deux soldats du Cyriatàn et le Laärki. Ils... ils l'ont attrapée et l'ont allongée de force sur son lit...., bredouilla-t-elle alors que les cris déchirants de Teagan lui revenaient aux oreilles. Ils l'ont déshabillée et le Laärki … à vérifié les dires de la Princesse. Il l'a.....

Elle fut incapable d'aller plus loin. Elle revoyait son amie nue et en larmes sur son lit tandis que le Laärki procédait aux vérification médicale. Il avait semblé aussi mal à l'aise qu'elle mais les ordres du Roi et de la Reine faisaient loi. Maelrhys, elle, s'était contentée de vivre la scène repliée sur elle même dans un coin de la chambre.

Elle fut sortie de ses pensées par le grondement de rage de Maeron qui se tourna violemment avant de frapper le mur de pierre de toute ses forces. Maelrhys se mit à trembler. Voila ce qu'elle craignait chez le jeune homme, ses coups de colère. Quand il se tourna vers elle, la main ensanglantée, elle ne lut pourtant que tristesse dans son regard. Elle comprit qu'il se sentait coupable alors que finalement il n'y était pour rien. Il pressa soudain le pas et Maelrhys du se mettre à trottiner pour rester à sa hauteur.

- Comment as tu prévu de me faire entrer ? demanda-t-il d'une voix rendue encore plus raque par la rage.
- En espérant qu'on ne croise personne, répondit elle mal à l'aise. Et en priant pour que la porte ne soit pas gardée.




Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: January 21st, 2018 07:55 pm (UTC)

Tiens, ça me rappelle une scène du même genre que j'avais du écrire...
Teagan doit être totalement effondrée... Je doute qu'elle soit capable de pardonner à son père ce qu'il s'est passé...

Ultime humiliation en plus que ça se soit passé devant deux soldats... Je me demande qu'elles seront les réactions des uns et des autres quand ça se saura... Je doute que son parain soit capable de digérer ça... Je me demande aussi comment réagiront le chvalier qu'elle a adoubé elle-même et Bearach, puisque ce dernier ne semblait pas forcément du même avis que sa mère sur certains points même s'il faisait mine d'obeir sagement.

1 Read Comments