?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Mensonges

November 13th, 2017 (06:43 pm)
current song: friends

Titre: Mensonges
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maeron - Teagan
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 1392 mots


- Ça sent la pluie, grogna Maeron avant de refermer la porte de sa cabane.

Rashkánn laissa échapper un long soupir avant de poser sa tête sur ses pattes avant. Maeron détestait la pluie, il préférait de loin la neige. La neige rendait la nature somptueuse et silencieuse alors que la pluie transformait la terre en bouillasse collante et inutile. Maeron savait que la pluie ne tarderait pas à tomber, il le voyait certes aux nuages qui cachaient les étoiles et la lune rendant la nuit encore plus noire mais il le sentait aussi. La végétation avait une odeur particulière à l'approche des intempéries et la foret se faisait également plus silencieuse comme si elle se préparait à encaisser l'eau tombant du ciel durant des heures.

Maeron ôta avec réticence sa broigne de cuir et délia le col de sa chemise en lin. Il retira ses bracelets d'archer et posa le tout sur sa couche. Il se sentit frissonner et se rapprocha un peu plus du feu qui brûlait au centre de la pièce. L'hiver était à leur portes et les températures nocturnes chutaient considérablement. Maeron aurait préféré s'enfuir dans les couvertures ornant sa couche mais il détestait rester sale. Il savait que certaines personnes à Riwälon n'étaient pas adepte des bains mais lui détestait sentir la crasse sur son corps. Il récupéra un linge, le plongea dans l'eau qui n'avait pas encore eut le temps de chauffer et défit ses chausses pour entreprendre sa toilette. Il sursauta lorsque Rashkánn se mit d'un bond sur ses pattes et tendit l'oreille. Le loup s'assit soudain et renversant sa tête en arrière se mit à hurler.

- Rashkánn ! gronda-t-il en jetant son linge dans sa bassine et en sautant dans ses chausses montantes qu'il venait d'enlever. Qu'est ce qu'il te prend ?


Il avait déjà entendu des loups hurler dans la foret de Dunvel mais jamais Rashkánn n'avait réagit ainsi. Ses oreilles étaient plaquées en arrière et le son qui sortait de sa gueule avait quelque chose de terrifiant et de terriblement mélancolique. Maeron se précipita pour poser ses mains et la nuque de sa bête qui cessa son cri. C'est alors qu'il l'entendit. Comme un roulement de tambour dans le lointain. Le son se rapprochait et se battement régulier il le connaissait. Un cheval au galop à grande vitesse se dirigeait vers eux. Aussitôt il sentit son cœur se serrer à l'idée qu'il soit arrivé quelque chose à Teagan. La dernière fois qu'elle avait déboulée à une heure tardive chez lui c'était lorsqu'elle s'était révélée a l'Eiréhaàn et cette fois la la nuit n'était pas encore tombée. Les idées noires se bousculaient dans la tête du jeune homme alors qu'il passait rapidement sa chemise sur son torse encore humide et sautait dans ses bottes. Était-ce le Roi ? Était-ce les Estiens ? Ou était-ce autre chose qui avait poussé Teagan à venir se réfugier chez lui.

Le froid mordit Maeron lorsqu'il se précipita hors de sa cabane mais il ne s'en préoccupa pas car à cet instant une immense masse noire passa par dessus les buissons et atterri dans un bruit sourd a quelques mètres de lui.Un éclair aveuglant traversa le ciel et Maeron aperçut les antérieurs de l’étalon fendre l'air alors que se dernier se dressait sur ses postérieurs.

- Tea ? s'enquit Maeron bien qu'il soit sur de l'identité de la cavalière.

Lorsque l’étalon se remit sur ses quatre jambes Maeron aperçut le visage de son amie et l'angoisse lui serra le ventre. Teagan ne souriait ni ne pleurait. Elle le fixait l'air stoïque et pourtant une rage sourde semblait briller dans son regard.

- Tea que ce passe-t-il? demanda Maeron alors qu'une première goutte de pluie s’écrasait sur sa joue.

Mais elle ne lui répondit pas et Rashkánn fut bientôt à ses coté, son flanc contre sa jambe droite et Maeron le sentit trembler sans en comprendre la raison.

- Par tout les dieux Tea que fais tu ici ?! gronda Maeron en perdant patience.

Elle ne lui parlait pas, elle se contentait de le fixer du haut de sa monture qui piaffait d'impatience. L'encolure d'Adrahil était tendue, ses oreilles plaquées sur sa nuque et ses naseaux retroussés d'une manière peu naturelle.

- Je te faisait confiance...

Malgré le vent qui secouait les rares feuilles persistant sur les arbres et qui faisait s’entrechoquer les branches et malgré le bruit des gouttes de pluie s'écrasant lentement autour d'eux il perçut ses quelques mots.

- Qu'est ce que tu racontes ?

Il ne comprenait pas pourquoi la jeune femme qui se tenait devant lui ressemblait soudainement si peu à son amie. Elle se tenait droite sur sa monture, le menton relevé et l'air hautain. Elle le dévisageait comme si il n’était qu'un sous fifre, comme une Princesse regarderait son serviteur et cette pensée lui donna la nausée.

- Je te faisais confiance ! Cria-t-elle cette fois alors que son masque orgueilleux se fissurait, et que durant un instant il put lire une immense détresse dans son regard bleu.

Un nouvel éclair déchira le ciel et Adrahil lança une ruade qui ne déstabilisa nullement sa cavalière. Elle fit volter son cheval autour de Maeron et se dernier pivota pour suivre son regard

- Je ne comprend pas ce que tu racontes Tea, reprit Maeron à qui cette espèce de danse ainsi que la situation donnait le tournis.
- Tu m'as menti ! gronda la jeune femme alors que sa bête lançait un coup d’antérieur.

Maeron déglutit lentement en faisant bien attention de ne rien laisser paraître. Il n'était pas un menteur et ne l'avait jamais été mais il y avait bien une chose qu'il avait caché à Tea et son cœur cessa de battre à un rythme effréné lorsqu'il comprit.

- Maeron Ulwart, lâcha Teagan avec colère.

Le chasseur eut l'impression que le ciel s’effondrait sur sa tête alors qu'un nouvel éclair chassait l'obscurité. Le coup qu'il eut l'impression de recevoir à l'estomac était si violent qu'il crut un instant qu'il allait vomir. Mais il se contenta de relâcher les bras le long de son corps et de relever les yeux vers ceux de Tea qui avait enfin arrêtée sa monture. Elle le fixait avec une telle colère dans le regard que Maeron sut que les choses ne seraient plus jamais les mêmes.

- Au moins tu ne cherche pas à nier ! cracha la princesse d'un ton amer.
- Tea écoute, commença-t-il en avançant d'un pas.
- Non c'est toi qui va m'écouter ! vociféra-t-elle en ordonnant en tirant sur les rennes de sa monture pour la faire reculer d'un pas. Je t'avais donner toute ma confiance, je t'ai avoué mes secrets les plus intimes et toi tu n'as même pas daigner me dire que ton père, ce bâtard qui t'a torturé vit son MON toit.

Maeron avait l'impression que le choc aurait été moins rude si elle l'avait giflé. Il n'avait rien à répondre car tout ce qu'elle disait était vrai. Il aurait du lui dire la vérité, il aurait du la prévenir du monstre qui vivait auprès d'elle mais c'était la peur, cette peur d’enfance qui vivait toujours au plus profond de lui, qui l'avait empêché de le faire. Maeron ferma les yeux un instant en espérant que lorsqu’il les rouvriraient tout cela ne serait qu'un mauvais rêve. Que la femme qu'il aimait ne serait pas là entrain de découvrir qu'il lui avait menti et de le regarder avec dégoût. Mais lorsque ses yeux se rouvrirent il lut une telle détresse dans le regard de Tea qu’il fit instinctivement deux pas vers elle dans le but d'instaurer à nouveau se contact qu'il avait tant refusé mais qui lui était désormais vital. Mais il fut très vite stoppé. Adrahil tendit l'encolure dans sa direction, les oreilles tellement plaquées sur sa nuque qu'elles en étaient invisibles. Maeron eut juste le temps de retirer sa main en apercevant les lèvres de la bête se retrousser sur deux longs crocs de chaque coté de sa mâchoire. Les dents de l’étalon claquèrent à quelques centimètres de son visage et il retint son souffle.

- N'essaie pas de me toucher ! gronda Teagan avec rage. N'essaye plus... plus jamais.

Elle fit alors volter son cheval et Maeron vit la monture sauter dans un bond puissant les buissons emportant avec lui la femme de son cœur.



Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: November 13th, 2017 07:55 pm (UTC)

Ouais...
Ca ne m’étonne pas que Teagan se laisse emporter par sa colère... Mais... Ouille !!!
Je la comprends, mais je comprends aussi Maeron... Très dure comme situation...

1 Read Comments