?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Ce que ça implique

April 5th, 2017 (09:49 pm)
current song: bones

Titre: Ce que ça implique
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maeron - Teagan
Rating : G
Disclaimer : Tout à moi ^^
Nombre de mots : 1186 mots

Maeron se tourna violemment pour jeter un regard noir à Tea qui se trouvait quelques mètres derrière lui. Elle venait de marcher sur une branche la faisant craquer sous son poids. Le bruit avait bien sur alerter le lapin qu'ils étaient entrain de pister et ce dernier détala à toute allure.

- Tu le fais exprès d'être aussi bruyante ? demanda-t-il avec mauvaise humeur en perdant sa proie de vue.

D'ordinaire Téa était très silencieuse. Elle avait prit ses entraînements au sérieux, avait fait énormément de progrès et elle faisait maintenant une bonne partenaire de chasse. Mais aujourd’hui la jeune femme semblait à coté de la plaque. Elle faisait du bruit, avait raté le faisan qu'ils pistaient de deux bon mètres et semblait plongée dans ses pensées.

- Tu dois être entièrement concentrée sur ta proie quand tu chasses, lui rappela Maeron alors que Rashkánn revenait en bondissant vers lui.

Le loup semblait partager sa frustration. Il avait les oreilles plaquées en arrière et secouait la tête d'un air agacé.

- Je sais Maeron, souffla Tea en caressant lentement la corde de son arc. Tu as raison, je suis perturbée.

Le chasseur ne s'était pas attendu à cet aveux et sentit sa colère retomber.

- Tu veux en parler ? proposa-t-il en décochant la flèche de son arc pour la ranger dans son carquois.

De toute évidence leur partie de chasse était compromise et il se félicita d'avoir garder les restes de son repas de la veille car il n'aurait pas de viande fraîche au menu du soir.

- Moi oui, répondit Téa. Mais je ne sais pas si toi tu es prêt à en parler.

Maeron se tendit aussitôt. Il aurait du se douter que bien qu'elle aie affichée un air parfaitement déterminé en découvrant sa cicatrice Tea n'allait pas oublier de sitôt. Il avait espéré en la voyant arriver tout sourire en début d’après midi qu'elle arriverait à faire abstraction mais ce n'était bien entendu pas le cas.

- S'il le faut vraiment, grogna-t-il en caressant son loup.

En vérité il aurait préféré refuser d'en parler. Mais il avait été plutôt étonné de ressentir du soulagement alors que Téa caressait doucement sa cicatrice. Alors peut être que répondre à ses questions pourrais l'apaiser. Et puis il savait que s'il se fermait il allait vexer la jeune femme qui s'était ouverte tant de fois à lui. Et la braquer n'allait pas débloquer la situation.

- Si tu as cette marque dans le dos c'est parce que ton père à poser la garde de son épée dans le feu avant de l'appliquer sur ta peau n'est ce pas ? demanda-t-elle en s'approchant d'un pas.
- Oui

Il lui semblait que tout était clair à ce sujet. Il avait vu la difficulté avec laquelle Teagan avait encaissé cette information la veille et ne voyait pas pourquoi elle voulait revenir sur le sujet.

- L’épée de ton père est donc une Eiréhaàn'er.
- Oui
- Ton père est donc forcement chevalier, insista Téa
- Je pensais que c'était clair, grogna Maeron qui commençait à en avoir assez de ressasser le passé. Mon père était chevalier. Il m'a battu et torturé pour m’entraîner à devenir comme lui et ensuite parce que je l'ai vu tuer ma mère de ses propres mains !!

Le chasseur se détourna alors que sa colère lui échappait. Il avait fini sa phrase en criant sur Tea qui pourtant n'avait pas bronché. Il s'en voulait de perdre le contrôle mais revivre dans son esprit ces moments douloureux n'allait pas l’aider à avancer.

- Donc tu es le fils d'un chevalier.

Cette fois encore Maeron acquiesça. Oui il était le fils d'un chevalier. Quelqu'un qui avait fait le serment de servir son Roi et protéger le peuple. Un homme qui avait battu son fils et assassiné sa femme. Un homme estimé par toute la communauté parce que personne ne voyait le monstre qui se cachait en lui.

- Donc tu as le droit d'entrer dans l'Eiréhaàn, finit par cracher Tea.

Cette fois Maeron se figea. Il se tourna lentement vers elle en assimilant ces paroles.

- Pardon ? souffla-t-il, abasourdi
- Tout les fils de chevaliers on le droit par leur naissance d'entrer dans l'Eiréhaàn. Ils n'ont pas besoin de passer de les test sélectifs.

Maeron eut l'impression que son cœur ratait un battement. Il n'avait jamais été mis au courant de cette règle. Son père bien entendu l'avait torturé pour l’entraîner dur car il voulait qu'il suive ses traces. Mais à aucun moment il ne lui avait mentionné ce droit de naissance.

- Tu n'étais pas au courant, constata Tea d'une voix blanche
- Non.

Maeron n'en revenait pas. S'il le voulait il pouvait quitter son exil. Se présenter à Adorn Rhufawl et entrer dans la formation de l'élite des combattants du Royaume. Il se vit un instant vêtu de la broigne de cuir noir ornée de l'emblème des Mézérhían portant à son coté une épée à la garde semblable à la cicatrice qu'il avait dans le dos.

- Tu pourrais te présenter au chateau, proposa doucement Teagan en fixant le bout de ses bottes

Tout cela était très beau dans un monde idéal songea Maeron mais ça lui était impossible

- Je ne veux pas y aller, grogna-t-il en s'accrochant à la fourrure de Rashkánn qui s'était rapproché en sentant son trouble
- Pourquoi ?
- Parce que je ne veux rien avoir en commun avec la royauté !

Il avait craché ces mots avec force sans se rendre compte de l'impact qu'ils pouvaient avoir sur son amie. Quand il posa les yeux sur elle, elle le fixait d'un air mauvais.

- Tu te rends compte de ce que tu me dis, souffla-t-elle comme s'il venait de la frapper. Je fais partie de la royauté.
- Tu es différente, protesta Maeron en faisant un pas vers elle. Il ne m'ont pas aidé quand j'avais besoin d'eux
- Parce qu'ils n'étaient pas au courant ! gronda Tea. Jamais mon père ou mon parrain n'auraient laissé une telle chose se produire s'ils avaient été au courant.

Maeron secoua la tête. Il voulait croire Téa mais il n’était pas du tout sur que ce qu'elle affirmait avec force soit vrai. Le Roi était venu chez lui avec son commandant. Ils avaient vu le corps de sa mère. Ils avaient pu voir la détresse dans son regard et pourtant ils étaient reparti en le laissant avec ce monstre qu'était son père. Maeron aurait voulu croire Tea, elle lui offrait un avenir, un travail pour lequel, il en était certain, il était fait. Mais il n'avait plus confiance en la justice, en la royauté et en la chevalerie.

- Je ne veux plus rien avoir à faire avec eux, finit-il par lâcher.
- Ça je peux le comprendre, souffla Tea en s'approchant de lui.

Il la regarda avancer, totalement perdu face aux révélations qu'elle venait de lui faire.

- Mais sache que tu as cette possibilité si jamais tu veux changer les choses, lui dit elle en posant sa main sur sa broigne juste à hauteur de son cœur.


Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: April 11th, 2017 04:44 pm (UTC)

Discussion difficile pour l'un comme pour l'autre... Mais intéressante de par ses possibles conséquences et répercussions.

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: April 13th, 2017 08:27 pm (UTC)

Oui et pour une fois Tea lui tient tête alors qu'il l'insulte d'une manière détournée et de ce fait elle reconnait sa vraie place. La situation n'est pas facile du tout ni pour l'un ni pour l'autre

2 Read Comments