?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

La broigne

April 5th, 2017 (10:45 pm)
current song: bones

Titre: La broigne
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maeron - Teagan
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 2320 mots

- Je vous remercie pour votre travail toujours aussi précis, déclara Teagan en glissant l'épaisse pièce de cuir dans la sacoche de selle d'Adrahil.
- C'est moi qui vous remercie pour votre commande votre Altesse, répondit aussitôt le tanneur en s'inclinant légèrement.

Teagan sourit en observant l'homme qui se tenait devant elle. Il était assez musculeux et râblé et sa peau était presque brûlée par le soleil. Il avait des mains épaisses et abîmés montrant qu'il était manuel. Il travaillait le cuir sans relâche pour confectionner les plus belles pièces du Romerdhael. C'est pourquoi Teagan avait fait appel à lui. Elle savait qu'elle ne serait jamais déçue par Rodrick Ravelin. Une seule personne travaillait le cuir aussi bien que lui mais elle ne pouvait faire appel à son meilleur ami pour cette tache.

- Je tiens à souligner que je veux la plus grande discrétion envers cette commande, reprit tout de même Teagan en lui glissant une bourse remplie de pièces d'or
- Je m'en souviens très bien votre Altesse, répondit aussitôt l’artisan en mettant un genoux à terre.

Teagan soupira devant cette attitude trop servile pour elle et se pencha pour attraper les mains de Rodrick

- Je vous en prie relevez vous, dit elle en serrant ses mains, qui tenaient toujours la bourse d'or, entre les siennes. Je tiens juste à ce que cette commande ne s'ébruite pas au château. Si on vous pose la question vous répondrez que je vous ai commandé un ceinturon.
- Bien sur votre Altesse !

Teagan lui adressa un dernier sourire avant de mettre le pied à l'étrier. Elle mis sa monture en marche et traversa le village. Elle était étonnée de voir que les habitants la regardaient sans hostilité et qu'ils lui adressaient même de nombreux sourires. Elle répondit même à un petit signe de la main que lui adressait un petit garçon sur les épaules de son père. Elle ne s'était pas attendue à un si bon accueil de la part des habitants. Les rumeurs courraient qu'ils n'approuvaient pas le fait qu'elle passe ses après midi à chevaucher et qu'elle ne se montre pas plus « intéressée » par son règne. Leur coté avenant était donc des plus surprenant.

A peine eut-elle franchi la frontière du village qu'elle mit Adrahil au galop. Elle le laissa foncer naturellement vers la foret de Dunvel savourant l’adrénaline de la course. Elle aimait sentir les sabots de son étalon frapper le sol et sa longue crinière lui fouetter le visage avec la vitesse. C'était seulement dans ses moments la qu'elle se sentait libre et complète. Elle arriva rapidement à la clairière de Maeron et à cet instant elle sentit son estomac se serrer. Son ami sortit de sa cabane et lui offrit un sourire. Depuis que de nouvelles barrières étaient tombées entre eux Maeron lui offrait de vrai sourire lorsqu'elle arrivait. Même s'il se montrait toujours aussi strict et borné elle le trouvait plus ouvert, plus souriant et surtout plus détendu en sa présence ses derniers temps. Elle avait aussi réalisé qu'elle avait besoin de lui mais que cette nécessité semblait réciproque. Et c'est parce que leurs liens se renforçaient chaque jour qu'elle avait fait un détour par Riwälon.

- Bonjour, lui lança-t-il en s’avançant vers elle de sa longue foulée souple. Tu arrive bien tard aujourd’hui.

Teagan sauta de son eiwoarn en lui souriant.

- J'avais une course à faire, répondit-elle en sentant son estomac se tordre.

Elle tourna d'ailleurs le dos à son ami pour ne pas lui monter son embarras et ôta la bride d'Adrahil qu’elle accrocha machinalement à une branche. Elle ne savait pas trop comment Maeron allait prendre son cadeau et elle ne voulait pas voir son sourire disparaître.

- Tu fais des courses toi ? Lui demanda-t-il en gardant son sourire. Tu n’as pas des serviteurs pour ça ?

Cette fois Teagan lui lança un regard noir et fit un pas pour lui administrer une petite tape sur l'épaule. Bien évidement il l'esquiva avec facilité et lui adressa un clin d’œil. Teagan sentit son cœur faire un bond dans sa poitrine. C'était la première fois qu'il lui adressait ce geste et elle se mordit la lèvre inférieure pour ne pas rire.

- J'aurais pu envoyer l'un de mes nombreux serviteurs, répondit elle secouant le bas de sa robe dans une révérence peu gracieuse qui découvrait ses mollets mais j'ai préféré la faire moi même.
- Ça me concerne ? s'enquit le chasseur dont la bonne humeur semblait déborder.
- Oui.

De toute évidence il ne s'était pas attendu à cette réponse et il se figea, déstabilisé.

- Vraiment ?
- Je t'assure que oui, répondit Teagan, embarrassée. Mais j'ai peur que tu le prenne mal.

Elle vit clairement Maeron se raidir un peu plus et le fait que son loup se lève pour le rejoindre confirma son impression. Elle avait bien vu que Maeron avait l'habitude de s'accrocher à son loup lorsqu'une situation le déstabilisait trop et que ce dernier ne manquait pas de le rejoindre comme s'il pouvait ressentir la perdition de son maître.

- Pourquoi le prendrais-je mal ? demanda soudain Maeron d'une voix étrangement rauque.
- Parce que au cas ou tu ne l'auras pas remarqué tu peux te montrer particulièrement obtus sur certains sujet, railla Teagan en faisant un pas pour s'approcher de lui.

Elle vit clairement le regard noir qu’il lui lança et s’empêcha de tendre la main pour attraper la sienne. Elle se rendait bien compte que ces derniers temps elle avait un peu trop tendance à se raccrocher physiquement à Maeron quand elle se sentait chamboulée. Maeron du surprendre son geste car il avança d'un pas et posa sa main autour de son poignet.

- Tu veux bien me montrer ? demanda-t-il doucement.

Elle vit clairement sa pomme d’Adam remonter alors qu'il déglutissait avec peine et opina du chef. Elle se retourna pour fouiller dans sa sacoche de selle et en sortir le travaille de Rodrik. Elle avait les doigts tremblants et le cœur battant trop vite quand elle se tourna à nouveau vers son ami. Elle savait que c'était stupide de se sentir aussi stressée pour offrir un cadeau mais Maeron pouvait se montrer imprévisible.

- C'est pour ton anniversaire, souffla-t-elle en lui tendant le cuirs plié.

Elle vit clairement le front de Maeron se plissé sous la surprise et elle se força à sourire.

- Pardon ? souffla-t-il en prenant doucement le cuir entre ses mains.
- Je me suis sentie vraiment... idiote après notre conversation sur ma fête d’anniversaire, expliqua-t-elle en baissant les yeux. Alors même si je ne connais pas la date exacte je me suis dit que toi aussi …. tu avais droit à un cadeau d'anniversaire.
- Un cadeau, répéta Maeron d'une voix sourde.

Teagan releva la tête pour déchiffrer ses traits. Elle pensait le voir en colère mais c'était surtout la surprise qui éclairait son visage.

- Pour moi ?

Teagan se mit à rire doucement.

- Oui c'est pour toi, dit elle en secouant ses cheveux, embarrassée. Ça vient des ateliers de Rodrik Ravelin.
- Le tanneur ?

Elle put lire une véritable curiosité dans le regard émeraude de son ami et elle tendit le bras vers son cadeau.

- Déplie-le, suggéra-t-elle le cœur au bord des lèvres.

Si Maeron avait plutôt l'air d’apprécier le fait qu'elle lui offre un présent elle n’était pas du tout certaine de la réaction qu'il aurait en comprenant son sens. Elle se mordit violemment la lèvre inférieure alors que Maeron relâchait le cuir pour le déplier. Il tenait entre ses mains une broigne de cuir noire de grande qualité. Sur le torse et sur le dos du vêtement Teagan avait demandé à Rodrik de graver un symbole bien connu. Les armoiries des Mézérhían. La Princesse avait seulement demandé de ne pas les gravé avec des dorures comme pour les chevaliers du Royaume mais bien sur le cuir noir ce qui rendait les formes plus discrètes. Elle vit Maeron perdre son sourire en reconnaissant ce symbole connu de tous. Son visage perdit peu à peu ses couleurs alors qu'il ne lâchait pas des yeux l’emblème de la royauté.

Teagan sentit les larmes lui monté au yeux devant l'absence de réaction de Maeron. Elle savait que ce cadeau était controversé mais ça lui tenait vraiment à cœur de le lui offrir et il fallait qu'elle le lui explique.

- Je sais, souffla-t-elle en posant sa main sur le poing de Maeron qui serrait la broigne. Je sais que tu déteste la royauté, la chevalerie et tout ce qui s'y apparente mais la c'est différent.

Il releva lentement les yeux vers elle. Des yeux verts qui semblaient indécis.

- Tu comptes beaucoup pour moi, gémit Teagan en sentant ses doigts se mettre à trembler sur la peau de Maeron. Tu te bats mieux que la totalité des idiots qui sont dans l'Eiréhaàn. Tu es juste, tu es droit, tu as de vraie valeurs. Tu mérites cette tunique. Tu ne veux pas être chevalier, et je l'ai comprit, mais tu assures ma sécurité, tu m'apprends à me défendre. Tu m'acceptes comme je suis et ces armoiries gravée sur ce cuir.... tu les mérites.

Elle avait débité tout ce qu'elle voulait dire à grande vitesse et un instant elle crut que Maeron ne l'avait pas suivit. Elle s'était encore une fois véritablement livrée à lui, lui ouvrant son cœur. Et cela fut d'autant plus douloureux quand elle le vit se détourner et partir à grand pas vers sa cabane. Teagan resta interloquée devant cette réaction à laquelle elle ne s'était pas attendue. Elle avait imaginé Maeron se fâchant, grondant, ou souriant mais pas cette absence de réaction et cette fuite. Elle baissa les yeux sur Rashkánn qui s’était aplati au sol, les oreilles plaquées sur sa nuque et qui suivait son maître des yeux. Tea elle resta figée sur place, levant les yeux vers le ciel bleu de l’été pour tenter de ravaler les larmes sournoises qui menaçaient de lui échapper. Le sentiment de rejet qu'elle ressentait la brûlait de l’intérieur. Elle fit volte face et ce dirigea à grand pas vers Adrahil. Elle avait beau être forte elle ne pouvait pas encaisser cet abandon qu’elle ressentait et qui lui incendiait la poitrine. Elle posa une main tremblante sur l'encolure d'Adrahil lorsqu'un cri retenti derrière elle.

- Teagan !

Elle se retourna lentement pour découvrir Maeron accourant son épée élimée à la main. Il s’arrêta juste devant elle et plongea son regard dans le sien. Elle fut étonnée de voir ses yeux verts briller aussi intensément mais elle n'eut pas le temps de s'y attarder car Maeron planta sa lame dans la terre juste à ses pieds avant de plier le genou devant elle. Il se tenait là dans l'attitude des chevaliers sur le point d'être adoubé. Le genoux à terre les mains posées sur la garde de son épée et l’échine pliée il se soumettait totalement à elle.

- Je jure d'aimer et de défendre les terres du Royaume de Mézérhían,commença Maeron d'une voix étrangement rauque. De protéger les faibles et de ne jamais fuir devant l'adversaire. Je jure de combattre l'ennemi avec acharnement...

Teagan sentit son cœur se serrer en comprenant soudain que Maeron récitait le serment de la chevalerie. Celui que les élèves de l'Eiréhaàn réciteraient bientôt devant son père alors qu'il les adouberait avec solennité.

- … je promet d'être loyal et généreux, de ne jamais mentir et d'être fidèle à ma parole. Je remplirai mes devoirs et respecterai les traditions. Teagan Mézérhían, héritière du trône du Royaume de Mézérhían je voue ma vie à la votre et promet de vous suivre, de vous défendre et de donner ma vie pour vous. Je fait cette promesse sur mon honneur et sur ma vie.

La Princesse sentait les émotions trop fortes déborder en de nombreuses larmes coulant sur ses joues. Dans ce serment, dans l'intensité de se moment, elle se liait à Maeron d'une nouvelle manière. Entre eux il y avait plus qu'une profonde amitié, plus que des promesses prononcées sous le coup de l’émotion et des révélations, il y avait désormais ce serment. Elle se tourna vers Adrahil pour tirer son épée bien dissimulée entre les deux tapis de selle que portait sa monture. Elle leva sa lame et la posa sur l’épaule droite de son ami.

- Maeron par ce serment et par mon sang je fais de vous un chevalier du Royaume, dit elle en passant sa lame sur son autre épaule. Et mon protecteur.


Elle avait vu son père faire ces gestes des dizaines de fois. Elle était tenue d'assister chaque année à l'adoubement des nouveaux chevalier mais de cet événement grandiose elle ne retenait qu'un goût amer de ne pas être à la place des ses hommes que son père honorait. Mais aujourd’hui alors que Maeron avait toujours le genoux plié devant elle, elle comprenait ce qui liait son père à chacun de ses chevaliers. Une profonde confiance.

Teagan totalement bouleversé écarta l’épée de Maeron avant de s'accroupir pour se jeter dans ses bras. Elle enfoui son visage dans le cou du jeune homme.

- Merci, murmura-t-elle contre sa peau alors que les larmes qu'elle n'arrivait pas à retenir coulaient toujours sur ses joues.

Elle sentit les bras du chasseur se refermer dans son dos et il la serra contre lui avec force. Elle pouvait sentir sa poitrine se soulever erratiquement signe trahissant son émotion à lui aussi.

- Toi aussi tu comptes beaucoup pour moi, souffla soudain Maeron contre son oreille, reprenant ainsi les mots qu'elle avait prononcé quelques minutes plus tôt

Teagan sentit son cœur s'emballer alors qu'il prononçait ses mots pour la première fois. Une chaleur qu'elle n'avait encore jamais ressentit parcourut sa poitrine et elle glissa ses mains dans ses cheveux, l’attirant encore un peu plus contre elle pour lui monter à quel point elle était touchée par cette révélation.






Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: April 11th, 2017 04:49 pm (UTC)

OOOOOOHHHHH, qu'est-ce que ça va faire mal s'il ne lui avoue pas que son père est vivant et qu'elle le découvre par elle-même...

Très sympas comme texte !
En voila un vrai gros bouleversement de la situation ! Quelque chose qui risque de changer bien des choses par la suite en plus !

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: April 13th, 2017 08:33 pm (UTC)

En effet ça va faire mal ! très mal ^^

2 Read Comments