?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

La chevauchée

April 13th, 2017 (09:35 pm)
current song: BO games of thrones

Titre: la chevauchée
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maeron - tea
Rating : PG-13
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 1484 mots


- Tea je t'en prie ne fais pas ça ! gémit Maeron en s'accrochant un peu plus à la cavalière
- Mais si tu vas voir c'est amusant ! s'écria la jeune femme

Maeron sentit clairement l'étalon accélérer encouragé par les appels de langue de sa cavalière alors qu'ils se dirigeaient vers un tronc d'arbre couché. Il ne put s'empêcher de fermer les yeux et de baisser la tête pour la glisser contre l'épaule de Tea. Il sentit clairement l'Eiwoarn abaisser ses hanches pour se projeter et durant un court instant il eut la sensation de voler avant que les sabots de l'animal ne s'abattent à nouveau au sol.

- Je parie que tu as fermé les yeux ! grogna Tea en se redressant pour freiner sa monture.

Maeron se retint de répondre et se contenta de rouvrir les yeux. Ils étaient dans une vaste plaine herbeuse située à l'ouest de la foret de Dunvel et invisible depuis le château. Teagan ne lui avait pas apprit l'équitation, elle s'était contenté de lui faire découvrir de nouvelles sensations qui avaient profondément déstabilisé le chasseur. Il ne se voyait pas mener lui même une bête telle qu'Adrahil mais il devait s'avouer qu'il n'était pas réfractaire à l'équitation. Il avait adoré partit au grand galop. Il s'était sentit enivré par les longues foulées basculés de l'étalon et par la force qui transpirait de l'animal. Il était amusé de voir Rashkánn courir à perde haleine à coté du cheval heureux de se laisser aller à quelques pointes de vitesse. Cette sensation était sûrement renforcée par le fait qu'il devait s’accrocher à Tea pour ne pas tomber. Il avait au début hésiter à passer ses mains autour de sa taille mais bien vite la vitesse l'avait surprit et il s'était raccroché plus fort qu’il ne l'aurait voulu à la jeune femme. Il sentait ses abdominaux se contracter sous les mouvement de bassin qu'elle exerçait pour rester en selle et cette sensation l'avait plus que perturbé. Mais ce qu'il lui plaisait surtout dans cette balade sportive s'était l'immense sourire qu'il pouvait apercevoir sur les lèvres de Tea. Elle avait le regard brillant, elle encourageait sa monture à se dépasser et ses longs cheveux balayés par le vent se mouvaient de la même manière que la crinière de son étalon. A cheval, en cet instant, à ses coté il pouvait deviner à quel point elle était heureuse et cette simple révélation l'aurait poussé à dépasser ses peurs rien que pour voir son visage s'éclairer.

- Alors tu es devenu muet ? lui demanda Tea alors qu'elle repassait sa monture au pas pour le faire souffler.
- Je me concentre, répondit simplement Maeron en relâchant un peu son étreinte autour de sa taille.
- Tu as aimé ? s'enquit-elle en se tournant pour apercevoir son visage
- Je dois avouer que ce n'est pas désagréable, finit il par avouer bien qu'il fut certain que le sourire qu'il arborait ne laissait pas de doute envers son ressentit
- J'en était sure ! s'exclama Tea. Tu as sentit la puissance qu'il développe lorsqu’il saute

Maeron éclata de rire et ne put s’empêcher de tendre la main pour rassembler les cheveux de Tea sur son épaule gauche

- On à l'impression de voler, souffla-t-il en se penchant un peu en arrière.

Le sourire que lui offrit Tea lui réchauffa le cœur. De toute évidence elle était heureuse, tout simplement.

- Je suis contente de partager ça avec toi, lui dit elle en se tournant vers l’avant de sa monture pour lui cacher son visage.

Elle avait beau essayer de dissimuler son émotion en flattant l’encolure d'Adrahil il l'entendit au son de sa voix. Il sentit aussitôt son cœur se serrer et déglutit difficilement. Il aurait été si simple de lui avouer combien elle comptait pour lui en cet instant. Ils étaient seul, presque blottis l'un contre l'autre sur cet impressionnant animal avec le soleil couchant se reflétant sur la pointe des arbres. Maeron aurait voulu la prendre dans ses bras et poser ses lèvres sur son front en lui disant à quel point il avait besoin d'elle mais c'était ce faire du mal tout simplement. De plus même s'il avait comprit à quel point Tea tenait à lui il n’était pas certains qu'elle partage des sentiments plus ambigus à son sujet. Et le fait de ne pas savoir ce qu'elle ressentait vraiment l'aidait à se taire.

- Moi aussi, souffla-t-il simplement en posant ses mains sur la croupe rebondie de l'Eiwoarn

Il y eut un moment de silence ou rien hormis le cliquetis des arbres et le chants des oiseaux ne vient les déranger

- Je crois qu'il est temps que je te ramène, finit par grogner Tea. Le soleil se couche
- En effet.

Il la vit faire faire volte face à son étalon et il dut se raccrocher à elle alors que la bête repartait au galop vers le cœur de la foret. Il était assez abasourdi par l'endurance dont faisait preuve l'Eiwoarn. Après tout ils avaient chevauché toute l’après midi et pourtant la respiration de la bête restait égale.

- Tu es prête ? lui demanda Maeron lorsqu'il furent arrivé bien plus vite qu'il ne l'aurait voulu dans sa clairière.

Il vit clairement le regard de Tea s'assombrir lorsqu'elle comprit ou il venait en venir. Il savait qu'elle n'aimait pas en parler mais il savait aussi que ça la tourmentait et il voulait être sûr qu'elle arriverait à surmonter tout ça.

- Je n'ai pas vraiment le choix, grogna-t-elle en sautant habilement de son cheval
- Mais tu pourrais très bien t'y amuser à cette fête, insista Maeron. Je suis sure que tu aimes danser.

Teagan lui offrit un sourire en versant un peu d'eau dans un seau qu'elle posa devant son cheval pour qu'il se désaltère.

- Oui j'adore danser, mais la présence des Seigneurs et de leurs fils va m'en empêcher. Je n'ai pas envie de devenir un objet que l'on convoite.

Maeron pouvait comprendre. Il imaginait Tea dansant dans une jolie robe sur une musique entraînante, emballée par sa soirée d'anniversaire. Mais sa belle mère avait fait en sorte que cette soirée deviennent un lieu de présentation pour la haute société en invitant les onze Seigneurs et leurs héritiers. Maeron devinait pourquoi la Reine avait convier les jeunes Seigneurs mais il n’avait pas oser en toucher un mot à Tea de peur de la voir s’effondrer devant cette nouvelle réalité. Il s'était contenté de la soutenir et de l’entraîner à l'épée encore plus dur pour qu'elle arrive à canaliser cette colère. Elle lui avait clairement dit qu'elle ne voulait pas craquer durant cette soirée d'anniversaire pour ne pas décevoir son père mais elle savait aussi que ses nerfs seraient mis à rude épreuve.

- J'ai confiance en toi, lui rappela-t-il en posant une main sur son épaule.

Il savait qu'elle allait arriver à ce contrôler. Elle allait leur montrer à tous qu'elle pouvait agir comme une dame de son rang même si ça ne lui était pas naturel.

- J'aurais voulu que tu viennes à cette soirée, lâcha alors Tea en baissant les yeux.

Maeron recula d'un pas sous ses paroles. Il sentait sa poitrine s’oppresser alors que son amie relevait lentement son regard bleu vers le sien. Elle avait glisser plusieurs fois des allusion indiquant qu'elle aurait souhaiter l'avoir à ses coté pour l'aider à surmonter tout ça. Mais c'était impossible

- Tu sais très bien que je ne peux pas, répondit il d'une voix trop rauque à son goût
- Je sais...
- Tu me vois passer les portes du château en me présentant pour assister à l'anniversaire de la Princesse ?
- Il suffirait que je rajoute ton nom à la liste des invités, répondit Tea d'une voix si basse qu'il dut se pencher vers elle pour l'entendre
- Et tu me présenterais comme qui ? demanda-t-il d'une voix trop sèche. Le chasseur exilé qui t’apprend le combat.
- Je sais Maeron, soupira Tea. Je sais.

Maeron sut alors qu'elle pensait encore à ce passage secret reliant la foret au château et qu'elle lui avait déjà conseiller d'emprunter. Mais c'était trop dangereux. Le risque de croiser son père était trop important surtout qu'elle lui avait apprit nonchalamment quelques jours plut tôt qu'il était revenu au château.

- Je dois y aller, grommela-t-elle en le contournant pour se remettre en selle.

Maeron déglutit difficilement en sachant qu'elle ne pourrait pas le rejoindre le lendemain après midi à cause des préparatifs de sa fête. Il ne la verrait pas avant deux jours et cette pensée lui donnait la nausée, révélant encore une fois à quel point elle tenait une place importante dans sa vie. Elle lui offrit un dernier sourire timide avant de serrer les jambes pour mettre sa monture au trot et s’éloigner.

- Bon anniversaire, souffla alors Maeron en sachant parfaitement qu'elle ne pourrait pas l'entendre.

Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: April 13th, 2017 07:57 pm (UTC)

Il doit vraiment arrêter de lui mentir !!!!!
Ca va pas le faire cette histoire !

Très sympas en tout cas, et les nerfs de Maeron sont mis à rude épreuve pendant cette chevauchée :p
Je le plaindrais presque...

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: April 13th, 2017 08:37 pm (UTC)

Pour ses nerfs: oui. En plus maeron n'a pas d'autre choix que de se raccrocher a elle car il flippe completement malgré les nouvelles sensations qu'il éprouve.

Quand aux mensonge en effet ca risque de lui revenir en plein dans la figure ^^

2 Read Comments