?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

La sortie

April 23rd, 2017 (10:11 pm)
current song: fast and furious

Titre: La sortie
Fandom : Mézérhían
Personnage : Tea - Maeron - Ser Ulwart
Rating : PG-13
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 2119 mots


Maeron remua légèrement dans son sommeil, étirant son corps avec d'agréable tiraillement. Ce ne fut que lorsqu’il prit conscience qu'un corps chaud était collé au sien qu'il ouvrit les yeux. Il mit un moment à comprendre ou il se trouvait. Il tourna légèrement la tête pour voir les premiers rayons du soleil éclairer la chambre de Tea. La soirée de la veille lui revint alors en mémoire et il baissa les yeux vers la jeune femme endormie à ses cotés … ou plutôt dans ses bras. Tea lui tournait le dos mais l'entierté de son corps était en contact avec le sien. Ses jambes nues étaient emmêlées aux siennes encore plus que quand ils s'étaient endormis et il avait sans le vouloir passé un bras autour de sa taille. La paume de sa main reposait sur son ventre il fut surprit de voir qu'elle recouvrait entièrement son abdomen, le bout de pouce frôlant même les courbes de la poitrine de la Princesse. Maeron sentit son corps réagir aussitôt à se contact et il baissa légèrement la main pour éviter que son corps le trahisse. C'était peine perdue car son petit doigt frôla alors une zone bien plus intime. Pourtant il n’ôta pas sa main. Il se redressa légèrement sur un coude pour observer la jeune femme endormie dans ses bras. Son visage était paisible, jamais il ne l'avait vu aussi reposée et aussi calme. Elle paraissait également plus jeune et plus fragile ce qui raviva son envie de se blottir contre elle. Sa chemise avait légèrement bougée alors qu'elle dormait, la naissance de sa poitrine était visible par le col délassé et Maeron ne put s'empêcher de laisser courir son regard sur la peau mise à découvert de son amie. Son regard glissa plus bas et il sentit ses joues s'enflammer en prenant conscience que la chemise de nuit était totalement remontée sur ses cuisses et que la courbe parfaite de ses fesses était visible. Il détourna vivement le regard en sentant une douce chaleur envahir son bas ventre. Même s'il aurait voulu prolonger ce moment pour l’éternité le soleil se levait rapidement et il fallait qu'il sorte de se château avant de se faire prendre. Il se pencha vers le visage de la jeune femme pour lui souffler à l'oreille.

- Tea.... Tea réveille toi.

La jeune femme émit un long grognement de protestation et il réitéra sa demande.

- Non il est trop tôt ! protesta Tea en se tournant violemment sur le ventre.

La chemise en lin ne suivit pas le mouvement et la vue des plus plaisante sur l'arrière de ses cuisses s'intensifia. Cette fois Maeron attrapa le tissus en tentant de toucher le moins possible la peau de la jeune femme et la recouvrit doucement. Elle ne devait pas être totalement réveillée car elle ne réagit pas à son geste.

- Il faut que je parte Tea, insista-t-il en s'asseyant sur le lit, faisant ainsi bouger le matelas. Le jour ne vas pas tarder à se lever.
- Mmmmmhhhhhh !

Le jeune homme éclata de rire devant les protestations de la jeune femme.

- Je vois qu tu n'es pas du matin, commenta-t-il en riant.

Il n'aurait pas du être étonné. Ce trait de caractère collait parfaitement à la personnalité explosive de la jeune femme et il songea un instant que sa suivante avait bien du courage de réussir à la faire ce lever le matin.

- On est même pas le matin, grogna Tea en ouvrant un œil qu'elle referma aussitôt.

Maeron tendit la main pour dégager ses longs cheveux noirs, qui s'étaient emmêles, de son visage.

- Il faut quand même que je parte.

La jeune femme se redressa sur un coude en lui adressant un regard encore endormi avant de lui sourire.

- Très bien, capitula-t-elle. Laisse moi deux minutes pour me changer.

Elle se redressa lentement en secouant sa crinière noire et se laissa glisser du lit. Elle se retourna pour le regarder et ses yeux s'agrandir.

- Tu n'as même pas enlevé ta broigne, fit elle remarquer d'une voix rauque.

Maeron baissa les yeux sur le vêtement de cuir qu'il portait toujours.

- Tu dormais sur moi, expliqua-t-il en souriant.

Même s'il l'avait voulu il n'aurait jamais pu l’enlever. Teagan s'était endormie très rapidement le visage collé contre son torse et il n'avait pas osé bouger d'un millimètre de peur de la réveiller avant de finalement s'endormir à son tour. Après de longues heures a compter les étoiles a travers la fenêtre pour contrôler ses émotions...

- Pardon, répondit-elle en riant et en se dirigeant vers le paravent.

Il ne lui fallut que quelques minutes pour se changer. Elle avait enfiler une robe d'un vert foncé au tissu élimé. Il l’avait déjà vu vêtue de cette manière et songea qu'il préférait de loin la chemise de nuit en lin noir trop courte. Elle avait rassemblé négligemment ses longs cheveux noir en une queue de cheval haute mais quelques épis s'échappaient encore du lien de cuir.

- Il est encore tôt, lui dit elle en se dirigeant vers la porte alors qu'il venait de rechausser ses bottes. La fête se sera sûrement éternisée et on ne devrait pas croiser grand monde jusqu'aux cuisines.

Maeron n'était pas particulièrement inquiet de rencontrer quelqu'un. Il se doutait que peu de personne seraient en mesure d'interroger la Princesse sur ses faits et gestes.

- Si jamais on rencontre quelqu’un tu prétendras que tu es le nouveau palefrenier et que tu viens me prévenir qu'Adrahil est agité.

Maeron sourit de plus belle. Il se doutait que peu de raison pouvaient tirer la Princesse du lit si tôt le matin et son Eiwoarn en faisait partie.

- Et surtout baisse la tête, lui dit elle en posant sa main sur la poignée.
- A vos ordre Princesse, répondit-il en faisant une courbette ridicule.

Elle secoua la tête d'un air exaspéré

- Je vais sortir en première pour m'assurer qu'il n'y à personne.

Elle joignit le geste à la parole et ouvrit la porte. Maeron s'approcha en la voyant sortir mais se figea en entendant une voix grave.

- Princesse ?

Maeron se plaqua violemment contre le mur hors de vue du couloir. Il sentit ses entrailles se tordre alors que Tea mettait quelques secondes à répondre.

- Ser Ulwart, répondit-elle d'un ton surprit, confirmant ainsi la présence de son père derrière la porte.
- Vous êtes bien matinale, commenta le chevalier de sa voix glaciale. Ce n'est pas dans vos habitudes.

Maeron se colla encore plus aux pierres comme s'il pouvait pénétrer dans le mur pour s'y cacher. Cette voix qu'il n'avait pas entendu depuis des années lui rappelait des souvenirs tellement douloureux qu'il se mit à trembler.

- En effet, répondit Tea en riant doucement. Mais je n'ai pas eut le loisir de manger à ma faim hier soir et je vais descendre aux cuisines prendre un solide petit déjeuner.

Maeron eut le souffle coupé par l'aplomb de Tea. Il connaissait son père. Sa question sur son lever matinal était un reproche à peine voilé. Lui même se serait recroquevillé au sol en attendant les coups devant le ton employé par son père. Tea elle se contenta de le prendre de haut de lui rappeler simplement qu'elle avait le droit d’aller ou bon lui semblait. Jamais il n'en aurait été capable et pourtant la jeune femme si fragile qu'il avait tenu dans ses bras quelques minutes plus tôt tenait tête au pire des monstres.

- Veuillez m'excusez votre Majesté, répondit le chevalier d'un ton mièvre. J'oubliais de vous souhaiter un joyeux anniversaire.
- Merci Ser.

Maeron expira silencieusement pour tenter de se calmer alors que son estomac se révulsait. Il était paniqué et désorienté. Jamais il n'avait entendu son père s'excuser. Rien que par ces simple paroles la supériorité hiérarchique de Tea le frappa de plein fouet. Elle avait le pouvoir de faire plier son père et elle n’hésitait pas.

- Vous êtes majeure désormais, reprit son père de sa voix rocailleuse.
- En effet.
- Et responsable de vos actes....

Maeron se figea encore plus. Le reproche était à peine dissimuler et il peut entendre Tea expirer violemment. Il savait qu'elle n'aimait pas son père et pourtant elle ne perdait pas la face.

- Je suis au courant chevalier, répondit-elle sur un ton sec. Auriez-vous quelques choses à me reprocher ?

Maeron ne comprenait pas comment elle arrivait à lui tenir tête ainsi et à le remettre à sa place avec la plus grande politesse. Il état persuadé que son père allait exploser, qu'il allait s'en prendre à Tea. Il savait qu'il sortirait de sa cachette pour la protéger et une boule se forma dans sa gorge à cette pensée.

- Pas le moins du monde Princesse, répondit pourtant le chevalier avec une certaine douceur. Avez vous besoin d'une escorte jusqu'aux cuisine ?

Maeron sentit la nausée l'envahir alors que son père s’aplatissait tout simplement devant Tea. Il n'en croyait pas ses oreilles.

- Du tout, insista-t-elle d'un ton féroce. Comme vous me l'avez si bien fait remarquer je suis majeure et responsable.
- Tout à fait.

Il y eut un moment de silence ou Marron s'imaginait le regard gris et glacial de son père confronté au regard si intense et d'un bleu si pur de Tea. Il ne se rendit compte qu'il avait retenu son souffle que quand Tea reprit la parole.

- Passez une bonne journée chevalier, dit elle le congédiant sans aucune gêne
- Vous de même Princesse.

Maeron sentit ses jambes se dérober sous lui en étendant les pas de son père, claquant sur les dalles de pierres, qui s'éloignaient. Il dut se faire violence pour ne pas tomber et se retint au mur derrière lui.

- C'est bon il est partit, souffla Tea en passant sa tête à l’intérieure.

Il la vit ouvrir de grand yeux en le dévisageant. Il était sur que tout les couleurs de son visage avaient disparut et il contrôlait très mal ses tremblements.

- Tu es sure ? demanda-t-il en faisant un effort surhumain pour empêcher sa voix de trembloter.
- Oui cet homme est détestable mais on ne se supporte pas, répondit elle en grinçant des dents. à l’heure qu'il est il doit s'être enfui à l'autre bout du château.
- Alors on y va, se reprit Maeron.

Il voulait s'enfuir le plus loin possible de cet endroit pour pouvoir digérer le fait de s’être retrouvé à seulement quelques mètres de son bourreau de père. Tea le précéda dans le couloir et il se dirigèrent avec rapidité vers les cuisines sans croiser personne. Maeron entendait Tea grogner à intervalle régulier et il crut un instant l'entendre parler toute seule à voix basse.

- Arrête de soupirer tu va nous faire repérer, la prévint-il mal à l'aise.
- Je n'y peut rien, gronda Tea alors qu'ils passaient les portes de la cuisine, qui à cette heure matinale un lendemain de fête, étaient encore vides. Ser Ulwart m'horripile, il est … froid. Je le déteste.

En temps normal Maeron aurait sourit devant de tel propos qui n'était après tout que la vérité mais il était encore trop bouleversé pour y parvenir.

- Il me semble qu'il n'est pas très aimé, dit il en s'approchant de l'armoire qui dissimulait le passage secret.

Il ne savait pas trop quoi dire. Il se sentait mal à l'aise de cacher un secret d'une telle importance à Tea et encore plus après avoir partager cette nuit formidable avec elle. Mais il était tout simplement incapable de lui avouer la vérité. Il était certains qu'une fois qu'elle l'apprendrait elle se méfierait de lui. Et si elle découvrait que cet homme qu'elle détestait tant était le bourreau qui l’avait torturé elle comprendrait qu'il était le fils d'un monstre.

- Il se fait respecter par la peur, continua Tea. C'est un manipulateur. Heureusement qu'il n'a pas d’hériter. Tu imagines un peu s'il avait un fils tout aussi acariâtre. Ce serait une plaie de plus pour ce Royaume.

Maeron sentit son cœur se serrer en entendant ses propos qui confirmait ses pensées. S'il elle apprenait qui il était vraiment elle le détesterait. La douleur qu'il ressentit à cet instant estompa la joie qu'il avait pu éprouvé en se réveillant contre le corps chaud de la jeune femme. Il hocha tristement la tête avant d’enclencher le mécanisme du passage secret.

- Il faut que j'y aille, souffla-t-il sans même adresser un regard à la jeune femme. A plus tard.

Et il s’engouffra dans le souterrain sans un regard en arrière. Il savait qu'il prenait la fuite et qu'il agissait une nouvelle fois comme un lâche mais en cet instant il ne pouvait rien faire d'autre.



Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: April 23rd, 2017 09:34 pm (UTC)

Bon bon bon...
Il s'enfonce dans son mensonge... c'est mauvais mauvais mauvais tout ça !!

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: April 24th, 2017 07:34 am (UTC)

La il s enterre completement. Pire qu une autruche ce maeron ! La chute va etre rude ...

2 Read Comments