?

Log in

No account? Create an account
asfaloth14 [userpic]

Calendrier de l'avent J23 : MEZERHIAN

December 23rd, 2016 (09:02 pm)
current song: friends

Titre: Blessure du passé
Fandom : Mézérhían
Personnage : Maeron
Rating : PG-15 ( mention de violences physiques )
Disclaimer : l'univers est à moi / la chanson " blessure du passé" appartient au chanteur Keen'V
Nombre de mots : 767 mots

Theme: avoir honte
Contraintes : songs fics


Maeron écarta un buisson et se retrouva dans une minuscule clairière. Il sentit aussitôt son cœur se serrer alors qu'il atteignait cet endroit qu'il connaissait si bien. Cela faisait des années qu'il venait dans cette clairière et le paysage changeait continuellement. Les arbres grandissaient, de l’herbe avait poussé et quelques fleurs faisaient parfois leur apparition. Maeron inspira lentement. À chaque fois qu'il venait ici il avait encore l'impression de sentir des émanation de brûlé et pourtant la fumée s'était dissipée depuis longtemps et la foret avait reprit ses droits.

Le chasseur avança prudemment sans quitter des yeux le monticule de terre qui s’était formé. C'était ici que reposait sa mère. Ici que son père avait construit un bûché pour brûler son corps. Et cet endroit calme et reposant contrastait étrangement avec la vie qu'elle avait eu.

Maeron se souvenait très bien de ses années d'enfance. Il se souvenait du visage émacié de sa mère arpentant les pièces de la maisonnette insalubre dans laquelle ils vivaient. Il n'avait vu que rarement sa mère esquisser des sourires et il lui étaient toujours réservé. Un jour il avait même entendu chantonné alors qu'elle lui lavait les cheveux dans une bassine. Il pouvait se souvenir de la chaleur de sa paume caressant sa peau et de la tendresse qu'elle mettait dans chacun de ses geste. Mais dès que son père mettait un pied dans la pièce il n'y avait plus que de la panique et de la crainte dans le regard vert de sa mère.

Quand il te rendait visite le soir 
Je me sentais impuissant 
J'entendais tes pleurs de désespoir 
Mais je n'étais qu'un enfant 
J'aurais tant voulu pouvoir t'aider 
Mais je ne pouvais rien faire 
Quand celui qui était censé t'aimer 
Te faisait vivre l'enfer 



Il se souvenait des coups que lui mettait son père lorsque la colère le prenait ou qu'il avait un peu trop forcé sur le vin épicé. Un jour il avait vu le chevalier mettre sa femme au sol simplement parce que que son repas était trop chaud. Maeron ce souvenait du sentiment d'injustice qui l'avait parcouru alors que le corps de sa mère gisait au sol. Un homme n'aurait pas du frapper une femme. Un mari n'aurait pas du battre sa femme. Ce n’était pas dans l'ordre des choses.

J'aimerais remonter le temps 
Afin de sécher tes larmes 
J'aurais réagis autrement 
Si j'avais eu les armes 
Je suis resté impuissant 
Quand il salissait ton âme 
Car je n'étais qu'un enfant 
Qui priait qu'on le condamne 
Quand il buvait, moi aussi, je subissais ses coups 
Mais j'étais quand même loin de me douter de tout 


Maeron avait subi des sévices et son corps en porterait à jamais les marques. Mais ce n’était rien comparé à ce que sa mère avait vécu. Parfois alors qu'il était allongé dans le noir sur sa paillasse prés de la cheminée il entendait des gémissement et des pleurs venant de la chambre de ses parents. Mais il était trop petit à cette époque et n’avait pas comprit. Maintenant avec du recul il avait réalisé que les sévices que sa mère avaient vécu étaient beaucoup plus grave que les coups laissant des marques sur sa peau.

Oui, tu devais tant appréhender 
Le moment du coucher 
Peut-être que tu te demandais 
S'il viendrait te toucher 
Dans ce rapport forcé 
Il n'y avait pas d'équité 



En grandissant il avait plus d'une fois défier son père pour reporter son attention sur lui dans l'espoir de défendre sa mère mais c’était sans résultat. Dès que son père avait fini avec lui, le laissant gisant dans un coin de la pièce baignant dans son sang, il se tournait à nouveau vers sa femme pour lui faire subir sa colère. Maeron ne pouvait s'empêcher de s'en vouloir. Il aurait du s’interposer plus souvent, mais il avait mal. Il aurait du se rebeller, mais il était trop jeune. Il aurait du aller prévenir quelqu'un, mais il avait peur.

Maintenant, j'ai grandi et je m'en veux toujours 
Car j'étais trop petit pour voler à ton secours 
Pourtant, sache qu'à tes cris, je n'ai pas été sourd 
A croire qu' c'était écrit, je n'avais aucun recours 
Les murs semblaient si fins 
Quand j'entendais tes pleurs
 Mais j'étais bien trop peureux 
De celui qui était mon père 




Alors encore maintenant qu'il s'agenouillait dans cette clairière ou reposait sa mère il sentait brûler en lui se sentiment de honte de ne pas avoir pu réagir face à la détresse de sa mère et de ne pas avoir eu le courage de s'enfuir avec elle pour qu'elle puisse connaître des instants de paix.

Comments

Posted by: solhaken (solhaken)
Posted at: December 26th, 2016 11:43 pm (UTC)

Joliment écrit même si le sujet est rude. On sent bien la souffrance des personnages et le sentiment de culpabilité éprouvé par Maeron. C'est également intéressant de voir en lui d'autre sentiments que la colère qu'il éprouve à l'égard de son père.

Posted by: asfaloth14 (asfaloth14)
Posted at: January 1st, 2017 04:47 pm (UTC)

Oui Maeron est en colère c'est d'ailleurs un point commun qu'il a avec Teagan. Mais il est aussi empli de honte et de culpabilité envers la mort de sa mère et le fait qu'il n'aie jamais eu personne pour en parler n'aide en rien.

2 Read Comments