?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Des questions destabilisantes

June 17th, 2017 (07:39 pm)
current song: ed sheeran

Titre: Des questions déstabilisantes
Fandom : Mézérhían
Personnage : Teagan - Maeron
Rating : PG-13
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 3488 mots

Teagan enroula ses cheveux en une longue torsade et serra fort pour en faire écouler l’eau. Elle venait d'enfiler sa robe et ne souhaitait pas la mouiller. Elle défi l’un des lacet de son corset et entreprit d’attacher vulgairement ses cheveux en une queue de cheval haute. Elle espérait qu'ils sécheraient plus rapidement ainsi car elle ne pouvait décemment arriver aux château les cheveux humide. Elle ne se voyait pas expliquer à qui que se soit hormis peut être à Maelrhys qu'elle avait passé sa journée à barboter dans un lac au cœur de la foret de Dunvel. Quand elle se retourna elle trouva Maeron entrain de fouiller dans les sacoches de selles. Ce dernier n'avait pas encore remis sa chemise et le regard de la Princesse se posa automatiquement sur l’énorme cicatrice qui barrait son dos. Les deux têtes d'Eiwoarns étaient bien visibles se détachant sur la peau pâle du jeune homme.

- Maeron ? l’interpella-t-elle un peu indécise

Ce dernier releva la tête tout en portant sa gourde à sa bouche pour se désaltérer.

- As-tu déjà fais l'amour à une femme?

Elle vit avec amusement le chasseur cracher l’intégralité de sa gorgée d’eau devant lui alors que son regard s’agrandissait. Il portât sa main à sa poitrine tout en s’étouffant à moitié.

- Je suis désolée, s’empressa de s’excuser Tea.

Elle avait réfléchi à ce sujet durant tout le temps ou elle s'était rhabillé et avait décidé de se lancer. Après tout il avaient passé l'après midi à se confier avant de s'endormir l'un contre l'autre. C'était une question qui la taraudait depuis quelque temps maintenant et qui commençait légèrement à l’obséder sans vraiment qu'elle ne sache pourquoi. Cette question s'était insidieusement rappelé à son esprit lorsqu'elle avait vu Maeron sans sa chemise à moité immergé dans le lac. Maeron ne se déshabillait pas facilement et c'était la première fois qu'elle pouvait observer son corps à loisir. Elle avait été plutôt étonnée de le voir aussi musclé. Maeron était grand et sec. Sous sa chemise on aurait pu croire qu'il était svelte mais c'était faux. Ces bras et ses épaules étaient parfaitement dessinés, ses clavicules saillaient au dessus de ses pectoraux musclés et Teagan avait laissé plusieurs fois glisser son regard sur ses abdominaux et surtout sur la ligne de poils sombre courant de son nombril et disparaissant sous ses chausses hautes. Lorsqu'il était de dos elle avait pu admirer le jeu de ses muscles sous ses omoplates ainsi que le dessin de ses cotes et de sa taille fine à tel point qu'elle en avait oublie les marques qui barraient son corps.

- J'ai peu être été un peu trop directe, admit-elle en se mordant la lèvre inférieure
- Si peu, railla Maeron en lui jetant un regard noir alors qu’il cessait enfin de tousser.
- Mais tu ne répond pas à ma question, grogna Teagan en croisant ses bras sur sa poitrine.


Elle remarqua alors que les joues de Maeron s’étaient délicatement colorées et elle comprit qu’il était gêné. Elle voyait le jeune homme comme un roc impossible à déstabilisé sauf lorsqu’on évoquait les marques qui parsemaient son corps. Elle n’aurait jamais cru que le sujet des relations charnelles aurait pu le mettre mal à l’aise. Au contraire. Le jeune homme répondait toujours franchement à ses questions. Et les relations avec un homme était un sujet que personne n’abordait avec elle au château. Elle avait certaines connaissances mais elle aurait aimé en savoir plus. Maeron était la personne idéale à qui se confier.

- Enfin tu as raison, reprit Tea sur un ton d’excuse. C'est un peu intime mais je croyais qu'il n'y avait plus de secret entre nous

Elle tenait beaucoup à cette promesse qu’il s’étaient faite. Leurs mensonges avaient eut des conséquences dramatique sur elle. Encore maintenant il lui arrivait de faire des crises d'angoisses, surtout la nuit. Elle se réveillait en étant persuadée que Maeron l'avait repoussé et qu'il ne souhaitait plus la voir. Ces cauchemars, s’ajoutantt à ceux sur son frère et sa mère qui étaient quotidien depuis des années, faisaient quelle manquait de repos et que ça commençait à se ressentir sur son caractère.

La Princesse reporta son attention sur le jeune homme. Il la fixait de son regard vert impénétrable. Elle pouvait voir que tout son corps était tendu , les muscles de ses épaules étaient contractés et sa mâchoire était serrée. De toute évidence il hésitait à lui répondre et ça lui fit mal au cœur. Elle comprenait que le sujet sois intime mais elle ne voulait plus aucun secret entre eux.

- Non Tea, finit il par répondre sans la lâcher des yeux. Je n'ai jamais touché le corps d'une femme

Teagan encaissa le choc assez durement et pourtant elle sentit un poids s’alléger dans sa poitrine. Elle était persuadée du contraire. Elle n’avait pu s’empêcher d’imaginer Maeron dans la maison close de Riwalön, dont parlaient les soldats, entrain de caresser la peau d’albâtre de l’une de ces filles de joies.

- Tu parais étonnée, rit il en passant une main dans ses cheveux encore mouillés

Teagan voyait bien qu'il voulait paraître décontracté alors que ce n’était visiblement pas le cas. Elle devait s'avouer qu'elle était intriguée par cette révélation mais elle n’avait pas l’intention de le lui montrer. Elle ressentait également un certain soulagement qu’elle ne s'expliquait pas.

- Je pensais que enfin …, begaya-t-elle . Tu es plutôt beau, tu es mystérieux, tu …
- Plutôt beau ? la coupa Maeron en levant un sourcil interrogatif.
- Enfin mignon, se reprit Tea
- Mignon ...

Le sourire de Maeron l’agaça alors qu’elle n’arrivait pas à exprimer ce qu’elle ressentait. Oui Maeron était un bel homme. Des hommes elle en voyait tout les jours au château, des barbus, des jeunes, des plus vieux, des souriants et des maussades. Certains se vantaient de leurs prouesses avec les femmes, d’autre semblaient plus renfermés. Et elle devait avouer que Maeron était très séduisant dans son genre.

- Oh tu sais bien ce que je veux dire, grommela-t-elle en s’avançant.

Teagan vint s’asseoir sur le tronc d'arbre près duquel était posé la selle d'Adrahil et elle fut étonnée de voir le jeune homme la rejoindre pour s’asseoir à ses cotés.

- Tu es musclé, dit elle en pinçant le biceps du jeune homme, tu es sombre et tu as un regard mystérieux

Elle avait finit sa phrase en pinçant le nez du chasseur qui se dégagea en riant. Elle aimait le voir rire. C’était quelque chose de rare mais qui à chaque fois semblait réchauffer son cœur.

- Et puis il y a… lança -t-elle avant de s’interrompre
- Quoi?

Teagan se mordit la lèvre inférieure avant de baisser les yeux. Elle se maudissait intérieurement d’avoir encore une fois parlé avant de réfléchir.

Tea ! grogna Maeron

Elle garda les yeux rivés sur le tronc d’arbre mais elle sentit très vite la main du chasseur se poser sur son menton. Il l’obligea doucement à relever la tête et elle fut une nouvelle fois poignardée par ses iris vert. Elle était incapable de réfléchir quand ses yeux rencontraient ceux de Maeron et cette fois ils étaient trop près, beaucoup trop près.

- Tes cicatrices..., murmura-t-elle


Aussitôt Maeron la lâcha et détourna le regard. Elle pouvait voir l’arrête de sa mâchoire saillir alors qu’il serrait les dents tout en laissant échapper un grondement presque animal. Elle savait que ce sujet était tabou avec Maeron. Elle avait bien vu sa réaction angoissée lorsque le matin même elle lui avait demandé d’enlever sa chemise pour la lui donner. Pourtant au cours de la journée il s'était détendu. Sauf quand elle avait embrasser sa cicatrice formée par l'Eiréaàn'er. Elle s'en voulait d’ailleurs d'avoir réagit ainsi. Sur le moment elle avait fait ce dont elle avait envie. Maeron détestait cette cicatrice et elle avait voulu lui prouver qu'elle n’était pas hideuse. Elle faisait partie de lui tout simplement.

- Arrête de grogner, le rabroua-t-elle finalement en frappant son bras.  Les femmes adorent les cicatrices

Maeron se tourna à nouveau vers elle tout en se détendant un peu.

- Tu es une experte ? railla-t-il
- Non, admit-elle en grimaçant. Alors disons que j'aime tes cicatrices
- Elles me défigurent

Teagan soupira tout en levant la main. Avec délicatesse elle effleura la fine ligne blanche au dessus de l’œil gauche du jeune homme.

- Non elles font partie de ce que tu es, souffla-t-elle

Elle baissa alors la main pour la poser sur son torse. Elle caressa doucement la marque blanche qui barrait le pectoral droit de Maeron et suivit la cicatrice jusqu’à effleurer son flanc gauche comme elle l'avait fais plus tôt dans l'après midid. Elle vit Maeron frissonner alors qu’elle effleurait ses abdominaux.

- J'admire chacune d'entre elle, reprit Tea d’une voix douce car elle me rappelle ce que tu as du endurer pour devenir l'homme que tu es maintenant

Un silence suivit cette phrase et Teagan releva les yeux convaincue que Maeron serait en colère. Mais ce n’était pas le cas. Il la fixait avec une expression indéchiffrable sur le visage. Si elle avait du trouver un mot pour définir ce qu’elle ressentait elle aurait choisit la mélancolie.

- Donc aucunes femmes, reprit elle pour briser ce silence qui l’angoissait.

Elle n'arrivait pas à comprendre comment aucune femme n'avait jamais succomber au charme de Maeron. Certes il n’était pas avenant, ni charmant dans son attitude, enfin pas quand elle l'avait rencontré car maintenant il était beaucoup plus fréquentable.

- Je vis dans un coin reculé de la foret, lui rappela Maeron d’une voix étrangement rauque tu crois que je rencontre des donzelles à chaque sous bois ?

Teagan hocha la tête. Son raisonnement n’était pas idiot. Encore une fois elle ressentit une sorte de joie à l’idée que Maeron ne cours pas rejoindre les filles de joies de Riwalön une fois quelle rentrait au château.

- Et moi? s’enquit Tea avant de siffler pour rappeler Adrahil qui mangeait au bord du lac.
- Quoi toi?
- D'habitude quand je te pose une question tu me la renvoie en pleine figure, rit elle.

Elle s'était attendue à ce que Maeron lui renvoie la question rien que pour la mettre mal à l'aise et elle s'y était préparée. De plus sa réponse allait être simple et courte vu qu'elle n’avait jamais fréquenté un homme.

- Je connais déjà la réponse, ricana Maeron en attrapant un bout de bois sur le sol.
- Et pourquoi est elle aussi évidente, grogna la jeune femme.

Certes elle n’avait jamais côtoyer d’autre homme que Dalaigh et elle éprouvait pour le fauconnier seulement de l’amitié et de la reconnaissance. Mais elle était une fille plutôt jolie et elle aurait très bien pu attirer le regard des hommes. Elle se sentait vexée que Maeron ne puisse l'imaginer avec un homme. Surtout qu'il savait très bien qu'elle était en age d'avoir des relations charnelles vu qu'ils en avaient déjà parlé dans une conversation que Tea avait trouvé bien plus gênante que celle ci.

- Teagan tu es la Princesse, souffla Maeron en lui jetant un regard désabusé. Je vis peut être en exil mais  je connais certaines des coutumes du Royaume
- Ce qui signifie ? demanda-t-elle

Elle ne voyait pas ce que les coutumes venaient faire dans cette histoire et sentait la colère grimper en elle. Peut être que Maeron ne la trouvait pas à son goût mais ça ne pouvait être l'avis de tous les hommes. Après tout certains chevaliers à sa fête d'anniversaire n'avaient fait que la complimenter sur sa beauté tout comme le seigneur Cewydd Rhiàn d’ailleurs. Elle regarda avec raideur Maeron se tourner vers elle et lui adresser un regard inquiet.

- Que tu es vierge, répondit le jeune homme sur un ton hésitant.
- J'aurais très bien pu rencontrer un homme, protesta-t-elle en sentant sa colère gronder dans sa poitrine.
- Une Princesse ne peut avoir de rapport avant son mariage, débita Maeron en traçant de petits cercles concentriques dans la terre avec son bout de bois. Elle doit rester vierge pour son époux. Mais je ne t'apprend rien

Teagan ravala la remarque acerbe qu’elle s’apprêtait à lancer lorsque les mots prononcés par Maeron pénétrèrent petit à petit son esprit. Elle chancela comme si elle venait de recevoir un vilain coup à la tête. Sa vision se brouilla un instant et elle posa une main sur sa poitrine pour soulager l'impression d'étouffement qu'elle ressentait soudain.

- Pardon!? s’étrangla-t-elle, persuadée d'avoir mal comprit.
- Tea ?.. oh non Tea ne me dit pas que tu n'étais pas au courant, gémit Maeron en se levant et en lançant le bout de bois qu'il tenait dans la main.

Ce dernier se fracassa contre un tronc d’arbre et Teagan eut l'impression que son cœur faisait de même.

- Non , souffla-t-elle d'une voix blanche.

Elle n'arrivait pas à y croire. Elle devait rester vierge jusqu'à son mariage. Le protocole l'y obligeait ! Elle n'était pas totalement idiote. Elle savait qu'elle ne pouvait fréquenter librement des hommes comme les autres filles car par son statut elle ne pouvait batifoler. Mais elle ne pensait pas que c'était son devoir de rester vierge jusqu'à son mariage. La sensation d’étouffement s'intensifia alors qu'elle prenait conscience que son rang d’héritière allait dicter sa vie en totalité, de sa place au sein de la société à sa vie sexuelle. On lui volait son libre arbitre dans tout les domaines, régissant sa vie privée également.

- Mais comment est ce possible ?! gronda Maeron en lui adressant un regard effaré.

Il s'était approché d'elle et lui avait attrapé le bras. De toute évidence Teagan n'avait pas seulement l’impression de chanceler car vu la manière dont Maeron la tenait il devait penser qu'elle allait s’écrouler au sol.

- Pourquoi personne ne t'as rien dit ?

Le sang de Tea ne fit qu’un tour et elle se leva pour faire face au chasseur

- Je n'ai plus de mère je te signale ! gronda-t-elle Et ce n est pas le Laärki, l'Udhëy, mon père ou encore Rhufawl qui vont aborder ce sujet

Elle venait d’avoir cette révélation. Comment pouvait elle être mise au courant des coutumes concernant son intimité alors qu’elle n’était entourée que par des hommes.

- Et… commença Maeron
- Ne prononce même pas le nom de ma belle mère…le prévint Tea en lui jetant un regard noir

Elle ne s'imaginait tout simplement pas aborder se sujet avec Bédélia. Elle préférait encore avoir cette discussion avec Rhufawl.

- Je voulais parler de Maelrhys, grogna Maeron en faisant un pas vers elle
- Elle .. je…

Teagan baissa les yeux alors qu’une lumière semblait s’enflammer dans son esprit.

- Que ce passe t il ? s’enquit Maeron en posant ses mains sur ses épaules

Teagan comprenait maintenant pourquoi Maelrhys lui reprochait de voir Maeron. Tout devenait clair. Sa suivante s’inquiétait, ne cessant de lui reprocher de passer ses après midi avec un homme. Maelrhys devait être au courant pour les traditions et pourtant elle ne lui en avait pas parler explicitement. La colère se rependit en elle comme du venin. La joie qu'elle avait éprouvé toute la journée disparaissait remplacée par ce sentiment d'amertume qui semblait la ronger

- Rien, répondit simplement la Princesse.  Des choses s’éclaircissent
- Tu veux en parler ?

Teagan fut étonnée d’entendre la voix rocailleuse du chasseur s’adoucir. Elle voyait bien que le jeune homme paraissait déstabilisé par sa réaction. Son sourire avait disparut et son regard vert qui était si vif quelque instants auparavant était désormais inquisiteur et inquiet.

- Non j'ai d'autres questions, dit elle froidement


Elle ne voulait plus aborder ce sujet. Elle allait devoir éclaircir les choses avec Maelrhys mais pour l’instant elle voulait penser à autre chose. Elle ne voulait pas non plus gâcher ce moment avec Maeron à cause de sa rancœur. Ils avait passé une bonne journée et elle devait faire comme si rien ne l'avait profondément marqué.

- Tea je suis vraiment désolé, murmura Maeron en caressant sa joie.  Je sens bien que tu es…
- Es tu déjà tombé amoureux ?

Elle savait que ce n’était pas poli de couper la parole mais elle voulait absolument changer de sujet. Alors qu'elle s'habillait elle avait établi une liste de question à poser à Maeron et celle ci en faisait partie c'est donc avec empressement qu'elle posa cette question pourtant si personnelle

- Pardon?
- Il parait … parce que je ne suis pas si ignorante, lui rappela Teagan avec un regard déterminé.  Qu'on peut faire l'amour à quelqu'un sans en être éprit et vice versa.

Elle voulait lui montrer qu'elle n'était pas une petite fille qui ne connaissait rien au chose de la vie. Elle était peut être mal informée sur son propre sort mais elle avait assez écouter en douce les conversations des gardes du château pour être au courant de certaines pratiques.

Maeron, lui, sembla véritablement désarçonné par sa question et recula de quelques pas. Teagan sentit une impression de vide inexplicable lorsqu'il s'écarta qui n'arrangea en rien son humeur désormais massacrante.

- L’idée me semble étrange, répondit simplement Maeron

Teagan retrouva un semblant de sourire en l'entendant tenir de tels propos. Elle était de son avis. Elle n'arrivait tout simplement pas à imaginer que deux personnes ne se connaissant pas puissent ce montrer aussi intime. Pour elle s'était inconcevable mais peut être seulement car elle était encore trop ignorante des pratiques charnelles.

- Ce n'est pas le cas des soldats qui s’entraînent dans la cour du château, lui dit elle en se souvenant de quelques conversations graveleuses

Elle avait entendu nombres des récits des gardes et de leurs nuits passées dans la maison close de Riwalön, c’est d’ailleurs comme ça qu’elle connaissait l’existence des relations intimes. Elle senti sa colère s’éveiller en comprenant qu’à dix sept ans elle était bien ignorante de l’amour et des relations intimes tout ça parce que personne au château n’avait prit le soin de la mettre au courant.

- Tu ne réponds toujours pas à ma question, grogna-t-elle alors que Maeron récuperait sa chemise sur la branche d’arbre.
- Toi d'abord, se contenta-t-il de répondre sans la regarder

Teagan lâcha un petit rire amer. Elle n’éprouvait aucune gêne face à cette question surtout après les révélations qu'il lui avait faites quelques instants plus tôt.

- Je croyais que la réponse serait évidente, cracha-t-elle avec plus de mépris qu'elle ne l'aurait souhaité
- Pas tant que ça, répondit Maeron en passant souplement sa tête dans l'encolure de sa chemise.

Elle fut surprise de voir une ombre passer sur le visage du chasseur mais cela fut si fugace qu’elle cru l’avoir rêver. Elle prit un légère inspiration tout en regardant Maeron finir d'enfiler sa chemise.

- Non je … je n’éprouve plus d'amour, souffla-t-elle.  J'en suis incapable. Pas après.. Adraboran

Elle avait aimé son frère comme elle n’avait jamais aimé personne. Il avait été son meilleur ami, son protecteur, son confident et en le perdant elle avait perdu sa capacité à aimer. A sa grande surprise Maeron se rapprocha et remit une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Instinctivement elle posa sa main sur son torse sentant la chaleur de sa peau à travers le tissus encore humide.

- Ça c'est ce que tu crois, souffla-t-il alors qu’encore une fois elle se plongeaient dans son regard vert.
- A toi ?
- Il se fait tard on devrait rentrer, grommela Maeron en se dirigeant vers Adrahil qui avait retrouvé son calme et les attendait patiemment non loin de sa selle.
- Tu éludes la question, fit remarquer Teagan en le suivant.

Elle ne comprenait pas pourquoi le jeune homme ne lui répondait pas. Après tout il avait répondu à toutes ces questions si intimes qu'elle venait de lui poser elle ne voyait pas pourquoi celle ci lui posait problème.

Elle regarda le jeune homme tendre la main devant Adrahil qui renifla sa paume avec dédain. Il se pencha alors pour attraper les sacoches de selles et les poser sur le dos du puissant animal avant de le seller.

- Oui, souffla-t-il en attachant la sangle
- Oui ?

Teagan vit Maeron se tourner vers elle et fut surprise par l’air sérieux qu’il affichait.

- Je suis déjà tombé amoureux, avoua-t-il d’une voix rauque
- Alors pourquoi tu… ? commença Tea en sentant un pincement douloureux, qu’elle ne comprenait pas, dans sa poitrine.
- Parce que je n'en avais pas le droit.

Teagan sentit tellement de douleur dans la voix de Maeron qu'elle n'osa pas répliquer. Elle se contenta de prendre la bride et de la passer à son étalon. Sa tête lui faisait mal tant les idées maussades se bousculaient dans sa tête. À L'instant elle souhaitais juste rentrer et s’apitoyer sur son sors tout en se demandant tout de même de qui Maeron, cet homme au comportement si compliqué, avait bien pu tomber amoureux.

Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: June 18th, 2017 10:11 am (UTC)

Rahh... Cette histoire de secret va les faire courir droit au drame...

Et je crois que j'ai eut la même réaction que Maeron à sa question ! On comprends mieux désormais la situation, mais au chateau ce sont des abrutis finis quand même... Parce que bonjour les lacunes quand même. Je la plains, ce doit être très dur pour elle ce genre de découverte :/

Sa réponse va faire très mal à Maeron :s

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: June 22nd, 2017 06:57 pm (UTC)

J avoue beaucoup m amuser a imaginer maeron s etrangler devant la questions destabilisante de tea. Je suis contente que ce texte t aie plu car j avais l impression qu il faisait un peu nunuche

2 Read Comments