?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Des gestes qui touchent

June 7th, 2017 (08:12 pm)
current song: BO games of thrones

Titre: Des gestes qui touchent
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maeron - Teagan
Rating : PG-13
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 2680 mots

- Maeron c'est … Wahou !

Le jeune homme ce mit à rire doucement devant l'air ébahi de Tea. C'était l'une des choses qu'il aimait le plus chez elle. Son enthousiasme face aux choses simples. C'était paradoxal pour l'héritière du trône. Elle aurait du se complaire dans le luxe, les bijoux en or, les soieries et les belles peintures, et pourtant elle n'aimait rien de tout cela. Maeron s'en voulait encore d'avoir réagit trop violemment en découvrant le pendentif en argent qu’elle avait au cou. Elle l'aimait pour ce qu'il représentait et non pas pour le diamant incrusté dans le motif. Il s'était sentit bête après coup mais il ne pouvait s'en empêcher. Il ressentait toujours une sorte de honte à ne pas pouvoir lui offrir ce qu'il y avait de plus beau. Il voulait plus que tout qu'elle soit heureuse, qu'elle obtienne ce qu'elle désire et surtout qu'il puisse rester à ses cotés pour le voir. Mais il ne se faisait pas d'illusions, il savait que leur temps ensemble était compté.

Il descendit maladroitement de l'Eiwoarn avant de se retourner pour detailler le visage de Tea. Ses yeux bleus brillaient tandis qu'elle observait le paysage. Maeron lui aussi chérissait cet endroit. Ici la rivière qui traversait la foret de Dunvel descendait une petite cascades en à pic avant de former un lac ou l'eau était plus calme pour se baigner. Le lac était bordé d'arbres et de pelouses sur le coté bas alors que le coté haut était surplombé de rochers plats créant des promontoires au dessus de l'eau.

- Maeron cet endroit est magnifique ! s'exclama Tea en passant adroitement sa jambe droite au dessus de l'encolure de sa monture pour en descendre
- Je me suis dit qu'on pourrait y passer la journée et ce baigner, proposa-t-il en passant sa mains dans ses cheveux, mal à l'aise

Il ne savait pas si l'idée plairait finalement à Tea mais elle avait semblé avoir besoin de repos, et puis il voulait partager cet endroit qu'il chérissait avec elle. Comme ci ça pouvait occulter son autre mensonge qui commençait à lui ronger les sangs.

- C'est une idée formidable ! s'écria la Princesse toujours aussi enthousiaste. Je vais desseller Adrahil et on file à l'eau.

Maeron sourit devant la joie qu’éprouvait Tea. Il fut ravi de voir que son idée lui plaisait et l'aida à déposer la bride et la selle d'Adrahil au pied d'un arbre

- Ne te perds pas ! lança Tea en claquant la croupe de son étalon qui partit aussitôt au trot en direction des pelouse d'herbes.

Maeron regarda un instant les muscles puissants de l'Eiwoarn alors qu'il se déplaçait avec aisance vers les pelouses pour y manger de l'herbe.

- Alors on va nager ! le pressa Tea.
Oui

Son enthousiasme débordant était contagieux et Maeron eut soudain lui aussi envie de plonger à l'eau.

- Tu me donnes ta chemise ?
- Pardon !?

Le chasseur dévisagea son amie, perplexe. Il était tout simplement hors de question qu'il se déshabille.

- Je ne vais pas me baigner nue, ricana Tea sans avoir l'air d’éprouver la moindre gêne à aborder le sujet.

A cette idée Maeron sentit ses joues s'empourprer et il baissa les yeux sur ses bottes pour éviter que Tea ne s'en aperçoive.

- Si je m'immerge avec ma robe je vais me noyer, insista Tea.

Le jeune homme se mordit la lèvre inférieure. Il n'avait pas du tout songé à cela. Elle avait raison et il devait l'admettre. Il se maudit de ne pas avoir penser à emporter la chemise et les chausses de Tea qui les attendaient sagement dans sa cabane. Mais il était vrai que le tissus de sa robe se gorgerait d'eau et qu'elle coulerait à pic si elle se mettait à l'eau dans cette tenue. Maeron était entrain d'envisager sérieusement de retourner chercher des vêtements pour Tea quand les doigts chauds de la jeune femme se posèrent sur sa joue. Plongé dans ses réflexions chaotiques il ne l’avait pas entendu approcher et pourtant elle le força à relever doucement la tête.

- Je me fiche de tes cicatrices, lui souffla-t-elle alors que leurs visages n'étaient qu'à quelques centimètres seulement. Je les aies déjà vue et il n'y à rien à cacher.

Maeron sentit son cœur s’accélérer alors que la panique le gagnait. Tea avait tout de suite devinée pourquoi il rechignait à enlever sa chemise et les mots qu'elle avait employé étaient justes. Il allait devoir le faire il n'avait pas le choix.

De tout manière elle ne lui laissa pas le temps d'y réfléchir plus longtemps, comme elle l'avait fait quelques semaines auparavant elle se mit à délacer ses canons de bras. Maeron remarqua tout de même que ses gestes étaient plus assurés sûrement car elle craignait moins sa réaction que la première fois. Après tout elle savait désormais ce qui se cachait sous sa chemise. Il la laissa faire, le cœur battant, se concentrant sur les sensations des doigts de la jeune femme courant sur sa peau. Il ne put s’empêcher d'inspirer violemment lorsque Tea tira sur le bas de sa chemise pour la faire sortir de ses chausses et qu'elle glissa ses doigts sous le vêtement, effleurant la peau de ses abdominaux au passage.

- Désolé je dois avoir les doigts froids, rit elle en tirant pour remonter le tissu.

Maeron ne fit aucun commentaire trop heureux de voir que Tea se trompait sur ses réactions. Au contraire ses doigts semblaient bouillants et laissaient une trace brûlante sur chaque parcelles de peau qu'elle effleurait. Il maudit aussitôt son corps qui réagit aux caresses involontaires de la jeune femme. A chaque fois ces sensations le laissaient au dépourvu. Il n'y avait qu'avec elle qu'il éprouvait ça. Jamais personne ne lui avait procuré de telles sensations.

- Baisse la tête que je ne t'arrache pas une oreille, lui intima-t-elle.

Maeron obéit dans un état second et c'est seulement lorsqu'il sentit le vent chaud caresser ses omoplates qu'il se tendit.

- Et voilà, dit Tea d'un ton badin. Et maintenant tournes-toi que je puisse me changer.

Maeron n'avait aucune envie d'exposer son dos à son regard mais il ne se voyait pas non plus se cacher derrière sa main comme un enfant. De plus il aurait été trop tentant d'écarter les doigts pour regarder. Il s'exécuta tout en songeant qu'encore une fois le comportement de Tea ne collait pas avec celui d'une Altesse. Elle acceptait de se déshabiller entièrement sans protester en plein milieu d'une foret et en sa présence. D'accord il étaient en plein cœur de la foret de Dunvel et rare étaient les personnes qui connaissaient cet endroit mais tout de même !

- Au fait, lança-t-il alors qu'il entendait Tea s'agiter derrière lui. Tu sais nager au moins ?
- Pas du tout.

La surprise qu'il ressentit à cet instant éclipsa tout le reste et Maeron se retourna instinctivement.

- Quoi ?!

Il faillit s'étrangler en réalisant que Tea était nue devant lui. Elle lui tournait le dos et n'avait même pas vu qu'il avait bougé.

- Personne ne m’a jamais apprit, dit elle en faisant un pas sur le coté pour attraper la chemise qu'elle avait pendue à une branche.

Mais Maeron n'entendit pas vraiment sa réponse. Son regard courait sur le corps de la jeune femme. De ses longs cheveux relâchés tombant jusqu'à ses reins, à sa peau pale sans défaut jusqu'au galbe agréable de ses fesses. Elle était plus musclée qu'il ne le croyait, ses omoplates et ses cuisses étaient tout à fait dessinée. Ses yeux descendirent le long de ses longues jambes et c'est lorsqu'il vit la robe en tas à ses pieds qu'il reprit ses esprit et sa position initiale. Ses joues s'enflammèrent aussitôt tandis que son corps tout entier lui criait de s'approcher de Tea pour la prendre dans ses bras.

- Ce n'était peut être pas une si bonne idée, grommela Maeron autant pour le fait qu'elle ne sache pas nager que pour la frustration qu'il n'arrivait pas à gérer en ce moment précis.
- Tu vas m'apprendre, lui dit elle à l'oreille.

Maeron sursauta tellement fort que Tea éclata de rire. Il ne l'avait pas entendu s'avancer et sa présence contre lui l'avait comme enflammé.

- Allez viens ! On à suffisamment traîné ! Tu vas m'apprendre à nager.

Le chasseur n’eut pas le temps de protester que déjà Tea entrait dans l'eau.

- Elle est chaude c'est incroyable ! s'exclama la jeune femme en s'immergeant jusqu'aux genoux.

Il fallait souligner que les températures de cet fin d'été étaient caniculaires et que l'eau stagnait dans le lac malgré les petits remous causés par la cascades. Maeron rejoignit Tea en faisant de son mieux pour ne pas poser ses yeux sur les jambes de cette dernière. Sa chemise lui arrivait à mi cuisse ce qui laissait voir bien trop de peau à son goût... ou pas assez.

- Bon ce n'est pas trop compliqué de nager, dit il en se concentrant pour oublier la nudité de Tea.

Il entra un peu plus dans le lac en appréciant la tiédeur de l'eau et se félicita d'avoir garder ses bottes. Certes elles étaient pleine d'eau mais au moins il n'allait pas glisser sur les pierres plates recouvertes de mousse qui tapissaient le sol. Il se tourna vers Tea et fut alors frappé par sa fragilité. Elle était là, à moitié dénudée devant lui, pieds nus, ses longs cheveux noirs retombant sur ses épaules et elle le dévisageait avec un petit sourire timide.

- Tu as déjà vu un chien nager ? demanda-t-il en reportant son attention sur l'eau claire.

La jeune femme hocha la tête pour acquiescer

- Et bien tu fais pareil.

Mais la Princesse n'attendit pas que Maeron lui montre comment faire. Elle se jeta à l'eau et il se sentit paniquer. Lorsque son visage creva la surface elle éclata de rire ce qui rassura Maeron. Après tout elle ne craignait rien tant qu'elle avait pied.

- Vas y montre moi comment tu nages, le provoqua la jeune femme.

Maeron leva les yeux au ciel avant de s’exécuter. Il se dirigea lentement vers le centre du lac qui était beaucoup plus profond et se mit à nager. Il aimait ça depuis tout petit. L’eau pansait ses plaies et puis cet endroit ne coûtait rien et lui avait permis de s’amuser et d'échapper à son quotidien difficile à de nombreuses reprises.

- Qui t'as apprit à nager ? lui demanda Tea alors qu'il revenait à la nage vers elle.
- Ma mère, répondit-il en posant ses yeux sur les rochers plats ou elle s'était si souvent tenue. Quand mon père partait en … plus longtemps, elle m’amenait ici et me laissait m'amuser.

Le fait d'en parler faisait remonter les souvenirs joyeux qu'il avait vécu au lac. Les sourires de sa mère, les baignades, les sauts...

- On peut même sauter de la cascade, c'est assez profond, lui indiqua-t-il avant de se souvenir que si elle ne savait pas nager ce serait un peu périlleux.
- Très bien Monsieur le vantard, rit elle en le poussant un peu. Je ne sais peut être pas nager mais je sais faire ça !

Sur ces mots Teagan plongea dans l'eau et s'accrocha à ses chausses pour passer entre ses jambes. Sa franchise l'épatait. Énormément de gens avaient peur de l'eau mais ça ne semblait pas être le cas de Tea. Encore une chose qu'il aimait chez elle. Son audace.

Il sursauta tout de même quand elle réapparut derrière lui et n'eut pas le réflexe de se retourner. La jeune femme fut plus rapide et elle crocheta son cou pour monter sur son dos. Maeron se figea quand elle posa ses mains sur son torse pour l'agripper alors qu'elle enroulait ses jambes autour de sa taille. Dans cette position elle devait avoir son nez au niveau de sa cicatrice ce qui lui déplaisait fortement. Mais en même temps il pouvait sentir sa poitrine appuyée contre son dos alors que leurs peau étaient seulement séparée par la chemise mouillée.

- Je peux savoir ce que tu fais ? demanda-t-il d'une voix raide.

Il enroula instinctivement ses bras autour de ses cuisses pour la soutenir alors qu'il la sentait glisser

- Je ne sais pas nager, souffla-t-elle dans son dos. Alors je vais faire l'escargot.

Maeron secoua la tête déboussolée par ses paroles.

- L'escargot ?
- Tu es la limace et je suis ta coquille, rit elle en posant son front contre ses omoplates.

Cette fois il éclata de rire malgré le malaise qu'il ressentait du fait que Tea soi aussi proche de ces cicatrices . Elle était désarmante tout simplement. Mais pour lui c'était trop.

- Je ne suis pas très... commença-t-il sans savoir quoi dire pour ne pas la blesser.
- Ne me dit pas que c'est à cause de tes cicatrices, grogna Tea contre sa peau.

Il sentit la jeune femme se raidir et tenta de tourner la tête pour l'apercevoir mais elle fit alors quelque chose qui le déstabilisa plus que tout.

- Tu sais ce que je pense de ta cicatrice ! gronda-t-elle avec force avant de plaquer un baiser sonore sur son dos juste entre ses deux omoplates

Maeron se figea en sentant le contact des lèvres de la jeune femme sur sa peau meurtrie. Il n'en revenait pas. Elle venait d'embrasser la zone de son corps la plus abîmée. Ce baiser lui fit alors l'effet d'un pansement. Il eut l'impression soudaine que sa cicatrice avait diminué alors qu'il sentait toujours la peau le tirer à cet endroit. Ce baiser était la preuve que Tea l'acceptait comme il était, marqué comme du bétail.

Devant son absence de réaction Tea dénoua ses jambes de sa taille et se laissa glisser le long de son dos.

- Allez viens on va sauter, lui dit elle.

Elle le tira vivement par la main pour qu'il rejoigne Rashkánn qui était déjà sur les rochers. Maeron du lâcher Tea des yeux car ses bottes humides glissaient sur les cailloux, mais il la vit tout de même sauter de pierre en pierre avec une vitesse et une agilité déconcertante. Elle n'avait pas l’air d'avoir peur de tomber. Elle fonçait comme d'habitude. Maeron trébucha tout de même deux fois lorsque Tea perdit l'équilibre et qu'ellelle du se pencher en avant faisant remonter la chemise dangereusement sur l’arrière de ses cuisses.


- C'est sublime ! s'écria le jeune femme lorsqu'il furent arrivé en haut de la cascade.

Maeron approuvait ses propos. La rivière serpentait dans leur dos avant de se jeter dans le lac. Au loin les arbres leur cachaient la vue mais il savait que se dressaient les tours du château de Mézérhían. Cet endroit était son havre de paix depuis des années et il était heureux de partager cà avec Tea.

- C'est drôlement haut, constata la jeune femme en s’avançant au bord avec prudence.
- Tu as peur ? s'enquit Maeron qui n’était pas très à l'aise qu'elle saute de cette hauteur.
- Pas du tout.
- Alors grimpe.

Il ne pouvait s'en empêcher. Il voulait la sentir contre lui. Malgré le fait qu'elle soit dans son dos il savourait le contact de la peau délicate de ses cuisses contre ses flancs et de ses mains sur son cou. Il fut tout de même étonné de ne plus ressentir la moindre peur lorsque la jeune femme grimpa sur son dos. Il se retint même de laisser échapper un grognement de plaisir lorsque la joue de Tea frôla sa cicatrice. Elle contrôlait totalement son corps sauf qu'elle n'en avait aucune idée.

Maeron s’avança au bord de la cascade scrutant les six mètres qui les séparaient de la surface de l'eau. C'était un sacré saut ! Le bout de ses bottes déjà dans le vide il sentit Tea s'agripper un peu plus fort autour de ses épaules.

- Tu as confiance en moi ? demanda-t-il pour être sur qu'elle n'avait pas changer d'avis.
- Toujours, murmura-t-elle en collant sa joue contre son oreille droite.



Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: June 15th, 2017 10:46 am (UTC)

Ils sont trop mignons dans ce texte et ils ont une belle complicité, mais y en a un qui a intérêt à arrêter de s'enferrer dans ses mensonges !!!! >_

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: June 22nd, 2017 06:55 pm (UTC)

Oui maeron fais l autruche. Contente que tu aie aimé les petites attentions entre les personnages ^^

2 Read Comments